Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #histoire Ariège

 

LE FOURRAGE DANS LE   CANTON D’AX.

 

Dans le premier volet nous avons vu la production de céréales.  Un seul rapport nous est parvenu  sur le fourrage.daté de 1813 (ADA 111) il concerne le canton d’Ax auquel il faut ajouter les renseignements fournis par les statistiques  quinquennales de 1852 (Ada 118).

 

Les prairies irriguées  occupaient en 1813 dans le canton d’Ax  une surface de 360 ha et produisirent 4320 quintaux métriques de Fourrage.

Celles non irriguées occupaient  une surface de 795ha et produisirent7950quintaux.  Les agriculteurs ne cultivaient pas de prairies artificielles.

Le percepteur d’Ax qui a rédigé le rapport dit qu’il n’y a pas de froment cultivé à Ax. Il devait cependant  y en avoir un petit peu dans la plaine de Savignac.

Le seigle  fournit cette année-là 6394 quintaux de paille.

Racines de Betteraves carottes raves, et topinambour : aucune culture pour le bétail.

« Nota. Les topinambours sont inconnus, les navets, bette rave, et raves  sont rares et ne sont cultivés que comme plante potagère. »

 

 Rendements

Les rendements étaient bien faibles.

Les prairies irriguées avaient donc un rendement de 12 quintaux à l’hectare et les non irriguées 10 quintaux à l’hectare de fourrage sec. 

 

Les rendements  actuels   varient suivant le terrain et les années.

Voici une réponse trouvée sur cheval passion 

http://www.1cheval.com/membre/forum/general/sujet-2616074-0-quantite-foin-obtenu-sur-1-ha

Re : Quantité foin obtenu sur 1 ha Par : Sahel46 : le 06/02/11 à 15:1

 

« Une prairie naturelle, c'est à dire qui n'a pas été ressemée récemment (moins de 8 ans), avec une année "normale" (= pluvio normale au printemps et température qui remonte dès fin Mars), tu peux espérer 4 tonnes de foin.

Bon bien sûr, ça ne vaut pas pour une parcelle avec beaucoup de cailloux, peu de terre, etc...

 

Sur une prairie "temporaire", c'est à dire ressemée régulièrement, dans les mêmes conditions, tu seras + proches des 6 tonnes, mais tu pourras surement faucher à nouveau 2 mois après (+ jeunes, variétés + "agressives" donc + productives)

 

Si tu pâtures en +, tu pénaliseras tes rendements, ce qui est logique.

 

Le TOP, c'est de faire "déprimer" à partir du 15 Mars, c'est à dire que les chevaux ne mangent que le haut de l'herbe; ça te permet que la touffe d'herbe développe ensuite + les feuilles que la tige = + de rendements et surtout meilleur fourrage.

 

Donc pour un bon déprimage ; le + possible de chevaux sur une parcelle assez petite (disons 2 chvx/ha) pendant peu de temps (4jours environ) »

Nos montagnes sont et étaient  plus proche de l’agriculture biologique . Ci-dessous une étude de la chambre d’agriculture du cantal. Les rendements y sont étudiés sur plusieurs années sur 3 types de parcelles, une parcelle  témoin une hersée et une scarifiée 

 

Rendements en agriculture biologique  dans le cantal

http://www.cantal.chambagri.fr/fileadmin/documents/Internet/Autres%20articles/pdf/2014/Bio/autonomie_fourragere_des_elevages_biologiques.pdf

Rendement moyen pour le massif central

Première coupe : 3.3t MS /ha  (tonnes de matière sèche par hectare) Deuxième coupe 2.1tMS/ha

Bien d’autres paramètres sont étudiés   scarification hersage pluviométrie ph  occupation du sol par graminées et légumineuses etc.

D’autres sites ont attirés mon attention :

 

Réseau fourrage

http://rhone-alpes.synagri.com/synagri/pj.nsf/TECHPJPARCLEF/12348/$File/RESEAU%20FOURRAGE7374%202012.pdf?OpenElement

Prairie temporaires en moyenne montagne

http://www.prairies-gnis.org/pages/montagne.htm

Site donnant les rendements par espèces et les conditions indicatrices, région Wallonne Belgique

http://www.fourragesmieux.be/SSMprairieflore.htm

FAO

Conservation du foin et de la paille pour les petits paysans et les pasteurs, dans le monde site de la FAO. C’est surement celui qui se rapproche le plus de la fenaison dans nos montagnes autrefois.  Il y a de belles photographies sur la fenaison dans les régions étudiées.

ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/008/x7660f/x7660f06.pdf

 

Prairies artificielles

Elles n’existaient pas. Les premières ont été mises en place dans la basse Ariège et il à fallu beaucoup de temps et de patiente à la chambre d’Agriculture pour les faire accepter par les agriculteurs. En plus le fumier faisait défaut. Songez que le fumier de mouton des bergeries d’altitude, pendant l’été, était récupéré et descendu à tour de rôle par les familles les plus pauvres. Ce fumier était appelé l’eicher je tiens l’information de sœurs Bonrepaux de La Remise qui étaient institutrice et qui avaient connues ce temps-là dans leur enfance.

 

L’évolution s’est faite à partir de 1850 environ   les archives AD 09 possèdent  une statistique  quinquennale  de 1852 _M118.

 

CANTON DES CABANNES EN 1852  M118

Les prairies naturelles occupent 985 ha au total   dont 1/20° non fauchable ; 657ha sont arrosés ou irriguées  soit environ les 2/3.

Elles produisent, en quintaux de de foin par hectare,  20 quintaux  pour les parcelles non irriguées et 36 q  pour celles irriguées.

Le canton des Cabannes à produit en 1852 : 30200q de foin pour 30212 les autres années. Le prix du quintal métrique de foin était de 4fr30centimes

Quantité de foin consommée dans le canton : 28753 quintaux 49 kilo

 Frais de récolte 19fr 70 pour les pierres à affuter.

Donc il n’y avait pas de faucheurs venus d’ailleurs et notamment d’Andorre et d’Espagne comme dans l’ancien régime.

 Voir infra les prix proposés en 2013 et 2014

Engrais

Il n’y a pas d’engrais artificiel utilisé dans le pays. La liste des engrais utilisés, dans le questionnaire est assez longue.  Elle va des sels de nitrates ; phosphate au noir animal, aux os, en passant par les chiffons de laine et les boues des rues.

Le prix de la charge de cheval de fumier était de 0f50 au Cabannes.

Soit environ 7f la tonne

 

Prix du fumier dans l’Oise en 2013

http://www.fdsea60.fr/sites/d60/actu/economie/2013/baremes_2013.pdf

Vente de fumier

 Fumier de bovins en tas à la ferme : 14 à 19 euros la tonne

 Fumier de bovins chargé, transporté, épandu : 21 à 29 euros la tonne

 Fumier de volaille en tas à la ferme : 38 à 42 euros la tonne

 Fumier de mouton en tas à la ferme : 18 à 22 euros la tonne

Ces prix sont donnés à titre indicatif.

 

Les prairies artificielles

 (Luzerne, sainfoin, trèfle, mélanges divers)

 L’étendue totale était de 36 hectares  qui produisaient 48 quintaux à l’hectare. Le produit total en 1852 était de 1728q  et de 1728 pour les autres années.

 Quantité de foin consommé 1728 q. frais de culture 19F70

Foins rouges séchés 112 ha cultivés  à 40 q par hectare soit 4480 quintaux

 Voir infra le tarif de  l’herbe de nos jours ;

 

 La paille

 

nature

Surface

 ensemencée

Quintaux

 de paille / ha

Total

Année

 courante

Total

en 1852

Froment et épeautre

360

169

4160

3900

seigle

820

18

14760

13284

Orge

13

14

182

182

Avoine

98

14

1372

1434

Maïs

250

160

1372

4114

Sarrasin

227

10

2270

2487

 « Nota. La paille de sarrasin ne sert à peu près qu’à la litière des bestiaux  et celle de maïs  leur est servie à manger  en sus  de la ration prévue ci-après » 

 

 

Fumure, Question 42

Combien d’engrais emploie- t-on  par année et par hectare quand on n’emploie pas des engrais artificiels (quintaux métriques) ,

 Inscription manuscrite 2charges d’âne.  En regard 43*. 50 kilog Une charge d’âne valait donc 50kg ?

Dans les notes nous avons  pour les prairies naturelles : 43 charges à l’hectare soit au total pour 985 hectares 42 355charges. Comme il y avait peu de prairies qui étaient desservies par des charrettes  cela représentait environ 42000 voyage d’âne pour fumer les prairies dans tout le canton. Ce qui représente  une vingtaine de kilo de fumier au mètre carré.

Pâturages et pacages

Ils comprennent   les prés non fauchables, les landes, les bruyères, pâtis ;

L’étendue est de 20685ha 19a18ca qui se répartissent comme suit :

Prés non fauchables                      51ha 04a 11ca

Foin rouge et vert                           224ha 00a 00ca

Paturages et pacages                    19353ha 00a 00ca

Landes  et bruyères                       1056ha  57a  00ca

Le produit total de ces pâturages était évalué à 82740q 76kg pour une valeur de 186580,41fr

 

Ressources fourragères autres  évaluées en quintaux de foin

Dans les forêts                                 5970ha 92a 05ca à 2x                                                                    11941q 84k

Dans les prairies de fauche  les terres en chaume et le long des chemins :          641q47k

Evaluation en quintaux de foin de ces fourrages                                               95 324q 47kg

Valeurs de ces diverses ressources                                                                                      214956fr 07c

 

La Jachère

Elles occupent                                                                                                                728ha 88a 67 ca

Et supportent en  frais de labourage et hersage                                                             41 552fr.00

 

Consommation des troupeaux

 

Espèce ,1 bète

Paille

 en kg jour

Foin en kg  jour

Nombre

dans le

canton

Paille  /an

Foin /an

Taureau

7

5

21

536q.55k

383 q24k

Bœuf

10

5

42

1898q00k

949q 00k

vache

4

7

2248

32920q80k

57436q 40k

Veau

3

2

757

8289q15k

5526q10k

Bête à laine

1k.2

0

17754

77762q52k

0

 chèvre

1k2

0

143

626q34k

0

âne

4

2

860

12556q60k

6278q0k

Mulet

6

2

103

2255q70k

751q90k

cheval

6

6

137

3000q30k

3000q30k

 

 

 

 

139845q96k

74324q94k

 

 Notes du Rédacteur

« Les bestiaux étant trois mois nourris à l’étable  il faut  en fourrage enlever à la quantité de ces totaux, ou bien en foin  34961q49kg et en paille 18581q24k »

 

 Foin récolté en 1852 : 36 402q00k Excédant 1440q51 k

Paille  récoltée 22229q00k excédant 3446q76k

 Cet excédant  de paille, ainsi que celle produite par les sarrasins est employée à la litière des bestiaux et  converti en fumier.

Les autres 9 mois de nourriture sont fournis par les  20 hectares de maïs vert  évalués  à 30q par hectare  soit 600q 00k

Les 2/3 restants, ou 224 hects. De foins rouges  ou vert   40q par hectare  8960q00k

 Et les pâturages ou pacages   95324q47q formant le total nécessaire de 104884q47k

FRAIS

 Frais de récolte  des prairies naturelles ou artificielles

3 journées 1 /2 d’hommes pour faucheur 2.25fr ? 7fr 87cmes   ½

1 journée1 /2 pour les soins 1.90 ?

3 jours pour enlever les foins à 1f50 4f50

9 journées de femme à 0.60 5.40f total 19.70

Fumier moitié de celui de la récolte en blé 24f.00 total 43f 70

 

 Notes sur les jachères

«  On calcule seulement le 1° labour des terrains ensemencés  annuellement en céréales , pomme de terre chanvre et lin formant un total de 2597ha  lequel labour  à 16f par ha  fait 41 452f les 728 ha 88ares de terrain abandonnés annuellement à la jachère n’occasionnent aucun frais qu’on doive calculer ; »

 

 

 Eléments du cout de la vie

Je rapporte quelques prix pour se faire une idée  des revenus et des dépenses.

Agneau 14 kg en vie 6francs

Veau de boucherie 35f

Prix de la laine lavée  1f80 le (illisible)

Salaires

 Valet de ferme 60fr /an max moyenne 45 mini 30

Valeur des gages en nature 55.80 _ max 20 moyenne 10

 

Dépenses d’un ouvrier célibataire :

 Logement 15f nourriture 120f l'habillement 55.80f t 190.80fr

 Économies annuelles 30f

 Dépenses d’une famille  moyenne :

 Logement 35f   pain 180f légumes 18f

Viande72f

Lait 20f

vin20f sel 6f  habillement 120f  chauffage 35f impôts 10f autre 12f total 520fr économies  évaluées 40f 

 

 Le tableau de 1852 ne donne  pas le prix du foin. Dans les commentaires du canton d’Ax il est dit que le foin manquant était acheté dans le cantons des Cabannes et  de l’Aude. Cela devait être exeptionnel.

 

Prix actuel du foin

http://www.loire-atlantique.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca44/agronomie_cultures/2014_04_12_Note_regionale_prix_herbe_sur_pied_2013.pdf

http://www.bretagne.synagri.com/synagri/sur-quelle-base-de-prix-vendre-ou-acheter-du-foin-01072014

 

Chambre d’Agriculture de Picardie

 http://www.chambres-agriculture-picardie.fr/gestion-de-lexploitation/baremes-indices/fourrages-2014.html

 

 Barèmes fourrages 2014 

Conditionnement en balles rondes de 330 kg
ou rectangulaires de 400 kg
départ ferme

Foin de prés
Foin de ray-grass
Foin de luzerne

90 à 135 €/t
90 à 135 €/t
120 à 180 €/t

Conditionnement en petits ballots de 10-15 kg

Foin de pré
Foin de ray-grass
Foin de luzerne

70 à 250 €/t
170 à 250 €/t
180 à 270 €/t

Enrubannage : se baser sur le prix du foin en tenant 
compte des taux de matière sèche. 
Ajouter 6 à 7,5 euros par balle de 400 kg pour le coût 
de l’enrubannage

Et pour la région de Marseille et base Provence

http://foindecrau.com/tarifs/

Les cotations du FOIN DE CRAU AOP

Récolte 2014

« Coupes             Petites balles                     Grosses balles

1ère                        160 € / tonne                   140 à 160 € / tonne

2ème                     160 € / tonne                     140 à 150 € / tonne

3ème                     150 à 160 € / tonne         140 à 150 € / tonne

 

Ces prix ne sont pas contractuels. Ils sont fixés à partir de mercuriales des ventes réalisées avec le négoce. Il s’agit de prix HT (TVA 10%), au départ de la ferme, sans le transport, par grosse quantité. »

 

Pour les autres produits voyez sur la toile  tapez » prix du foin » sur le moteur de recherche Google et vous aurez l’embarras du choix. Je n'ai pas trouvé de prix concernant le foin en midi Pyrénées

 

UN GRAIN DE SEL, POUR CONSERVER L’HERBE.

Les prairies de nos villages de haute Ariège sont toutes fauchées  lorsqu’elles sont en plaine. Mais bien des terrains situés en bas des pentes,  principalement en bas des soulanes calcaires et aux métairies ( granges à flanc de montagne, toutes en ruines, pour ceux qui ne connaissent pas la région)   pourraient avec un peu de bonne volonté être remis en état de culture ou de prairies . Avec les sécheresses de plus en plus fréquentes  l’herbe fait défaut pendant l’été dans les régions seiches ces terres pourraient donc apporter un complément de fourrage disponible sur le marché  et des revenus supplémentaires pour les agriculteurs de montagnes. Cela se heurte à un problème de taille  le morcellement du sol. Toutes ces terres en friches ou en bois (côté ubac) sont totalement abandonnées mais les propriétaires ne veulent pas  vendre il faudrait donc trouver une solution  juridique  pour que les terres  abandonnées soient ou mises en exploitation par le propriétaire ou une autre personne ou société ou expropriées ou regroupées.

Dans le passé à la suite des grandes épidémies de nombreuses terres se sont trouvées sans propriétaire par suite  les comtes, ou le roi  selon à qui elles appartenaient,  les ont redistribuées. Il faudrait s’inspirer de cela. A nos élus de se mettre au travail c’est pour cela qu’ils ont nos mandats.

  

 Si les britanniques ont un prix de vente des agneaux plus bas que celui  les français  c’est que leurs exploitations ont une surface moyenne de 1000 hectares ou plus. La surface des terres cultivées à Vèbre était en 1836 de 410 hectares. Quant aux néozélandais  le prix de vente de la laine des moutons  couvre les frais de l’exploitation, salaire compris, donc la vente de la viande est du  bénéfice net.

A méditer pour nos régions.

PPP

 

 

 

Faucheur d'herbe, en herbe

Faucheur d'herbe, en herbe

Fenaison dernière le moulin en .1974

Fenaison dernière le moulin en .1974

Commenter cet article

GUILHEM 04/04/2016 17:47

Quel bonheur de revoir tes parents et tant de souvenirs dans la grange à foin et chez toi .Le fumée de la cheminée ,le miel à la cave....Patrick

Ponpon de Pey 05/04/2016 10:32

merci de ton commentaire , la grange est toujours là le tremblement de terre du 2 mars ma incité à consolider sérieusement le mur nord transformé par les rats en squat avec garde manger intégré. j'avais reçu un mail de ta messagerie nous demandant de retirer ton adresse de l'ordinateur , c'est pour cela que je n'ai plus donné signe de vie. je prévoie de monter à vèbre vers pentecôte. à plus tard