Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Humour

 

Mieux vaut en rire

 

suite de

http://www.vebre09marseille-histoirefleursetgraindesel.fr/2015/01/de-la-zone-au-filet-zep-rep.html

 

image du bandeau:

samedi 27 octobre 2012 mon quotidiencancres à l'école

Jean-Charles  dans le préambule de la foire aux cancres prône la réforme des programmes scolaires. Nous sommes en 1962. « … Les gens sérieux ayant échoué [dans cette réforme]  pourquoi ne mettrais-je pas mon grain de sel dans l’affaire ? Il propose de faire une grande réforme complète au lieu de petites qui ne servent qu’à transformer l’enseignement en une vaste « foire aux cancres ».

Depuis 1962 de nombreuses  dispositions  ont été, prises pour l’amélioration de l’enseignement mais elles ne sont pas toutes satisfaisantes.

 

L’école nous apprend à lire, écrire, parler, compter et réfléchir. Jean-Charles  propose des réformes qu’il étaye par des perles correspondantes aux chapitres abordés. Elles n’épargnent personne des élèves de l’école primaire  aux professeurs de Sorbonne en passant par les parlementaires et les journalistes.

Il y a  toujours du travail pour  « instructionner » les enfants et « décancrer » certains d’entre eux.

 

Mieux vaut donc en rire et passer un bon moment de détente.

 

Les perles ci-dessous sont tirées du livre la  Foire aux Cancres 1962 édition de1996 _ Librio et de La Foire aux Cancres continue    1969  édition  2° trimestre 1981  -Calmant Levy.

 

Les sites préhistoriques abondent dans le soleil de notre midi. Selon nos têtes brunes et blondes _les trois grandes époques de l’humanité sont l’âge de la pierre, l’âge du bronze et l’âge de la retraite. L’âge de la pierre se subdivise en âge de la pierre taillée et âge de de la pierre ponce.

L’histoire la plus ancienne de notre village de Vèbre remonte au bronze tardif quant à l’auteur de ce blogue il en est à celui de la retraite. 

Nous avons proche de chez nous les grottes préhistoriques d’Ussat et de Niaux ; mais pour certain _ l’homme de Neandertal est un habitant de la Hollande.

Nous arrivons à l’époque de l’histoire.

Les Romains occupent la Narbonnaise, la vallée de la Garonne mais ne remontent pas dans les régions sauvages de la Haute Ariège .

Massalia est ville grecque vers 600 avant notre ère.

_Rome est fondée par Romulus et Cumulus ( on trouve aussi Raimu)deux enfant qui auraient été couvés par une louve. Précisons ici que la louve était le surnom des prostituées, ces deux orphelins ont donc été élevés par une pute. Ceux  qui ont retranscrit cette légende ne devaient pas bien connaitre le latin.

Les soldats de l’époque devaient garder le capitole, comme ils garent aujourd’hui  les bâtiments parlementaires. _Plus tard les Romains remplacèrent les soldats par des oies ; elles mangeaient moins et criaient plus fort c’est grâce à elles que le Capitole fut sauvé et que la ruse des Gaulois fut éventrée.

C’est aussi pour cela que l’opéra de Toulouse s’appelle le capitole et qu’il renferme la Mairie.

Et Jules _Il conquit la Gaule et noya toutes les révoltes dans un bain de  sang.

La religion chrétienne commence par l’annonciation. _ C’est l’ange Gabriello qui annonça à la Vierge Marie qu’elle serait la mère de Jésus. Ensuite elle entra en clinique pour l’opération du Saint-Esprit. Jésus fut baptisé par Saint  Jean- Baptiste qui était Nabatéen  et fâché avec les pharisiens du temple _ Celui-ci se nourrissait de Criquets : c’était le plus grand insecticide du désert. A méditer pour lutter contre la faim dans le monde et ne plus utiliser les pesticides sur les cultures.

 

Déclin Rome

_Au V° siècle la Gaule fut envahie par les Goths, les Ostrogoths, les Visigoths et les Saligoths. C’étaient  des peuples de la Germanie qui vivaient à l’embouchure de la Vésicule. Déjà eux.

Vinrent les francs qui « chassaient les Romains et les sangliers ».

_les francs se d ivisent en deux catégories, les  légers qui cultivent la terre et les lourds qui allaient à la guerre.

 

L’Islam était connu et Mahomet aussi. _ Fils d’un chef de gare à vannes, Mahomet , avant de devenir prophète était chauffeur de chameaux. Un siècle plus tard _les merles du palais prirent de plus en plus d’importance en particulier pépin de Cristal et son fils Charles Martel. Celui-ci arrêta les arabes à Poitiers avec un marteau piqueur. Il faisait  si chaud ce jour- là qu’il fondit sur les Sarrazins

.

Arrive Charles Magne.

Home juste il ordonna de juger les gens avec bonté avant de les tuer.

Roland est aussi connu.

_Quand il entendit les morts  approcher, Rolland se met à donner des coups de cornes, mais il périt sous le nombre. Le guet-apens avait été organisé par Fénelon. Cela ferait un bon scénario pour film d’épouvante.

 

Les Croisades se terminent par :_ La dernière croisade fut celle de l’abbé Pierre.

 

Jeanne d’Arc.

_Elle partit en campagne son étendard d’une main et sa pucelle de l’autre. Elle délivra la Nouvelle-Orléans et conduisit Charles VII à Reims pour le faire châtrer. Elle assista avec toute sa noblesse  à ce saint sacrement. Les anglais la firent prisonnière et elle fut brulée à Rouen  parce qu’elle était pucelle et arthritique. Elle mourut vivante.  

 

Le sens des mots

Le sucre :_C’est une matière blanche qui donne un mauvais gout au café quand on oublie d’en mettre.

Arrêté municipal : _Voleur que le garde-champêtre a arrêté dans la, commune.

Blé dur :_ Blé avec lequel on fait le pain rassis.

Mulâtre :_ Personne dont les parents sont de sexe différents.

Mulâtresse :_ Femme du mulet

Stratégie :_  Art de tirer pour faire croire à l’ennemi que l’on a encore des cartouches.

Trotiner :_ Marcher la queue en l’air en suivant quelqu’un ; (petit chat dans une histoire de Colette) 

 

La quadrature du cercle

_Un parallélépipède est un animal dont les deux pieds sont parallèles.

_Un cône est une chose idiote il y en à donc de toutes sortes.

 

L’électricité arrive à Vèbre en 1927.

_ Pour allumer on tourne l’interlocuteur.

_ Il ne faut pas toucher aux filles dénudés ou tombés à terre.

_ Le courant électrique traverse l’homme de part en part et fait vibrer sa petite aiguille magnétique. Aux innocents les mains pleines.

 

La botanique était enseignée au certificat d’études.

_ Les plantes ont des racines et des radis qui se mangent avec du sel. Certains arbres comme le pin et le sapin sont de la même famille  que les animaux à cornes. C’est la famille des conifères.

 

La France pays agricole.

_La vache est un mammifère dont les jambes arrivent jusqu’à terre. La vache n’est pas un bœuf et elle ne pond pas comme les poules.

_La vache ne mange pas beaucoup, mais ce qu’elle mange elle le mange deux fois.

_ la vache a un veau chaque année, grâce au taureau qui est une vache sans mamelles. Les veaux les plus réputés pour leur chair  proviennent de l’accouplement d’un père blanc et d’une normande.

 

_Les diverses sortes de chevaux sont le cheval de course qui court comme un zèbre, l’âne et le mulet.

 

Le chat

_De temps en temps, le, chat se dit : « Tiens, je vais faire des petits. »Quand il les a faits, on dit que c’est une chatte.  

 

_Les lapins vivent dans des cale-pieds.

_La chèvre est  un animal de même nature que le bélier ; c’est la seule femelle connue qui porte une barbiche.

 

La Foire aux cancres continue

Et nous avons toujours autant de plaisir à relire ces perles.

 

Du corps humain

_Les os de la main sot la carpe et les carpillons.

_Le pied est composé de phalanges de cinq métatarsiens et de cinq martiens

_ Quand on regarde des objets éclairés le cerveau transmet des idées lumineuses. C’est pour cela que se nombreux cancres ont réussi dans la vie.

 

Les maladies enfantines étaient traitées avec du sérum

_ Le sérum est administré  aux sujets déjà atteint de la maladie, afin d’activer leur destruction.

Dans le cadre de la médecine scolaire nous avions droit au dépistage de la tuberculose.

_La cuti réaction indique si l’on est humain ou sain.

_ Les ver à soie sont  des bêtes qui pondent de la soie les moutons pondent de la laine.

Le feu chauffe le fond de la casserole, alors ça brule les pates des microbes et ça les fait gueuler.

 

Math et géométrie

_En mathématique il faut toujours calculer avec des suppositoires ;

_Le quadrilatère est un triangle à quatre cotés.

_La médiatrice enjambe la cinquième droite du carré en passant par le grand côté.

Comprenne qui pourra.

 

 

 En 36 arrivent les congés payés et avec eux le camping et la découverte de la campagne.

_ J’aime le poulet quand il a la chair ferme ; pour cela, il faut choisir dans des poulets moyen âge ;

_ J’adore Zorro avec ses moustaches qui cherchent la justice.

_Au camping pour se réchauffer les parents faisaient un feu de camp avec leurs enfants qui crépitaient de joie.

_ils criaient et pleuraient comme des vers de terre par une nuit d’été.

_renversé par une voiture cet homme a été tué. Le pire c’est qu’il avait aussi une jambe cassée.

_train _ les bois défilent sur les routes.

 

Casse-croute et randonnée

_ Le jambon est descendu par la fermière qui pend dans la cheminée.

_ Il rentrait avec son fils de la chasse, le carnier lesté d’un lièvre. Arrivé chez lui il montra sa progéniture, disant  que cela ferait un met succulent.

_ On voit des pêcheurs assis au bord d’une rivière qui a tendu son fil.

_ La mer attendait toujours son mari

_ Il continua de nager et de se noyer.

 

_Je me promenais assis sur un banc._ je m’étais raccourcie en prenant un autre chemin.

_A l’horizon s’élevait une tour complétement rasée.

_Les seuls êtres humains de l’été étaient des moustiques.

_Nous n’avions plus le temps d’aller plus loin car nous étions arrivés.

 

Après les _ flacons de neige » tombés en hiver vient le printemps._ Au printemps les arbres dépouillés par l’hiver se repouillent.

_Dans la rue passait une dame du village , la tête baissée à cause du vent qui revenait de chez le boucher.

_Un vieillard assis ça et là laissait pendre de sa barbe un chien à long poil._ il s’endormit paisiblement et se réveilla mort.

 

Jargon de faux lettrés, charabia de pédants,

Bravant l’honnêteté en tes mots impudents,

Latin qui abêtis, épuise, édulcore

Les tristes lycéens qui, étudient encore,

Puissent les gens de goût, par raison inspirés,

Te mettre au néant dont -las!-  tu fus tiré,

Et qu’enfin éclairés, de par la terre entière,

Tous ceux que tu brimas te taillent des croupières !

 

Poème envoyé par un instituteur avec « ses encouragements très sincères-et ceux de plusieurs collègues- pour le bon combat que vous menez et dont les effets commencent à se faire sentir »

 

 Prof

_ceux qui ont fait la guerre de cent ans avec moi l’an dernier  doivent s’en souvenir ;

 

Prof d’histoire de la Sorbonne

_Les Bourse du Travail, syndicats horizontaux les fédérations verticales de syndicats vivent parallélement jusqu’n 1902 ;

_ on reconnait , les différentes races de chien à leur  plumage de couleurs différentes ;

_dans le calcaire vivent des tas de petits animaux qui sont  morts.

_ Parlez lisiblement.

Cette perle pourrait bien s’appliquer à Ponpon de Pey

 

De nombreux cancres on parfaitement réussi dans la vie

parmi eux 

 

Winston churchil

Son père lui aurait écrit « tes résultats scolaires sont une insulte à l’intelligence ». Winston Churchill, nous l’aurons compris, n’a pas bénéficié d’un soutient morale indéfectible. Brillant mais trop turbulent, il quitte l’école très tôt pour s’engager dans l’armée. Il réussira pourtant son rêve « laisser son nom dans l’Histoire ».

 

Son point fort ? Malgré de nombreux échecs scolaires, Winston Churchill montrera très vite « d’étonnantes prédispositions pour l’écriture, un goût très prononcé pour les joutes politiques, une passion dévorante pour les armes ainsi qu’une excellente mémoire.» Mais, comme il le dit lui-même lors de son discours à la chambre des communes, le 13 mai 1940 « Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, de la peine, de la sueur et des larmes ! ». De l’acharnement au travail donc, pour l’homme politique britannique.

 

 

Sacha Guitry

Sacha Guitry est né le 21 février 1885 à Saint-Petersbourg d'un père comédien, l'illustre Lucien Guitry, et d'une mère comédienne, Renée de Pontry. Il arrive à l’âge de cinq ans en France. Il décède à Paris le 24 juillet 1957 au terme d’une vie exceptionnelle.

                L'artiste

L’œuvre de Sacha Guitry est colossale. Elle lui a apporté la gloire et le succès à la mesure de son immense talent. A la fois auteur, comédien, réalisateur, il a réalisé 36  films (dont 17 sont tirés de son théâtre et 19 réalisés à partir de scénarios originaux) et 124 pièces de théâtre en 56 ans de vie artistique. Beaucoup de ses pièces furent de grands succès et sont restés comme des classiques de théâtre français.  Il eut également l’honneur de les jouer en tournée à l’étranger et devant des monarques. Néanmoins il s’agit souvent de longs monologues qu’il interprète lui-même. Les autres acteurs faisaient souvent office de faire-valoir et permettaient à Sacha Guitry de reprendre son souffle.

 

Entre 1903 et 1954, il fait éditer ou publier 32 ouvrages divers, 9 oeuvres posthumes suivront. Sa bibliographie comporte plus de 210 volumes. De 1929 à 1956, il rédige 16 préfaces pour divers ouvrages. De 1902 à 1957, il signe près de 900 articles de presse. De 1908 à 1955, il donne une quarantaine de causeries diverses. De 1921 à 1956, il participe à 268 émissions de radio ou de télévision. De 1920 à 1955, il enregistre une trentaine de disques. Il a dessiné plusieurs centaines de caricatures, peint plusieurs dizaines de tableaux, sculpté 3 bustes de Jules Renard.

 

textes tirés de la Toile

Sacha Guitry

 

Les 100 lignes...

 

 

Pour le plaisir, les 100 lignes de Sacha Guitry:

Messieurs, je suis touché, très touché mais confus,

plus confus que jamais encore je ne le fus.

Ô certes, je vous remercie d’avoir voulu m’admettre aujourd’hui parmi vous,

mais cependant je vous avoue que je ne me sens pas très à ma place ici.

 

Il faut être sincère, quand on m’a dit "Venez à Janson-de-Sailly

pour fêter son anniversaire", eh bien! Messieurs j’ai tressailli.

Venir à Janson-de-Sailly me joindre aux gloires de l’école

et prendre la parole,

il m’a paru vraiment que c’était bien osé,

bien téméraire et j’ai failli me récuser.

 

On insista, je suis venu, mais en tremblant,

car enfin pour moi c’est troublant de me trouver ici, veuillez en convenir.

Est-ce pour me punir ou pour me rajeunir, qu’on m’a si gentiment demandé de venir ?

Non, ce n’est pas pour me punir

et tout à coup je crois deviner la raison qui vous fait m’accueillir

et qui m’autorise à m’asseoir

parmi ceux dont cette maison peut aujourd’hui s’enorgueillir,

il vous fallait un repoussoir

et vous ne pouviez pas en trouver un meilleur,

je suis le paresseux parmi les travailleurs,

je suis la couleuvre, le loir, parmi les abeilles et les fourmis,

je suis l’oison parmi les aigles,

enfin chez vous, Messieurs, je suis l’exception qui confirme la règle.

 

Donc, je vous en conjure, admettez mon émoi

et bien que ces regards qui sont posés sur moi

me semblent indulgents, en vérité, Messieurs, je tressaille en songeant

que l’un de vous pourrait peut-être s’aviser de m’interrompre en me disant

"Savez-vous enfin les sous-préfectures du département de la Côte-d’Or ?"

Or voyez d’ici ma torture, obligé d’avouer "Non, Monsieur, pas encore..."

 

Mais poursuivons notre discours,

je n’ai passé dans ce lycée qu’un temps très court,

huit ou dix jours. J’étais pressé,

j’en avais encore onze à faire, vous pensez...

oui, onze encore,

j’en ai fait douze en treize années, convenez que c’est un record...

 

A ce propos, Messieurs, je veux vous signaler l’injustice du sort,

le lycéen parfait, celui-là qui n’a fait qu’un seul collège dans sa vie,

on le convie au banquet des anciens élèves du lycée,

évidemment où sa jeunesse s’est passée.

 

Mais, ça ne lui fait jamais qu’un seul repas par an,

un seul hélas, puisqu’il n’a fait qu’un seul lycée,

tandis que moi, que de partout l’on a chassé,

exemple déplorable et terreur des parents,

moi, j’ai douze repas par an qui me sont assurés.

 

Mais, j’abrège, n’ayez aucune inquiétude,

dès lors que vous connaissez, Messieurs, mes habitudes.

Je ne reste jamais longtemps dans un lycée.

Cette fois-ci vous n’aurez pas à m’en chasser.

 

J’y suis resté huit jours, il y a quarante ans :

encore une minute et je vais être loin. Vous le voyez, je reste ici de moins en moins longtemps.

 

Celui qui m’a chassé, mon Dieu ! je le revois,

j’entends sa voix

comme si c’était hier,

il rappelle un peu Monsieur Thiers,

il est debout, très irrité, il s’énerve, s’emporte

et me montre la porte

en me disant : "Sortez ! vous aviez à faire cent lignes,

vous n’avez pas voulu les faire, c’est indigne

et vous ne rentrerez ici, vous m’entendez,

que lorsque vous aurez fait vos cent lignes, sortez !"

 

Eh bien ! Messieurs, je les ai faites, il disait vrai ce bon vieillard

et puisque de Janson vous célébrez la fête et m’en ouvrez les portes,

mes cent lignes les voici donc, je les apporte

avec quarante ans de retard. 

 

Et il y  a bien d'autres cancres  célèbres

 

un mot d'un prof de math du collège d'Ax les Thermes 

Il avait les cheveux ras d'un joueur de Rugby (équipe de Saint-Girons)

"Bande d'abrutis  il n'y a plus qu'à tirer l'échelle."

Les abrutis ont quand même réussis.

PPP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les perles de nos têtes blondes et brunes
Les perles de nos têtes blondes et brunes

Commenter cet article