Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Jean-Michel Poncy
Publié dans : #histoire Ariège

Gaston Ouvrard
JE NE SUIS PAS BIEN PORTANT

Paroles: Géo Koger, musique: Vincent Scotto, Gaston Ouvrard, 1932

pour les paroles voir le site:

http://www.frmusique.ru/texts/o/ouvrard_gaston/jenesuispasbienportant.htm

http://data.over-blog-kiwi.com/0/93/32/84/20140530/ob_2fe05b_p1100839-l.jpg

 

IX LES EPIDEMIES

 Provenance  ADA 1T94

 

Beaucoup  de cas de maladies contagieuses ne furent pas déclarés, il n’est donc pas possible de dresser des statistiques ou de faire une étude épidémiologique. 

 

 1 CLASSES ALIENEES POUR CAUSE DE :

            ROUGEOLE

17 fermétures

1884                                     Bedéille         46 cas + complications d’angines et de bronchites ++

30 12 1885                           Carcanière            28 malades

1885                                     La roque d’Olmes

1886                                     Lieurac                                

7 juillet1911                         Euplaz ; L’école est rouverte  suite à une épidémie de rougeole

7 juillet 1911                        ST Martin d’Aydes   idem

1912                                     Allières

26 09 1921                           Bethmale              24 cas de rougeole sur 58 élèves

29 septembre 1925            Alos

Juin 1926                             Bagert    4 enfants  malades

                                               Alos  (Balaguère) épidémie de rougeole classe fermée 19 cas

12 juin 1926                        Lescaut 

12 novembre 1927             Soulan   Photo de la lettre.

11 Décembre 1929             Aigues vives école fermée              

27 mai 1922                        Mazères               

7 11 1913                             Montgaillard       

15 juin 1929                        Ideem                   

26 mai 1922                        Campagne          

1 mars 1927                         St Martin de Caralp grande classe 2 jours ; petite classe 8 jours

1 03 1927                             Baulou

 

            COQUELUCHE

4 fermetures

27 Aout 1884                      Foix 9 élèves de maternelle 

19 avril 1912                       Galey

4 mai 1912                           Castelnau Durban             

12  10 1928                          Montesquieu –Avantés     12 élèves              

 

            THYPOÏDE

4 fermetures

27 Décembre 1921 voir photo

11 1921                                Castelnau Durban              Cholèrine plus fièvre Typhoïde 

                Lettres du préfet du sous préfet, de l’inspecteur d’académie et surtout                 compte rendu du médecin des épidémies sur l’origine de l’épidémie et la saleté du hameau

28 juin 1921                        Esplas de Sérou   épidémie d’origine inconnue au hameau de Rougé

                Lettre du docteur Maurette sur le hameau de Laborie,  village Castelnau Durban,  situe l’origine de Typhoïde         de ce dernier hameau au village de Lesplas 

               Le maire demande  au Sous –Préfet de St Girons qu’on lui envoie             quelqu’un pour la    désinfection  du  hameau

06 10 1921                           Fabras                  

              Rrapport de gendarmerie, lettre du maire et rapport du médecin des                épidémies  lettre de l’inspecteur d’académie.

 

            DIPHTERIE

6 fermetures

8 janvier 1915                     Lacave   Diphtérie 6 cas dont 1 mortel

21 11 1920                           Le port. Décès enfant de 3 ans 2 malades dans une maison voisine;7 cas en tout             Photo     de la       lettre du Médecin

27 juin 1926                        Arignac     1 cas de Diphtérie

28 juin1926                         Boussenac            épidémie de Croup (Diphtérie) école fermée 10 jours et désinfection 

12 mai1926                         Massat croup  photo

28 février1927                     Le Port                 

 

            VARICELLE

6 fermetures

23  10 1883                          Montaillou          

21 11 1883                           Montferrier           2 enfants morts

1883                                     La Roque d’Olmes

2 10 1883                             Freychenet           Varicelle ++

22 1 1884                             Appo                 petite vérole(Varicelle) 5 décès enfants 5 malades (4 décès sur lettre) Ecole de hameau probablement

31 mai 1929                        Montgauch          5 enfants

2 10 1883                             Freychenet           Varicelle ++

                              

          INDETERMINE

1912                                     Allières      Nea nea ??

 

 

            GRIPPE

5 fermetures

27 mars 1919                      Clermont 38 cas de grippe, toute la population touchée pas de décès.

8 janvier 1919                     Cazavet                épidémie de grippe ++père et mère d’un élève morts ; 4 autres sont aux derniers moments

14 mars 1919                      Dun       

11 avril 1919                       Calzan                  1 décès dans la commune

5 avril 1919                          Mercenac             Grippe    Photo

 

            OREILLONS

2 fermetures

14 mars 1912                      Gaudies

12 mai1926                         Massat                  Oreillons

               

            GALLE

28 juillet 1913                     Les Causse           épidémie de galle .Bruler du papier de soufre dans la pièce Photo1060361

 

            SCARLATINE

2 fermetures

1 juillet 1885                        Daumazan          

19 031914                            Montégut de Maulés            Photo lettre du médecin

 

2 LETTRES DES MEDECINS, MESURES à PRENDRE

 

10 octobre 1883 Epidémie de Variole à Cap vert.

Capvert (Seix) , le 10 8bre 1883

Monsieur l’inspecteur

                J’ai l’honneur de vous adresser un certificat de M l’Adjoint de Capvert  constant l’invasion variolique dans la section.

                Depuis quelques jours déjà, plusieurs cas qui s’étaient manifestés dans le pays et notamment dans la section, avaient été mortels. Aujourd’hui, quatre cas des plus graves se sont présentés dans le hameau le plus voisin de l’école.

Je puis dire que la terreur règne dans le pays ; au point que trois enfants seulement sont venus en classe de temps à autres depuis la rentrée. Aujourd’hui l’école est absolument déserte et je reçois de tous les parents  le témoignage qu’aucun enfant ne reviendra en classe avant la disparition complète de l’épidémie.

                Je crois avec Mr l’adjoint et tous les habitants de Capvert que la suspension officielle des classes est indispensable.

En attendant votre décision, daignez agréer,

Monsieur l’Inspecteur,

L’assurance du profond respect avec lequel je suis votre très humble et très obéissant serviteur.

L’instituteur    

 Signé Rougal.

 

L’école qui avait été fermée  sera fermée  et rouverte après enquête de l’inspecteur primaire le 20novembre 1883

 

28 07 1913           Lettre de l’inspecteur d’académie au préfet

                L’inspecteur d’académie fait par au préfet qu’une épidémie de galle est apparue à Lescours Il lui donne copie d’une lettre de L’inspecteur primaire. Celui-ci a expliqué à l’instituteur qu’on pouvait soigner la galle avec moins de 1franc (pommade) et qu’on pouvait désinfecter les locaux en faisant bruler une poignée de soufre ,si l’on y tenait. Il n’y a pas lieu de faire déplacer le médecin des épidémies

 

27 mars1919       Epidémie de grippe à Prat.

                Le médecin des épidémies écrit au préfet le rapport suivant.

                « il ya environ un mois que l’épidémie de grippe à débutée dans la commune de Mercenac.

                Les premiers malades habitaient les maisons situées au centre du village.

                Dés les premiers jours des familles entières ont été frappées, et comme personne dans les maisons n’était à même de donner les soins nécessaires les voisins venaient en secours. Les voisins rentraient eux-mêmes chez eux et y apportait la maladie. C’est ainsi que de proche en proche toutes les familles ont été visitées.

                D’où venait la première infection ? Qu’elle est la première infection qui a apporté la grippe à Mercenac ? Autant de question auxquelles il sera difficile de répondre.

                Le médecin traitant avait beau recommander des soins de propreté et d’hygiène, les infirmiers improvisés ne comprenant pas toute l’importance des précautions prescrites aidaient inconsciemment à la propagation du mal  en ce moment toute la population a été visité par l’épidémie ; les hameaux commencent à peine.

                En général l’épidémie a été bénigne; néanmoins nous avons à déplorer 4 ou 5 décès. 

                Mais en raison du grand nombre de malades frappés la portion de la mortalité est relativement faible.

                Depuis déjà de longs jours la plus grande partie des enfants est rentrée chez elle. Il y aurait lieu de prescrire la fermeture des écoles pendant huit jours afin de  procéder pendant ce temps à la désinfection des locaux scolaires.

                A cet effet l’agent désinfecteur devra être présent.

                Prat le 2 mars 1919

 

25 novembre 1920            Epidémie de diphtérie à Massat  Lettre du docteur Maurette.

                Arrivé à Massat dans la journée du  25 novembre 1920 nous avons eu la bonne fortune de trouver chez lui le docteur Anel qui a bien voulu nous donner  quelques renseignements sur l’épidémie de diphtérie qu’il a constaté dans la commune de Port.

                C’est particulièrement à Ezés hameau de la commune de port que la maladie a exercé les ravages.

                Dés le 21 courant un enfant de 3ans mourait dans ce hameau. En ce moment, dans le même lieu , les  membres d’ une même famille sont en traitement ; 2 sont également malades dans une maison voisine, enfin un garçonnet est soigné pour la diphtérie  dans l’agglomération de port.

                En tout 7 cas.

                Nous avons pu déterminer la véritable cause de l’épidémie ; elle a éclaté d’une façon toute spontané. On connait d’ailleurs depuis longtemps la longévité du bacille de la diphtérie qui peut pendant des années survivre dans les poussières d’une pièce mal entretenue; les objets touchés par les diphtériques constituent un danger permanent. Ce sont les habits, les articles d’écolier qui peuvent  servir à transmettre   la maladie. Il  n’est donc pas toujours besoin d’approcher un malade  et d’avoir un contact avec lui pour être porteur du bacille.

                Partant de ces données il est bien difficile  d’éviter la contagion et en déterminer la cause dans un milieu ou bien souvent toute la famille vit et couche dans la même pièce, où parfois même les animaux sont commensaux des êtres humains. Parfois même les fumiers encombrent les cours et les détritus de toute sorte obstruent le passage des habitations. Dans ces conditions, on devine plus tôt   qu’on ne trouve la cachette du bacille qui peut produire des ravages foudroyants. 

                Dans ces milieux, la prophylaxie ne peut être guère rigoureuse.

                Après les recommandations du médecin traitant, il est néanmoins de votre devoir d’ordonner la fermeture de l’écope des Ourtrigaud, centre de l’épidémie pendant une quinzaine de jours. Pendant cette période les locaux scolaires seront sérieusement désinfectés.

                Hors la désinfection des classes, ne doit pas empêcher la désinfection des habitations où les malades auront été soignés.

                Tels sont les quelques   considérations que je soumets à l’approbation de Monsieur le Sous-Préfet, en le priant d’agréer l’expression de mes sentiments respectueux et dévoués.

                                               Prat le 25 novembre 1920 signé Maurette.

 

 

22 novembre 1921       

     Le sous préfet de St Girons informe le Préfet  que des cas de Cholérine sont signalés dans le hameau de Cazalas et des cas de fièvre typhoïde dans le hameau de Laborie  Tous deux situés dans la commune da Castelnau Durban. Il a invité le service de la désinfection à se concerner avec l’inspecteur primaire pour désinfecter les locaux scolaires et il a aussi invité ce service à désinfecter les locaux contaminés chez les malades.

 

16  novembre 1921           Rapport du Médecin des épidémies Docteur Maurette

                Le docteur Maurette médecin des épidémies à l’arrondissement de St Girons à Mr le Sous Préfet  de st Girons

                Au hameau de Cazalas  commune de Castelnau  Durban  ont été constaté 3 cas de Cholérine dot un suivi de mort (N°II)

                1° Une Fillette de 14 ans Melle Pujol mourut à la suite de Cholérine  et d’hémorragie intestinale

                2° une autre fillette de 8 ans Melle Echenne fréquentant l’école a été atteinte  également mais a fini par guérir

                3° enfin une troisième fillette nommée Alozy qui habitait  au cap du Communal et qui après  fréquentation de l’école  à Cazalas  fut atteinte des mêmes accidents mais n’en est pas morte

                Tous ces cas ont étés évidemment occasionnés par la mauvaise qualité de l’eau potable .Depuis que le Docteur Labro de Rimont médecin traitant  a recommandé à la population de faire bouillir  l’eau de boisson  aucun nouveau cas ne sait produit .

 

                Je ne crois pas qu’il, soit utile de fermer l’école pour procéder à la désinfection. Il suffit de recommander  à la population d’être très circonspecte pour l‘emploie de l’eau potable  Recommandez l’ébullition de cette eau.

 

                En me transportant  à Castelnau  j’ai eu connaissance de quelques cas de fièvre typhoïde  qui ont éclatés au hameau de Laborie. Ce hameau se trouve à la limite des communes de Castelnau et de Lesplas . Il est composé  de 7 à 8 maisons, toutes plus ou moins mal propres dont les abords sont environnés  de fumier et de purins

                C’est là qu’on a constaté 5 cas de fièvre Typhoïde, aucun  suivi de décès.

                1° La famille  Maurette a deux malades. Le père âgé de plus de 40 ans et le fils 17ans

                2° La famille Barrière a 3 malades. La mère 40 ans et deux garçons de 21et 18 ans

Ces fièvres typhoïdes ce sont déclarées  à la suite des visites fréquentes que firent les Malades au Hameau de  Rougé,  Commune  de Esplas où plusieurs cas furent constatés en début de juillet 1921. A l’époque en dépiquage les habitants de Laborie se transportèrent a Rougé pour apporter leurs concours aux habitants  de ce hameau  et burent certainement à la fontaine contaminée ou bien fréquentèrent les convalescents, et  l’infection des malades est venue de là.

 

                Le docteur Labro de Rimont qui soigne ces malades a du prendre des mesures prophylactiques urgentes

                Il  serait néanmoins nécessaire que la désinfection des locaux soit faite lorsque les malades pourront se lever.

                Il ne serait pas non plus inutile de recommander aux habitants la plus grande propreté non seulement  dans les immeubles  mais aussi dans les basses cours et les chemins.

 

                                               Prat le 16 novembre 1921

                                                                                                              Signature du médecin

 

 

2 juillet 1921       Rapport du Docteur Maurette médecin des épidémies  concernant l’épidémie de colibacillose  au hameau de Rougé commune de Lesplas de Sérou

 

                Le docteur Maurette médecin des épidémies à monsieur le Sous –Préfet de st Girons.

 

                Dans la matinée du 2 juillet 1921 nous sommes  arrivés à castelnau Durban ; là après une heure de montée  par des chemins  caillouteux  et ravinés  où la trace des derniers orages  était profonde, nous sommes enfin parvenus au hameau de Rougé  Commune d’esplas  où sévissait une épidémie d’origine  indéterminée.

                Ce petit hameau  composé de 5 à 6 habitations est bâti au flanc d’une colline et est environné de toute part de collines plus élevées. En temps de pluie toute les eaux passent dans les ruelles des quartiers et vont se jeter dans le ruisseau au fond de la vallée. Partout  autour des habitations on ne trouve que fumiers et détritus de toute sorte ; le seuil des maisons en est tapissé  et les rigoles laissent s’épandre les méandres de purin. Une odeur particulière d’écurie se dégage de tout cet ensemble. Plus loin dans la partie nord ouest des maisons à 20 mètre à peine , une fontaine couverte avec quelques bois  de charpente et de la terre , est pleine à déborder . On y voit un liquide trouble couleur  anisette à l’eau qui sert à la fois d’eau potable pour les habitants et  d’abreuvoir des bêtes. Ce sont précisément les  familles qui vont puiser là qui ont été frappées par l’épidémie. Dans deux familles on a constaté en quelques jours dix cas de colibacillose. Nous ne pouvons pas affirmer  que cette épidémie était de la fièvre typhoïde ; plusieurs caractères faisant défaut. (mot illisible) la plus part des phénomènes ressemblaient à  ....

6 juillet 1921       Lettre du sous préfet de Saint- Girons à Monsieur le préfet.

                Il lui transmet la demande du maire et le rapport du docteur Maurette. Il a invité le maire  à interdire l’usage de cette fontaine et lui demande de prendre un arrêté pour  exiger le nettoyage des rigoles et des abords des maisons.

 

6 10 1921             Lettre du maire de Fabas au préfet pour déclarer les 4 cas de fièvre  typhoïde.

 

7 10 1921             Rapport de la brigade de gendarmerie de Sainte- Croix concernant 5 cas de fièvre typhoïde.

Une épidémie  de typhoïde s’est déclarée au hameau de La chalaguère  commune de Fabas  (arrondissement de Saint –Girons). Il est distant de 4,5 km du bourg de Fabas et de 3km de Sainte Croix. L’agglomération comporte 8 habitations et 25 personnes. Cinq cas de fièvre typhoïde sont constatés dans 4 maisons distinctes, un garçon et quatre filles âgés de 16 ans pour le garçon et 19,15,131/2 et 12 ans pour les filles

                Le  médecin traitant a  ordonnée  des mesure de désinfection conformément à la loi et la gendarmerie veillera à leurs application. De l’avis du médecin traitant l’eau de boisson serait le principal facteur  de contamination.

 

 

 

Octobre 1921      Rapport du Docteur Maurette

                …..Le hameau de Chalaguère  commune de Fabras  est situé à 6 kilomètres du centre de la commune et à 3 kilomètres de Ste Croix , au milieu d’un pays boisé et remarquablement accidenté .On ne peut arriver jusqu’aux habitations qu’en quittant la route pour prendre un sentier assez raide ombragé de châtaigner.  Cette section est composée de douze maisons : 2 sont sont situées à droite dans le bas du vallon; six sont presque au sommet de la colline et les quatre autres à mis hauteur; toutes ces habitations ont comme jardin d’agrément des parterres  de fumier et comme pièce d’eau  des mares à moitié desséchée  C’est dans la partie haute du hameau que la fièvre typhoïde a sévi.

                En ce moment on compte cinq cas

                1° Boudigue Auguste 16 ans , ce malade est de beaucoup le plus attint

                2° Longare Anna 19 ans

                3° Longarre julie 15 ans

                4°Longarre jeanne 13 ans ½

                5°Longarre marguerite 12 ans

Tous ces malades sont en voie de guérisons, excepté le jeune Boudigues qui se trouve encore au maximum thermique. Mon enquête m’a permis d’établir que tous les habitants du hameau vont  puiser leur eau  de  boisson à une source située au bas du coteau à environ 250 mètres; cette source se trouve au point mort ou vont aboutir tous les sentiers de la colline venant  des habitations. Après les pluies du mois d’Aout  tous les chemins  furent lavés par l’averse  et les fumiers qui entourent  les habitations  furent en partie  entrainés vers la fontaine du vallon. Pour la circonstance les mares en partie  desséchées débordèrent  et déversèrent leurs   trop plein vers la source d’eau potable. Ainsi à partir  de ce jour  cette eau limpide fut polluée.  Depuis cette époque  le niveau de cette source a constamment baissé en raison de la sécheresse et les habitants sont allés puiser là un véritable bouillon de culture.

                Il serait absolument urgent  que la municipalité de Fabras fasse effectuer les travaux nécessaires pour mettre  l’unique fontaine du hameau à l’abri de toute contamination. Il faudrait non seulement construire une enceinte assez solide  tout autour,  mais peut-être aussi recouvrir cette source.

                Il serait également urgent de désinfecter dés guérison les locaux où les malades ont séjournés. Les planchers seront sérieusement grattés et lavé et les linges bien lessivés.

                Il  serait bon d’interdire l’école pendant 2 ou 3 mois aux deux fillettes Longarrre Marguerite et Longarre Jeanne qui allaient en classe.

                Par précaution les locaux scolaires doivent être désinfectés et pour cela, il serait nécessaire de licencier les élèves pendant une semaine.

                Enfin serait-ce trop demander aux habitants de vouloir bien  se priver pour un temps de ces décorations florales qui émaillent si bien l’entrée de leurs habitations?

                Serait-ce trop exiger d’eux de se priver de ces pièces d’eau qui agrémentent si bien leurs cours?

                Telles  sont  les quelques observations que j’ai cru devoir soumettre à l’appréciation de Monsieur le sous –préfet. J’espère qu’elles seront suffisantes pour expliquer et essayer  d’enrayer l’épidémie.

                                                                                                              Signature du docteur Maurette.

 

17 10 1921           Lettre de l’inspecteur d’académie  demandant  la fermeture  de l’école pour la durée de la désinfection

 

 

3 CORRESPONDANCES RELATIVES A LA THYPHOIDE

10 décembre 1921             Circulaire du ministre de l’hygiène de l’assistance et de la prévention            sociale.

                Des  épidémies de typhoïdes apparaissent dans divers point du territoire, en certains point elles sont endémiques depuis longtemps. Cela peut représenter des menaces graves Il est nécessaire de mettre en œuvre des mesures susceptibles de  combattre la diffusion de cette affection et   de mettre fin à son endémicité.

                « La surveillance des eaux d’alimentation et les précautions propres à éviter leur contamination s’imposent e tous lieux, mais plus encore dans les localités où la périodicité épidémique ne permet pas de douter de l’ensemencement microbien des puits, sources ou nappes souterraines. » Les mesures à prendre portent sur les travaux de protection, de purification et d’adduction d’eau potable. Les autres mesures portent sur l’évacuation la destruction des eaux et matières usées il faut aussi exercer une surveillance constante sur l’étanchéité des fosses d’aisances et fosses à fumier.

                Le point le plus important porte sur la vaccination.

                « De nombreuses personnalités des Corps scientifiques ont, à maintes reprises, préconisé  l’institution de l’obligation vaccinale anti typhoïdique. Jusqu’à ce jour, il n’est point paru opportun d’imposer cette obligation en dehors de l’armée et de la marine  où l’étroite cohabitation des hommes des hommes cause un danger plus pressant ; il a paru préférable de laisser à la libre détermination d’une opinion publique éclairée le soin d’assurer la diffusion progressive de la vaccination anti typhoïdique. Il serait impardonnable que la population fût laissée dans des avantages certains de cette vaccination, et de l’innocuité de son application dans les conditions de la  doctrine actuelle.

                C’est à tous les hygiénistes, médecins ou non, et de même aux maires, qu’il appartient de faire à cet égard un effort de propagande si   utile. Mais je compte principalement pour cette œuvre sur le zèle éclairé des inspecteurs départementaux d’hygiène et directeurs des bureaux municipaux d’hygiène, stimulés par votre intervention personnelle ; et je vous prie de les inviter à élaborer immédiatement un programme de propagande par conférences, tracts et affiches, et de  séances publiques périodiques de   vaccination anti typhoïdique, programme dont l’exécution serait, au point de vu de la  loi de la dépense, rattachée à l’application de la loi du 15 février 1902- (compte épidémies). 

                Vous voudrez bien m’accuser réception de la présente circulaire.   Le ministre  c. Leredu

 

xx 12 1921           Le préfet à Mr l’Inspecteur  Départemental de l’assistance Publique.

                Le préfet transmet une copie de la circulaire ministérielle à l’inspecteur il le prie d’examiner la question avec toute l’attention qu’elle mérite.

 

20 décembre 1921             Rapport de l’Inspecteur de l’Hygiène.

 

Foix le 20 décembre 1921.

 

L’inspecteur de l’assistance et de l’hygiène publique

A monsieur le Préfet de l’ARIEGE

 

J' ai l'honneur de vous accuser réception d' une copie de la circulaire ministérielle, du 10 décembre courant relative à la diffusion de la vaccination anti typhoïdique et de vous adresser ci- après mes propositions sur les mesures à prendre pur atteindre le but poursuivi

J’ai constaté plusieurs fois que; les cas de .fièvre typhoïde plus répandus que l’on ne pense dans s la région pyrénéenne n'avaient     fait l'objet d'aucune déclaration de la par des docteurs traitants. Ils se contentent de soigner le malade et négligent d’aviser la préfecture  qu'un  cas suspect ou reconnu de maladie Contagieuse existe dans une localité.  Il en  résulte parfois  une grande extension  de l’épidémie. Je dois reconnaître cependant  que ces épidémies, toutes locales, ne prennent pas une grande extension.

Mais il faut dire aussi qu’aucune   Précaution prise pour en prévenir le  retour..

Ce sont. surtout les enfants qui sont les  plus atteints,  parce qu' i ls ;sont moins robustes que l e s adultes et parce qu' ils boivent à n’importe qu’elle  source, puits , ci ternes erra voire même aux .abreuvoirs.

  On se demande comment il se fait que les cas de typhoïde ne  soient pas plus fréquents.

                Les projets de travaux de protection, de purification ou d'adduction  d’eau potable rencontrent

Parfois des vives oppositions sérieuses de la part des municipalités. Tantôt c’est une mare stagnante au milieu d'un village o û les moustiques vont puiser le virus qu'ils injectent aux habitants de la région; tantôt c'est une nappe souterraine, polluée par des  infiltrations des étables, .qui sourdra  dans un bas-fond  où tout un village ira s’alimenter malgré la défense de l' l'administration.

                Les municipalités ne secondent pas les efforts  des hygiénistes. J’ai entendu tout récemment  un docteur, maire d’une commune importante, avouer qu’un cas  de   maladie contagieuse dont la déclaration est prescrite par la loi, s’était produit non loin de son habitation. Il avait soigné le malade mais n’avait  fait  aucune déclaration ni pris aucune mesure pour prévenir le retour de cette maladie. J’ai constaté de visu et fait constater à ce maire, que les rues étaient sales et les ordures fréquentes. Il me répond que le vent emportait les miasmes  pestilentiels, et qu’il n’y avait jamais d’épidémie chez lui.

                Comment obtiendront nous de ce docteur-maire un effort de propagande en vu d’assurer la diffusion de la vaccination anti variolique.

                A mon avis il y aurait lieu de provoquer de la part de M l’inspecteur   d’académie  des instructions à tous les instituteurs en vu de conférences à faire dans les hameaux pour se protéger contre les dangers de contamination. C’est par l’éducation du peuple que l’on arrivera à un bon résultat. Tant que les masses ne comprendront pas leur intérêt et ne voudront pas accepter la disposition hygiénique, nous perdrons notre temps.

                Les  quelques accidents mortels malheureusement trop nombreux qui ont accompagnés dans les régiments , les séances de vaccination obligatoire anti typhoïdique, ont été grossis à plaisir par les camarades des victimes et les rumeurs tendancieuses se sont répandues en France contre ce syst7me de vaccination.

                De sorte qu’aujourd’hui, il serait difficile  de trouver des volontaires pour subir le traitement préconisé par les hautes sphères médicales.

                Je serais peiné, Monsieur le Préfet,  que  vous me prisiez pour un pessimiste, en cette circonstance, parce que je vous dis la vérité. C’est le résultat de nombreuses et longues observations au cours de mes tournées. 

                Interrogez les personnes capables de vous renseigner  sans parti pris, vous serez édifié.

                C’est avec beaucoup de difficultés que l’on arrive à faire  vacciner les enfants en bas- âge. Beaucoup échappent à la loi, et ce sont les parents plus ou moins proches des municipalités qui sont les plus réfractaires aux mesures hygiéniques.

                Notre service sanitaire est dans un état déplorable. L’arrondissement de Pamiers qui comporte 2 postes de désinfection, l’un à Pamiers l’autre à Mirepoix, n’a pas d’argent. Il est difficile de trouver une chef de poste parce que  les appointements sont dérisoires.  

                Les déclarations obligatoires ne sont pas faites régulièrement. Voici le résultat pour l’année 1920, dans les 6 circonscriptions sanitaires du département :

                1° ; Ax - 1 déclaration

                2° ; Foix-7 déclarations de tuberculose, 1 d’autres maladie.

                3° ; Mirepoix - Néant

                4° ; Pamiers – 3 de thyphoïde, 3 de Diphtérie,9 de tuberculose , 8 autres.

                5° ; Oust- néant.

                6° ; St –Girons, 5 de typhoïde, 14 de scarlatine, 13 de rougeole,18 de Diphtérie, 5 de tuberculose et 4 autres.

                A Foix, en 1917,1918, 1919 et 1920,il ya eu 14 déclarations faites par le docteur Brunet. En 1921 une seule faite par le docteur Berdot.

                Nous avons cependant d’autres docteurs à Foix et bien d’autres cas de maladie dont la déclaration est obligatoire.

                Le docteur Calazel  a fait une déclaration facultative de tuberculose  en 1920.

                Le corps médical devrait être rappelé au respect de la loi et à son application rigoureuse.

                Voila l’une des premières mesures à prendre.

                Quant à l’envoie de tracts j’en suis partisan, mais leur choix est important.

                Je n’en connais pas de meilleurs et qui frappent plus l’imagination que ceux distribués par la Fondation Rockefeller dont le siège est à Paris, 3, rue de Berri.

                Cette brochure pourrait probablement être cédée à un prix raisonnable et répandue à raison d’une trentaine par commune. Le prix de revient ne serait guère plus élevé que celui de grandes affiches qu’on ne lit pas et qui se détériorent rapidement..

                Ce livre pourrait recevoir encarté ou imprimé à la 2ème page de la couverture ou aux deux dernières, des conseils pour la préservation de la fièvre typhoïde et pour la vaccination.

                Les exemplaires seraient remis aux chefs des principales familles par les instituteurs  au cours de leurs conférences.

                La dépense résultant de l’achat et de l’impression supplémentaire de ces brochures serait supporté par le compte épidémie,   application de la loi de 1902-ainsi que le prévoit M. le Ministre de l’Hygiène dans  sa circulaire précitée.

 

27 12 1921           Lettre du préfet à l’Inspecteur d’Académie.

                La fièvre typhoïde persiste à l’état endémique dans divers point du territoire. Le ministre envoie une lettre au préfet dans laquelle il lui demande  de mettre en œuvre dans le département toutes les mesures susceptibles de combattre ce fléau.

                « La surveillance des eaux  d’alimentation et des précautions propres à éviter leur contamination s’imposent en tous lieux pour éviter l’ensemencement microbien  des puits sources et nappes souterraines. L’évacuation et la destruction  des eaux usées méritent également une mention spéciale  de même que devrait être exercée une surveillance constante relativement à l’étanchéité des fosses d’aisances et des fosses à fumier.

                Mais à ces mesures permanentes collectives,  il convient d’ajouter les mesures individuelles de prophylaxie que constituent  les injections  vaccinales préventives. Il serait impardonnable que la population fût laissée dans l’ignorance des avantages certains de cette vaccination et de l’innocuité de son application dans les conditions de la technique actuelle. »

                Le corps enseignant est le mieux qualifié pour  l’éducation des intéressés. Il lui demande d’étudier les conditions dans les quelles il lui serait possible de prêter son concours au gouvernement. 

 

12 novembre 1926            Désorganisation des clases relativement aux épidémies

L’inspecteur d’académie signale au préfet que tous les élèves de l’école de Soulan (parés) sont atteints de rougeole. Il en profite pour amener l’attention du préfet sur la lenteur de la désinfection dans le saint Gironnais, et les abus consécutifs aux classes fermées pour cause d’épidémies. L’année  passée la classe de Boussenac est restée fermée un mois. La personne qui est chargée de la désinfection fait le métier de voiturier.

                Il prie le préfet de donner aux médecins assermentés, qui  ferment les écoles, des instructions précises pour leur rappeler le tort que cause aux services e l’enseignement les licenciements trop fréquents des écoles.

Il suffirait de procéder aux évictions individuelles prévues par l’arrêté du 3 février 1912.

 

A suivre : dernier chapitre

X LE SYNDICAT DES INSTITUTEURS

22 Juillet 1924 P1060150

Il  avait débuté dans l'illégalité. 

PJM

Ariège- Epidémies scolaires de 1824 à 1929

Commenter cet article