Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Humour
AFfiche de gréve au lycée professionel de Lestaque Marseille 09 12 2014

AFfiche de gréve au lycée professionel de Lestaque Marseille 09 12 2014

 

La  chasse aux cancres  

 

Pour le bien des enfants, une fois de plus, les écoles des quartiers difficiles furent classées en ZEP et maintenant pour pallier aux manques de résultats satisfaisant pour nos chers petits elles passent en R.E.P. Alors fini les perles dans les copies, qui vivra verra. En attendant régalons nous de quelques-unes de celles qui ont fait dresser les cheveux de nos instituteurs que nous verrons prochainement.

Préambule

Au commencement les hommes ont dessiné sur les parois des grottes. Pourquoi ?  personne ne le sait. Ont-ils eu l’idée de graver des bois et os au préalable  nous ne le saurons  probablement jamais. Mais lorsqu’ils se trompaient dans les dessins pas de repentir possible à moins de piquer la paroi. Quand un enfant pressé d’imiter le prof , il y en avait puisque les dessins sont présents dans plusieurs grottes, apposait ses mains sur l’enduit de pigment et de moelle encore frais  les gourdins devaient voler bas. Bourreau d’enfant ! Notez au passage que les dessins sont proportionnés même sur des fonds bossus ou creux comment ont-ils fait ? Les préhistoriens ont trouvé la réponse, par expérimentation. Ils découpaient le contour du dessin dans un support plat, écorce ou peau,  et  sans servait comme on se sert d’une marionnette pour ombre chinoise. L’artiste dessinait probablement au charbon (fusain) le contour de la tache de lumière projetée sur la paroi et en suite il n’avait plus qu’à peindre  son œuvre.

 Après être passé par le burin, le pinceau sur papyrus, ne pas confondre avec le papier russe, puis sur peau de chèvre ou d’agneau  toujours utilisées pour les enluminures d’art,  les romains trouvèrent le diptyque que les jeunes garnements à l’école  pouvaient graver et effacer comme bon leur semblait. Dommage que des caricatures de César ou Virgile ne nous soient pas parvenues.

Comme chacun en faisait à sa tête  Charlemagne qui avait de la suite dans les idées et qui inventa les « missiles à domicile » obligea l’administration et les élèves à écrire en lettres caroline,   ce qui permettaient d’écrire plus vite. Déjà la vitesse.

https://www.youtube.com/watch?v=-tPYEslVFNU

Et les percepteurs et les  écoles tenues par des religieux continuèrent jusqu’à la révolution de transmettre le savoir à quelques privilégiés.

 Sous la 3° république l’état structura l’école et la rendit obligatoire puis gratuite (loi du 28 mars 1882)  , heureusement. C’est qu’envoyer des enfants à l’école revenait à avoir des bras en moins à la ferme. Les instituteurs de l’époque firent des merveilles pour un salaire de misère. Un petit village comme Vèbre où je suis né 400 habitants  vers 1870 ; 120 élèves, avec ceux du village d’Urs voisin , 120 habitants.

Il y avait des cancres,  bien sûr, non père né en 1911 m’en décrivait quelques- uns. Et à coté bon nombre d’enfants qui ont continué jusqu’au Baccalauréat, inventé par napoléon 1er,  et bien réussi dans la vie. Des enfants fâchés avec l’école il y en a toujours eu. Beaucoup de ces derniers préféraient mettre les mains dans le cambouis retaper les mobylettes puis les voitures plutôt que prendre des livres. Les automates remplacèrent  progressivement le travail manuel dans les chaines de montages et ailleurs  et le chômage commença à progresser( à la mort de Ponpidou 600 000 chômeurs environ). L'Ordonnance du 6 janvier 1959 porta l’école obligatoire à 16 ans. Deux ans de plus à subir pour ceux qui étaient fâchés avec l’école.

http://cediasbibli.org/opac/visionneuse.php?lvl=afficheur&explnum=1313

http://cediasbibli.org/opac/index.php?lvl=notice_display&id=73631

Années 1930 : enfants de la "zone" aux portes de Paris -Horizons de France (Paris)-s. d. Informations détaillées

Image(s)

Éditeur :Horizons de France (Paris)

 

 

Années 1930 : enfants de la "zone" aux portes de Paris -Horizons de France (Paris)-s. d. 

 

 

Les Z.E.P.

En 1977 sont créé les collèges uniques. Déception l’échec scolaire est toujours présent et il y a toujours plus d’enfants scolarisés.  « Des travaux de sociologie ont ainsi révélé l’importance de l’origine sociale des élèves, en insistant notamment sur le rôle joué par l’environnement familial et social », et plus particulièrement par le niveau d’instruction des parents, sur la réussite scolaire. » La France met en œuvre une politique d’éducation prioritaire en 1981, comme dans d’autres pays.

Alain Savary Crée les zones prioritaires.  La circulaire du 9 juillet 1981 en précise l’objectif : « corriger l’inégalité [sociale] par le renforcement sélectif de l’action éducative dans les zones et dans les milieux sociaux où le taux d’échec scolaire est le plus élevé ».

Et les Zones d’Education Prioritaires  étaient nées. La Zone, rouge entre les deux guerres, tant décriée et crainte par le passée tenait sa vengeance. Le mot s’accola, au  A, D, P,  I  ce qui donna les Z.A.D.  , les Z.U.P., les Z.U.S., les Z.I.P. et en fin les Z.E.P. Il n’y a que ZOB  qui ne fut pas associé aux extensions des villes, mais il était déjà utilisé pour  un autre appendice.  

 

« Mises en place en 1981, les ZEP ont pour ambition de lutter contre l’échec scolaire propre à certains établissements.

Beaucoup d’idées reçues circulent sur les ZEP. Si ce terme est entré dans le langage courant, on ne sait pas toujours à quoi il correspond. Voici quelques réponses qui vont vous éclairer sur la question. 15 % des élèves de primaire français et 17 % des collégiens font aujourd’hui partie d’une Zone d’Education Prioritaire… De la maternelle au lycée, les ZEP concernent tous les enfants scolarisés évoluant dans un milieu plutôt défavorisé et pour lequel le gouvernement a décidé de débloquer davantage de moyens. »

C’est toujours pour votre bien, votre bonheur, votre santé, votre sécurité, que l’on vous donne un petit verre de Limoncelle après le repas, comme sur la cote d’Azur, pour mieux faire passer l’addition ou vous ponctionner,  même si cela ne vous plait pas. 

 

« Une ZEP : pour qui ? A quels signes reconnaît-on qu’une zone est défavorisée et qu’elle mérite d’être qualifiée de prioritaire ? C’est d’abord le taux d’échec scolaire qui permet de le définir. Puis, interviennent des critères tels que le nombre d’abandons en cours de scolarité, sans qualification. Sont étudiées aussi les données économiques, démographiques, sociales, culturelles telles que la situation des familles, l’importance du chômage, la qualité de l’habitat, le niveau général de la formation de la population, l’existence et l’état des services et équipements collectifs… »

http://prophil.pagesperso-orange.fr/c-cb/zep.htm

Beaucoup de parents se voyaient presque insultés de voir leurs enfants en Z.E.P., la zone avait en effet mauvaise réputation avant- guerre.

 

Gallica

La Zone

Zone : du grec  Zônê  ceinture.

 

En 1841 une loi établissait le projet de construction d’une zone de défense à l’Est de Paris Le gouvernement craignaient déjà nos cousins lointains.

 Les francs  de Clovis étaient un peuple Germain, qui envahit progressivement  la Gaulle et sous Charles Magne bon nombre de postes clés étaient confiés à des Francs. 

Cette zone militaire  de fortifications comprenait  une  bande de 250m de terrain et un fort implanté sur une surface de 500mde profondeur. Jamais un texte quelconque ne vint exproprier ces terrains. Les zoniers toujours propriétaires se voyaient imposés d’une servitude militaire sans toucher le moindre centime de dédommagement et mieux toute intrusion ; jardin arbre etc. était punie de sévères amendes.

 En 1870 elles génèrent   plus les concentrations de troupe qu’elles les aidèrent. Mais quand l’ennemi est aux portes de Paris les rutabagas sont déjà cuits. Deuxième invasion des Germains qui s’appelaient Prussiens.

 Par la suite les terrains furent laissés peu à peu à l’abandon mais pas les amendes  et les sommes demandées par l’armée pour que les zoniers  mettent leurs parcelles en valeur étaient exorbitantes.

« L’état et la ville de Paris, bénéficiaires de cette épave abandonné  du Génie militaire, se sont mis d’accord sur  la démolition… » Les discussions durèrent dix ans tant était difficile le partage des terrains et surtout des frais pour démolir les fortifications.  Cette zone représentait 2400ha  estimée à 2 milliard ½ de francs.

En 1912, 2 ans avant la 3° invasion des Germains désormais Allemands, toujours eux, plusieurs projets existaient.  Certains voulaient faire des espaces verts pour Paris d’autres  exproprier les terrains pour les revendre  et aussi le passage du chemin de fer ;

 

 

« Ce projet a déjà un nom historique, c'est le projet Dausset. Il a un frère, qui est le projet Siegfried, ou du Musée social.

Toujours animé du même esprit, qui tend à considérer les propriétaires de la zone comme quantité négligeable, et les zoniers comme des prolétaires hors la loi, le projet Siegfried ne va pas jusqu'à la spoliation, genre Dausset, mais prétend faire payer aux zoniers les frais de la reprise du terrain des fortifications.

Et comment?

Par la simple application de la loi du 3o novembre 1807, qui permet, quand des travaux publics ont donné à des propriétés une plus- value, de faire payer à celles-ci la moitié de la plus- value présumée. »

Méfiez- vous donc des vielles loi oubliées.

 

Références :

Les Fortifications de Paris et le droit des propriétaires de la  Zone

Par Emile DAIREAUX Grande imprimerie de Troyes  Gallica BNF

Par la suite de nombreux bidonvilles s’installèrent en ces lieux. Ils étaient encore nombreux en 1956 lors du terrible  gel de février, fondation d’Emaus par l’Abbé Pierre. Douze ans après la fin  de la 4° invasion des Germains. Un homme d’humour à dit « Avec les Allemands  on se tape dessus de temps en temps mais qu’est-ce que l’on s’entend bien pendant les entractes ».

 

Les R.E.P.

Les zones ayant profitées surtout aux professeurs et pas aux élèves les ZEP vont muter en R.E.P.  Réseau d’Education Prioritaire.

Réseau : du vieux français rets qui veut dire filets.

 

Les REP sont définis comme suit sur le site de l’éducation nationale :

« La politique d’éducation prioritaire a pour objectif de corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire par un renforcement de l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissements des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales. La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République en a défini l’objectif : ramener à moins de 10% les écarts de réussite scolaire entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres élèves de France. La refondation de la politique d’éducation prioritaire est engagée. Le site national rénové de l’éducation prioritaire accompagne cette refondation. »

http://www.education.gouv.fr/cid187/l-education-prioritaire.html?gclid=CM-I5baqhcMCFSfItAodOwIA5w

Bon la définition ne varie guère de la précédente. Les mêmes causes produisent les mêmes effets.

« Il est prévu 102 réseaux REP  plus préfigurateurs, la réforme rentrera en vigueur à la rentrée 2015.

Combien y aura-t-il de REP et de REP+ et où sont-ils situés?

Le ministère annonce 1082 REP, dont 350 REP+. Les académies qui compteront le plus de REP à la rentrée 2015 sont celles de Créteil (96 REP), Lille (76), et Versailles (73). 

La liste précise des établissements concernés par un REP n'a pas encore été communiquée… »

 

« Un réseau d'éducation prioritaire (REP) est un réseau d'établissements scolaires qui travaillent ensemble à la réussite de leurs élèves. Dis autrement, la mise en place d'un REP permet à un collège, "tête de pont" du réseau, de travailler en partenariat avec les écoles qui lui envoient des élevés.

Quel intérêt pour un établissement scolaire d'appartenir à un REP ou un REP+?

L'idée est de donner plus de moyens aux établissements des quartiers populaires pour mieux faire réussir les élèves. Concrètement, dans les établissements classés REP, l'accent est mis sur l'acquisition du "LIRE, ECRIRE, PARLER", l'établissement de "LIENS RENFORCES" avec les parents, avec des échanges plus fréquents, et des personnels mieux formés et davantage soutenus, mais aussi la scolarisation des moins de 3 ans, le "plus de maîtres que de classes", ou l'accompagnement des élèves de 6e. »  Nos ministres redécouvrent ceux que les instituteurs du XIX° siècle appliquaient  apprendre à  lire écrire et parler. C’est quand même la base de l’éducation.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/votre-academie-se-situe-t-elle-en-reseau-d-education-prioritaire_1578387.html#pRh9jy7FEG6xy6L5.99

Pour compter les jeunes des milieux défavorisés apprennent vite, et en grandeur nature.

 

Nous aurons donc 1082 Rep pour 6 760 000 écoliers, 3 332 000 collégiens 1 470 000 lycéens et 670 300  lycéens professionnels ;

Apprentis 293 500, élèves d’autres ministères 220 800.

Tout devrait être beau et bien non, ceux qui râlaient contre les ZEP ne veulent pas les quitter  lorsque les établissements réintègrent le régime normal sous l’action de la mixité sociale et évolution du niveau de vie des familles. A Moins que l’appellation REP  fasse peur, ne pas la confondre avec son homonyme Rep =Régiment Etranger  de Parachutistes, débouché possible pour ceux qui aiment l’action et veulent changer de vie.

 Dans le mot réseau on perçoit une liaison une entraide  entre établissement mais il a aussi un sens plus sombre  plus connu dans les cités et autres quartiers défavorisés. Comme une fine guêpe tombe dans le filet de la toile d’araignée on peut tomber dans celui de la drogue de la prostitution de la contrebande  et d’autres. Brr! 

 

Le cancre

Il dit non avec la tête

Mais il dit oui avec le cœur

Il dit oui à ce qu’il aime

Il dit non au professeur

Il est debout

On le questionne

Et tous les problèmes sont posés

Soudain le fou rire le prend

Et il efface tout

Les chiffres et les mots

Les dates et les noms

Les phrases et les pièges

Et malgré les menaces du maître

Sous les huées des enfants prodiges

Avec des craies de toutes les couleurs

Sur le tableau noir du malheur

Il dessine le visage du bonheur

Jacques Prévert, Paroles.

 

http://cediasbibli.org/opac/index.php?lvl=notice_display&id=73628

 

 « Mieulx est de ris que de larmes escripre,

Pour ce que rire est le propre de l'homme. »

 

— Rabelais, Gargantua1

A suivre

Les perles de nos têtes blondes et brunes

 

L' image de couverture est tirée de la photo de la video :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/2014/12/09/les-enseignants-du-lycee-de-l-estaque-se-mobilisent-contre-la-sortie-de-zep-609382.html

AFfiche de gréve au lycée professionel de Lestaque Marseille 09 12 2014

AFfiche de gréve au lycée professionel de Lestaque Marseille 09 12 2014

Commenter cet article