Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Grain desel

 De La CRECHE   aux jours fériés

Vous n’êtes pas sans savoir que la justice suite à une plainte de la Libre Pensée à ordonnée l’enlèvement de la crèche du Conseil  Général de de Vendée à la Roche- sur-Yon. Voir ci-dessous.

La crèche est devenue plus une tradition,  marquant l’atmosphère de Noël, qu’un symbole religieux. Elle nous rappelle surtout notre enfance.

Nous pouvons nous demander ce que cherche cette fédération.

Lien  vers le site de la fédération sur lequel vous pourrez trouver le jugement du tribunal.

http://www.fnlp.fr/

 

A la question  posée ci-dessus je vois deux possibilités.

Soit taper sur les organisations religieuses,  les chrétiens dans ce cas-là, mais je ne le pense pas. Cette époque qui a fait beaucoup de dégâts est révolue. Voir infra les événements lors de l’inventaire de l’église de Vèbre (09) au moment de la séparation de l’église et de l’état.

 

Soit appliquer la loi purement et simplement. Sur leur site ils écrivent  « La Laïcité est une et indivisible ».

Nous sommes dans un état de droit l’affaire est jugée et entendue jusqu’au jugement d’appel.

 

Si donc nous appliquons  la laïcité à la lettre et à la virgule  nous devrions modifier profondément bien des choses et habitudes dans le pays.

 

Avant de poursuivre voyez  l’extrait du télégramme publié sur la toile.

 

_« Au nom du sacro-saint principe de séparation de l'Église et de l'État de 1905, la crèche de Noël, installée à La Roche-sur-Yon, dans le hall du conseil général de Vendée, a été démontée. Ainsi en a décidé le tribunal administratif de Nantes saisi de la question par La Libre Pensée. > Les attendus du jugement Jugeant qu'«elle ne respectait pas ce que doit être la neutralité des bâtiments publics», la Fédération vendéenne des libres penseurs a déposé un recours dès 2012. Le tribunal administratif lui a donné raison. Et voilà une "guerre de religions" rouverte au pays des Chouans. Entre chrétiens et laïcs. »

 

© Le Télégramme - Plus d’information sur

http://www.letelegramme.fr/france/vendee-la-creche-de-noel-retiree-le-bocage-en-emoi-04-12-2014-10450124.php

 

Article 28

Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.

 

_La loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l'Etat.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070169&dateTexte=20080306

 

_et la définition de la laïcité sur le dictionnaire Larousse en ligne

Caractère de ce qui est laïque...

Laïcité : nom féminin

 

Conception et organisation de la société fondée sur la séparation de l'Église et de l'État et qui exclut les Églises de l'exercice de tout pouvoir politique ou administratif, et, en particulier, de l'organisation de l'enseignement. (Le principe de la laïcité de l'État est posé par l'article 1er de la Constitution française de 1958.)

Caractère de ce qui est laïque, indépendant des conceptions religieuses ou partisanes : La laïcité de l'enseignement.

 

Et sur le Robert

Laïcité vient de l’adjectif laïque (du latin ecclésiastique laicus) : qui ne fait pas partir du clergé et plus particulièrement qui n’a pas reçu les ordres de cléricature.

Laïcité : Principe de séparation de la société civile et de la société religieuse, l’Etat n’exerçant aucun pouvoir religieux et les Eglises aucun pouvoir politique.

Réactions

De l’Exprés

 http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/creches-de-noel-interdites-la-defense-de-la-laicite-va-t-elle-trop-loin_1628969.html

Du Figaro

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/02/97001-20141202FILWWW00441-une-creche-de-noel-retiree-au-nom-de-la-laicite.php

Et les communications sur ce sujet ne font que commencer

Le figaro rapporte ceci :

"Il s'agit d'une crèche de la nativité, donc c'est un emblème religieux, d'une religion particulière", a déclaré le président de la fédération de la Libre pensée de Vendée." A priori, elle ne respecte pas ce que doit être la neutralité des bâtiments publics, de l'État donc, et ne respecte pas la liberté de conscience d'un citoyen qui, rentrant au conseil général, se voit quasiment imposer un emblème religieux et caractérisé comme tel", a-t-il ajouté.

EN POUSSANT LE RAISONNEMENT

Donc si nous poussons un peu plus loin ce raisonnement ( la polémique ne fait que recommencer  et cela depuis 1905) Nous devrions retirer toutes les statue religieuses qui ornent les façades du XIX° et XVIII° siècle de Marseille et d’autres grandes villes et de bien d’autres décorations inspirées de la religion qui ornent nos façades et donc sont visibles depuis le domaine public. Sous l’ancien régime le Roi de France était considéré comme Roi de droit divin  Il est bien difficile de se séparer de plus de mille ans des restes d’une histoire profondément liée à la religion.

 

Mais puisque les bâtiments publics doivent rester neutres envers toute religion il devrait aussi en être de même de notre calendrier. Mais là nous toucherions le temps libre. Les Libres Penseurs seront-ils prêts  à sacrifier les jours fériés issus d’une fête religieuse, de travailler ce jour- là, s’il tombe en semaine, et bien sûr sans supplément pour jour fériés. C’est que   toucher à la bourse  est tabou  les jours de travail augmenteraient et les suppléments pour jours fériés eux diminueraient.

Noël  est une fête doublement religieuse. Les romains fêtaient le solstice d’hiver et celui d’été et chez eux la religion et les dieux étaient omniprésents. Pour la chrétienté c’est le jour de la naissance de Jésus, le sauveur.

Pâques, tombe toujours un dimanche donc aucun changement mais le lundi est férié parce qu’il suit une fête religieuse, donc si on supprime Pâques le lundi n’a plus de sens et vous devriez dans ce cas-là travailler. Idem pour le jour de Pentecôte et son lundi

L’Ascension, jour où le Christ est monté au ciel,  devrait donc être jour ouvrable, exit le viaduc de 5 jours de congés. Le même raisonnement s’applique  au 15 Aout  jour de l’assomption, c’est Marie la mère de Jésus qui monte au ciel.

Le premier Novembre jour de Toussaint devrait rentrer dans ce raisonnement puis que les saints sont un signe religieux, ils appartiennent à la religion catholique et orthodoxe. Ouf il a fini ses élucubrations ?

Et bien non.

Le 14 juillet est le jour de notre fête nationale, fête hautement républicaine, oui, mais la laïcité respecte toutes les croyances et toutes les opinions politiques pourvu qu’elles ne troublent pas l’ordre public (sous toutes ses formes). Hors en France il y a des  royalistes et certainement aussi des partisans de l’empire  qui ne sont pas républicains donc il faudrait trouver un autre jour. Pourquoi pas le 6 juin jour d’anniversaire du débarquement  en Normandie et donc le jour où la France a commencé à retrouver sa liberté.  Il ne resterait donc que les anniversaires du 8 mai et du 11 novembre et là il y en a bien quelques-uns qui voudront les supprimer au nom de la réconciliation des peuples.  Et tout cela ferait des jours de travail en plus et le mécontentement des professionnels du tourisme et des principaux intéressés.

 

Et si au lieu de supprimer tous les signes extérieur religieux et manifestations religieuses, sur le domaine public mais à l’extérieur des bâtiments officiels, pour ne pas troubler le travail des fonctionnaires,  la loi les tolérerait tous, sous quelques conditions quand –même. Cette loi bien hypothétique permettrait peut-être une meilleure intégration de tous les peuples qui immigrent en France. Notre pays s’est construit à partir des cultures et des peuples celtes, germains, un peu maures, italiens  ibériques, pour l’ancien régime et pour la république il faut y ajouter  des polonais ,portugais ,espagnols, italiens  vietnamiens , quelques chinois  , des indiens des deux continents et d'Asie,, arabes , berbères, africains  d’Afrique noire (pas d’euphémisme appelons un chat un chat),malgaches , maoris et que ceux que j’oublie me pardonnent. 

La France est un état de droit, les lois sont votées et , promulguéeset  par nos élus. Pourquoi ne pas modifier cette loi de 1905.

 

L’INVENTAIRE DE L’EGLISE DE VEBRE

Le 24 février 1906 le directeur de l'enregistrement et des domaines écrit au préfet pour lui rendre compte des inventaires des biens de l'église  de Verdun.

A Verdun le desservant a refusé que les gendarmes qui accompagnaient le receveur des Cabannes rentrent dans l’église. L'inventaire a eu lieu normalement;

 Cet agent craint des difficultés à Vèbre, le 26 février, il a peur que les gendarmes soient impuissant à le protéger en raison de la surexcitation religieuse .Il ajoute que le desservant de Vèbre qui se trouvait le 22 à Larcat paraît décidé à suivre le conseil de son confrère

[Dhers] qui aurait tenu les propos suivants "Si hier les gendarmes avaient cherché à ouvrir la porte de l'église, le sang aurait coulé".

Nous avions le sang chaud dans nos montagnes .Et la machine se mit en marche.

 

Le 25 le préfet requiert le chef d'escadron de la gendarmerie de l'Ariège pour qu'il envoie 2 gendarmes de Tarascon aider ceux des Cabannes, .Ils s'y rendront  par le train du matin.

 

                Le 26 février les gendarmes des Cabannes, renforcés, commandés par le maréchal des logis Mazac ; le receveur des Cabannes, le commissaire spécial d’Ax les thermes se rendent à Vèbre pour procéder  à l’inventaire  des biens de l’église. Arrivés devant l'église les gendarmes trouvent une soixantaine de personne des deux sexes dans l'église et une cinquantaine de curieux en dehors. Le curé, l'abbé Rouan, se porte à leur devant et déclare: je suis fort étonné de l'envoie de la troupe armée dans la commune de Vèbre où il n'y a que de brave gens. Il lit ensuite une protestation,  applaudie à plusieurs reprises, par les manifestants de l'intérieur de l'église. Avant la fin de la lecture la porte de l'église s'est fermée violemment et l'abbé rouan a terminé sa lecture .La porte étant verrouillée de l'intérieur Mr le receveur n'a pas pu l'ouvrir et il déclare qu'il se retire. Néanmoins il prie Le maire de dire aux manifestants s'ils voulaient le laisser opérer, ce que  fait ce dernier en passant par la sacristie,  mais en vain. L’abbé Rouan pénètre  à l'intérieur, ils sont accueillis par "non .... Vive la liberté

Le receveur procède ensuite à l'inventaire de la sacristie.

Le chef d’escadron des Cabannes fait son rapport au préfet, se bornant à retracer les faits.

 

                Le jour même le commissaire spécial de police, Cyril Mehisdore, d'Ax les thermes, auxiliaire du procureur de la république fait également son rapport.

Il nous apprend que les gendarmes étaient au nombre de six et que la sonnerie de cloche commença à 2 Km et dura jusqu'à leur arrivée. Il devait donc y avoir un guetteur du côté de Lauzenca pour avertir les manifestants lorsque les gendarmes apparaîtraient au bout de la côte d'Albies .Notons ici le rôle qu'avaient les cloches pour avertir la population d'un danger, et aussi pour repousser les nuages de grêle. Il nous dit en plus du rapport de la gendarmerie que la porte après avoir été fermée   était fermement maintenue par des appuis de l'intérieur et qu'il n'a pas pu l'ouvrir. Le commissaire nous donne le nom du maire Rauzy, celui-ci a tenté de parler au manifestant de l'intérieur de puis la porte extérieure mais en vain, il pénétra ensuite dans l'église par la porte de la sacristie. Le commissaire écrit :"Mr le receveur ayant alors demandé au curé des renseignements au sujet de la mense, nous nous sommes rendus au presbytère où un procès-verbal de carence a été dressé."

Le maire et le curé disent aux autorités que l'inventaire aurait eu lieu si les gendarmes n'étaient pas venu, celles-ci consentent à les éloigner pour faire l'inventaire tranquillement; le Maire et le Curé pénètrent dans l'église et rendent compte aux manifestants, en vain, ceux -ci protestent.

 

                Le receveur des Cabannes rédige aussi son rapport  accompagné de son  bordereau d’envoi, ci-dessous, et de la protestation du curé, mais à la différence du bordereau du commissaire le sien informe, ou renseigne ? le Préfet des attitudes du Maire et du Curé.  Trente-quatre ans plus tard les Allemands n’ont pas eu beaucoup de mal à trouver un mode de renseignement efficace via les  certains membres pro nazi de l’administration.

                Les informations données au préfet n’étaient pas anodines. Lors de la nomination du chanoine à la cathédrale de Pamiers  le Ministre du Culte demander des renseignements au préfet, et avec insistance lorsqu’il  tardait à répondre,  l’abbé Rouan fut concerné ainsi que l’abbé Sentenac tous deux curés de Vèbre.

               

                J'ai l'honneur de vous transmettre le procès -verbal que j'ai dû dresser ce jour à l'occasion de la résistance rencontré lors de l'inventaire de la fabrique de l'église de Vèbre, accompagné de la protestation lue par le Curé.

                              

                Je crois utile d'ajouter que:

                1° l'attitude du maire de Vèbre, correcte en apparence, ne paraît pas sincère; Des renseignements recueilli de diverses part il résulte qu'il est en relation très étroite avec le curé et les militants de la faction cléricale; il m'a été représenté  comme "plus clérical que le curé". Il a paru apporter une certaine tiédeur dans les différentes tentatives qu'il a faite en vue de ne pas retarder la confection de l'inventaire cette remarque paraît devoir être confirmée par l'arrogance  qu'il  a conservé jusqu'au moment où, sur l'indication du maréchal des logis de gendarmerie des Chabannes, je l'ai directement interpellé;

                2° Le curé de Vèbre,  pendant ma présence a été très correct. Il semble avoir voulu  chercher surtout à démontrer qu'il était étranger à la résistance rencontrée, alors que les renseignements qui m'étaient  parvenus jusqu'à ce jour, à son égard, m'autorisent  à le considérer comme l'instigateur de tout trouble éventuel. Les exhortations au calme, contenue dans son sermon  d'hier d'après certains bruits, et son attitude d'aujourd'hui, ne seraient que l'exécution d'une ligne de conduite destinée à dissimuler le rôle principal qu'il peut avoir joué dans l'organisation de la résistance; c'est pourquoi, sur son attitude et  son langage, je fais toutes les réserves.

et 3° la présence du curé d'Albies qui a, aurait-il dit la messe, ce matin, à Vèbre m'a paru anormale étant donné l’attitude, plutôt grossière, qu'il a eu le jour de l'inventaire de l'église de sa commune.

                A l'extérieur, à notre arrivée, il s'est trouvé au presbytère quand j'ai opéré en ce qui concerne la mense et est entré ensuite dans l'église par la porte de la sacristie, ce qui lui a permis d'être au milieu des manifestants lorsque le Maire et le curé de Vèbre sont allés donner connaissance de notre réponse visant l'éloignement provisoire de la gendarmerie

 

                                                                                                              2 pièces jointes

                                                                                                              Le receveur du domaine  signé

Le Receveur des Cabannes Mr Jodart Gaston rédige son procès- verbal. Il rend compte des faits tels que le rapport de la gendarmerie et le commissaire les ont décrits. Ce rapport nous apprend que le maire n'avait pas révélé sa présence à l'arrivée du receveur et que celui-ci, sur l'indication de Mr le maréchal des logis des Cabannes,  invita le maire à aller négocier. Nous y apprenons aussi que les occupants de l'église ont chanté jusqu'à l'intervention du maire.

 

 

                               En exécution d'une réquisition de Mr le Préfet de l'Ariège en date du 28 Février, le capitaine commandant l'arrondissement s'est rendu le 1° mars avec 35 S Officiers brigadiers ou gendarme dans les communes de Larcat et de Vèbre, canton des Cabannes à l'effet de rendre main forte à Mr le Receveur de l'enregistrement chargé de procéder  à l'inventaire dans les églises des dites communes.

                               Les opérations ont pu s'effectuer sans incident et l'ordre n'a pas cessé de régner.

                                                                                                                                              Soulette

                                                                                     Foix le 2 mars 1906        signé

Le 1° Mars les inventaires ont lieu à Larcat de 6H20 à  7h et à Vèbre de 10 à 11H et cela sans incident et sans manifestation hostile.

A   Vèbre Mr le curé Rouan étant absent l'arrêté de mise en demeure est notifié à sa sœur, qui le refuse Le second est remis au président des marguilliers Florence Pierre qui  le  reçoit,  remet les clés sans difficulté et assiste à l'inventaire mais ne le signe pas .

Le soir même le commissaire d ‘Ax informe de Préfet par télégramme, en clair, que les inventaires ont eu lieu sans incident ; le rapport est envoyé le lendemain 2 mars.

                 Le 26 mars 1906 le  tribunal classe l’affaire sans suite

Il s'en est passé des évènements dans nos petits villages.

 

 

  

 

 

Vendée Vèbre 09_ Crèche et Laïcité

Commenter cet article