Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Langue d'Oc

CONTE DE NOËL 

 

Counte de Nadal  a été écrit en 1942 par Jules Palmade, homme de lettre Ariègeois.  Noël incarnait l’espérance de paix au milieu des malheurs de la guerre et d’un peuple divisé en Ariège comme ailleurs.

 

Enfant le soir de noël presque tout le village allait à la messe de minuit que le curé de Vèbre,  Dhers puis Tanière, célébraient à minuit ou en tout cas fort tard pour nous.  Quelques habitants d’Urs et de Vèbre venaient se chauffer à la maison en attendant l’heure de l’office. Les discussions se faisaient généralement ce jour-là comme les autres jours en patois (parler de Foix). J’ai donc entendu parler ce dialecte de la langue d’Oc depuis ma naissance.

Bien que je comprisse tout à l’époque, mes parents me parlaient en français. Dans les discussions entre adultes, les plus âgés, nés avant 1914 parlaient en patois et ceux nés après 1920 parlaient en français entre eux ou aux plus  jeunes et en patois aux anciens. Les enfants nés après 1930 ne parlaient plus que français. A l’école bien entendu tous les enfants devaient parler français, et sitôt la porte franchis les enfants de l’âge de mon père  s’envolaient comme une nuée de moineau et piaillaient tous en patois.    

 

 

 

En Français

 

 

Contes et légendes de l'Ariège   1° janvier 1998

 

 Jules Palmade

 

 

http://patrimoine-seixois.fr/wp-content/uploads/2014/04/215Jules-Palmade-168x300.jpg

 

 Article Publié dans la Dépêche du Midi.

Foix. Jules Palmade aimait les lettres et les arts

Publié le 07/12/2012 à 09:14

Foix (09) - Au fil des rues

La rue qui porte son nom est située au Courbet./Photo DDM.

Jules Palmade fait partie des hommes de lettres du département et Foix s'en souvient en donnant son nom à une de ses rues. Né à Quérigut, le 24 février 1898, issu d'une famille d'agriculteurs et de bergers, il revient dans son département d'origine après avoir passé quelques années à l'école normale de Bouzaréah, en Algérie. A 30 ans, il devient directeur du collège de Seix durant vingt-cinq ans.

 

Profondément tourné vers la modernité lors de ses enseignements, il emploie des techniques nouvelles, comme l'utilisation du magnétophone à bande pour l'enregistrement des poèmes. Mais il est aussi fin pédagogue. Il a ainsi laissé à ses élèves le souvenir d'un homme bienveillant et exigeant. Certains lui ont rendu hommage en 1968 dans la revue «La Légion Violette».

 

Jules Palmade était aussi un poète. Il a écrit plusieurs textes («Fleurs ariégeoises», «Au soleil du Donezan», «Rayons verts et bleus», etc.) et publié dans sa revue «Vent nouveau» les premiers vers ou proses de nombreux Ariégeois.

 

Profondément attaché à son département, la nature était sa principale source d'inspiration. «Je n'ai jamais pu sacrifier une heure de soleil, un rendez-vous avec un ruisseau ami ou avec un sommet méditatif pour écrire des poèmes. Je les ai écrits dans la nuit, pour revivre ce qui m'avait ému ou ébloui, pour essayer aussi d'en sauver le souvenir», écrivait-il.

 

Jules Palmade est mort subitement le 24 décembre 1967, dans sa demeure, à Seix.

La Dépêche du Midi

http://www.ladepeche.fr/article/2012/12/07/1508326-foix-jules-palmade-aimait-les-lettres-et-les-arts.html

 

 

Sa biographie dans le patrimoine Seixois

Jules PALMADE, pédagogue et poète

10 AVRIL 2014          

 Seix. Jules Palmade

Seix. Jules Palmade

Né le 24 février 1898 à Quérigut en Ariège, c’est à 30 ans que Jules Palmade  devient directeur du collège de Seix. Pendant vingt-cinq ans, de 1927 à 1953,  il va le diriger avec une conscience professionnelle exceptionnelle. A Seix, une ancienne élève  se souvient :

 

 »  1929-1930. Une salle de classe toute blanche, de grandes fenêtres ouvertes vers la lumière. Des tables en rangs serrés se pressent jusqu’au mur du fond, elles sont toutes occupées par des filles et des garçons de 16 à 17 ans. Combien sommes-nous ?  Plus de quarante, certainement. Debout derrière son bureau, notre jeune maître, monsieur Palmade. Nous le fixons tous de nos regards attentifs et nous découvrons son large front de penseur, ses yeux bleus pleins de lumière et de bonté, son sourire bienveillant… » .

Aimée MASSAT, ancienne élève du Cours Complémentaire de monsieur Palmade, à Seix  in « La Légion violette », mars-avril 1968, p.6

 

Lire la suite dans :

http://patrimoine-seixois.fr/jules-palmade-pedagogue-et-poete-2/

 

Dans les milieux literraires en 1939

La revue archéologie du Gers de 1939anonce une de ses publications Gallica

 

Bon Noël à Toutes et à Tous

PPP

Ariège_  Counte de Nadal

Commenter cet article