Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Jean-Michel Poncy

 

 

Bonjour chères  lectrices et chers lecteurs. Je vais passer une quinzaine de jours à Vèbre et plus précisément à Pey (nom du quartier)  rien à voir avec le vin de Bordeaux, Pey de Pont, cru bourgeois, si ce n’est peut-être  un Pey de Bèbre habitant Varilhes qui possédait de la terre à Vèbre sous Gaston Phébus.

Je retrouverais donc le Blogue à mon retour.

Chemin de Bouicharras

Le samedi 10 mai nous avons rendez-vous pour continuer la remise en état du chemin de Bouicharas  qui est en fait le chemin de Vèbre à Caychax. J’ai fini de le rouvrir  en mars au total j’y ai travaillé 50 h pour le débroussailler (depuis trois ans)  Il est donc praticable mais il faut finir d’enlever les souches rectifier les éboulements, lui redonner sa tenue des grands jours.

Au-delà du plateau d’Aspis il n’y pratiquement plus de broussailles  cependant il est en partie recouvert de terre éboulée sur 200m, jusqu’au pas del Faoure.   Nous avons donc du travail pour les années à venir.

Chemin entre Aspis et le pas del Faoure

Ce qu'il reste des anciens champs au Pas Del Faoure 

Modeste abri au dessus du chemin. Ils sont peut-être millénaires??? 

Nous vous attendons nombreux le 10 mai pour nettoyer la partie basse de Carol à Bouycharas et plus si nous pouvons.

 

De Carol au pied du Quié et au château d'eau

L’été passé j’avais  ré ouvert le chemin du Quiè de la vigne  de Canal au pied des ravines. A carol prendre le chemin du Carerot et le suivre jusqu’aux ravines. Une fois-là prendre à droite le passage des moutons et progresser sur  une des nombreuses sentes qu’ils ont tracées sur les terrasses, au- dessus des anciennes vignes et en limite des anciens terrains cultivés.

Passage au dessus des vignes de plarac

 

Une fois arrivé en amont de la tire de Pey :

_ Pour  rejoindre le village par cette dernière, le haut de la tire n’est pas nettoyé, passer par l’ancienne vigne de Marfaing à droite de la tire et la rejoindre un peu plus bas. Une source se trouve dans le bois d’acacia à main gauche, vers le haut du bois sous une muraille près de la tire.

_pour rejoindre le Manché, la tire d’Engerma n’est plus praticable, continuer le chemin des moutons pour emprunter le très beau chemin que les sangliers ont tracé au bas des éboulis et en amont du bois d’acacia. La pente est faible ou nulle, la largeur bonne.  Vous y verrez à peu près toute la flore principale du Quié et celle des éboulis dont noisettes dès la fin aout. Ce sont de merveilleux cantonnier, pas d’herbe sur le passage pas de salaire à verser ni de cotisation sociales. Bon je les ai un peu aidés le printemps passé pour couper les branches hautes et les « matas »  un peu envahissants, ils n’ont pas encore appris à se servir de cisailles et de sécateurs. J’y reviendrais pendant mon séjour  donc si vous voulez m’accompagner  n’hésitez pas. En bout   de passage c’est-à-dire arrivé aux anciens champs situés de part et d’autre de la tire du Manché les traces se dispersent, gamelle oblige. Il faut continuer en se tenant à peu près au même niveau  puis passer la tire, ne pas redescendre dans les éboulis comme dans l’ancien temps. La végétation, buissons, a repoussée et fixe le sol qui n’est pas encore bien stabilisé. Donc longer la tire à gauche en descendant puis la rejoindre en bas de la parcelle. Elle débouche dans le virage en bordure de la « rue » du château d’eau. Pour trouver le passage en venant du Manché  dans le virage remonter les éboulis à main droite. Le chemin passe sur une petite muraille avec une parcelle en contrebas  le suivre et entrer dans la troisième parcelle, elle est grande, longer la tire et emprunter le passage au- dessus d’une pierre plate assez grosse je l’avais indiqué il y a quelques années.  Les marques seront à refaire lorsque nous aurons ré ouvert le haut  de la tire de Pey.

 

 

 

De Caychax au Plat de Cesse

Au mois de mars j’ai relevé le chemin qui va de Caychax au Plat de Cesse (pied des roches du Quiè côté Vèbre). Il part du village de Caychax  et grimpe au Quié tout en le  contournant  Il est bien entretenu et large  environ 1 mètre jusqu’à la barre rocheuse qui marque la limite Vèbre Caychax. Passé les éboulis  qui se trouvent juste après cette barre (Four à Chaux sur l’ancien plan) il longe le bois en passant au début sous les chênes puis dans les buis et arrivé dans le plat de cesse dans les airelles. Dans Vèbre il est plus étroit, deux à trois mains de large, mais bien marqué et là aussi sans herbe, merci les sangliers. Les chasseurs l’avaient nettoyé il y a quelques années ;

 

Dans l’autre sens si vous venez de Vèbre.

Monter  à flanc de pente dans les pâtures utilisées par les moutons, ne pas passer en sous-bois, ils sont extrêmement glissant, l’herbe et les feuilles n’ont pas pourries  ce dernier hiver.

Depuis le pied de la falaise qui domine Vèbre,  ou du Plan d’Envol  de Jacques (parapentes)  juste en dessous, se diriger vers le col d’Arnave sur la corniche, puis en direction de Senconac, ne jamais descendre vers Vèbre ou le ruisseau. Le chemin commence dans les touffes d’airelles elles même situées en lisière des buis qui bordent la chênaie. J’ai attaché aux arbres quelques  bandes de rubalise rouge et blanches pour repérer le passage.  

 

Vers Appy

Depuis le Plat de Cesse pour rejoindre Appy prendre le col entre les deux roches puis se diriger en biais vers la crête (Nord Nord-Est). Arrivé sur la crête la suivre jusqu’au Roc du Courbas point culminant  avec une marque géodésique au sol. Coté Appy le chemin arrive au sommet ou presque au sommet. Il y a bien longtemps que je n’y suis pas passé.  Entre le col et la crête se trouve un bel abri- sous- roche  où m’avait conduit Claude C., je ne l’ai pas retrouvé depuis. Si vous le redécouvrez merci d’en relever la position et de nous la signaler.   

 

 

 

Les promenades dans les pâtures du quié sont agréables, au printemps de nombreuses fleurs parsèment le sol, ony trouve  encore des mousserons au mois de mai et des boutons de guêtres aussi appelés "sécadous"  vers Toulouse, l'automnre . Alors j'ose espèrer  que le vieux Ponpon  n'aura pas travaillé pour rien, car moi avec ou sans chemins je passe encore, quant aux sangliers, aux moutons,et probablement l'ours(j'ai eu trouvé des pierres retournées qui pourraient bien indiquer son passage) ils n'ont pas besoin de chemins ils se les font très bien eux-mêmes.  

    

Bonne promenade

 

Vacances de printemps à Vèbre

Commenter cet article