Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #poesie

 

P O U R Q U O I

 

Pourquoi  de questions posées,

Un tableau, ne ferai-j e pas ?

De loi, peut-être un peu osé

Mais si ressemblant-Pourquoi pas ?

Pourquoi m’as-tu épousé

Si mon cœur ne te plaisait pas ?

Pourquoi m'as-tu repoussé

Un jour que tu ne m'aimais pas ?

Et pourquoi tu t'en es allée

Puisqu'au fond, tu ne partais pas ?

Et pourquoi donc, es-tu restée,

Si ton cœur, lui, ne restait pas ?

Pourquoi m’as-tu ensorcelé

Si, chérie, tu ne m'aimais pas ?

Et pourquoi l'as-tu martelé

Ce cœur si proche du trépas ?

Comment peux-tu donc inventer

Quand tu ne penses même pas ?

Et comment peux-tu camoufler

Ce que tu veux tant, que€ l'on voit ?

Pourquoi l'avoir si bien caché

Ce que tu voulais que l' on croit ?

Pourquoi t’es-tu, donc, confessée

Alors que tu ne péchais pas ?

Et pourquoi peux-tu condamner

Alors que tu ne juges pas ?

Pourquoi donc l'avoir remarqué

Quand tu ne voyais même pas ?

Pourquoi l' avoir tant griffonnée

La lettre que tu n’écris pas ?

Et pourquoi faire, feuilleter

Ce livre, que tu ne lis pas ?

Et pourquoi l'avoir acheté

L' objet qui ne te plaisait pas ?

Pourquoi l'as-tu tant critiquée

L'œuvre que tu ne connais pas ?

Pourquoi veux-tu communiquer

Ce que tu veux garder pour toi ?

Et pourquoi toujours invoquer

Toi et l’amour de toi ?

 

Pourquoi veux-tu martyriser

Mon pauvre cœur quand, même pas

Ta main ne pourrait maltraiter

Ton petit chien ou bien ton chat ?

Que cherches-tu, subtilité,

Alors que tu ne ruses pas ?

Cherches-tu l 'immobilité

Quand tu veux faire quelques pas ?

Pourquoi jouer à l'anxiété

Quand ton cœur, lui, ne s'en fait pas

Pourquoi prendre 1'air embêté

Alors qu'au fond, tu ne l'es pas ?

Pourquoi joues-tu à t'enivrer

Quand je sais que tu ne bols pas ?

Quand tu sais que ce n'est pas vrai,

Pourquoi tu ne me le dis pas ?

Et quand tu dis la vérité

C'est alors que l’on n' y croit pas.

 

Et devant cette quantité

De pourquoi et de pourquoi pas

Qui dépeignent, sans charité,

Tes malices et tes faux pas

Je voudrais quand même arrêter

Ces petits vers qui n’en sont pas

Et puis, aussi, te répéter,

Que je t’adore  et pourquoi pas ?

 

_____ §§§  _____

 

 

UN  ANGE PASSE

 

Ma femme a une sainte horreur

De la conversation qui tombe

Elle dit que c’est faire honneur

A ses invités et qu'incombe

A la maitresse de maison

Ce devoir et ce privilège

De sauver la conversation

Dieu seul sait, par quel sortilège

Pourvu que le ton se relève

Et qu’alors, le diner s'achève

Non, dans un silence mortel

Mais, dans un tintamarre tel

Que notre euphorie soit complète

Et que, champagne et boissons

Faisant un peu tourner les têtes

Tus les cœurs soient à l’unisson.

 

Je souscris à cette coutume

Et quand je pense à l'amertume

D'un froid, dans la conversation

Le fait d'écarter, sans façon

Le sujet dangereux qui risque

D’engendrer une discussion,

Pour la maitresse de maison

Est bien un rôle magnifique "

Mais là ou je ne te suis plus

C’est quand, forte de ce principe

Tu coupes la parole au type

Qui parle et qui de plus

Intéresse son auditoire

Car, ça arrive quelques fois

Que celui qui parle, avec foi

Ou qui conte bien son histoire

Ait capté toute l'attention

D'un auditoire qui l'écoute.

Alors toi, qui, sans aucun doute

N’a pas suivi la question

Avec ton plus charmant sourire

Tu changes la conversation.

Le plus souvent, pour ne rien dire

Mais d'un air de satisfaction

Qui laisse en plan, le beau parleur.

Tant pis, si c'est un professeur,

Tant pis, si c'est un diplomate

Mais, si c'est l'homme politique

Qu'on avait invité, ma chatte

Pour ma Légion d’honneur . . . Bernique!

 

Tu vois, il faut faire attention.

Tourne ta langue ...Non. . Mais pense !

C’est comme quand tu te lances

Dans une grande discussion

Avec celui, dont le métier

Est justement de discuter.

Tu soutiens quelques fois, des choses

Avec une telle insistance

Que, peut-être, plus que tu penses

Ton vis à vis, tu l'indisposes.

 

Mais alors, tu vas rendre, immonde

Ton rôle si charmant d'hôtesse

Alors que c’est ta gentillesse

Qui fait ton succès dans le monde.

Garde Chérie, ton beau sourire

Reçois comme tu as l'habitude

Et puisque c’est une coutume

Au fond, tu n'as qu'à te dire:

"Il est moins vingt, un ange passe

C’est puér1l, mais c'est charmant

Qu' est-ce que tu veux qu'on y fasse

D ' ailleurs , je ne sais pas comment

Mais il est un fait bien certain

Ilogique et déconcertant

C'est qu’après avoir dit "Moins vingt "

Ben. . la conversation reprend.

_______  §§§  ______

 

 

 

NERVOSITE

Chérie, est-ce que tu te rends compte

Des choses que tu racontes

Au cours de ces crises de nerfs

Qui viennent, lamentablement,

D' ailleurs, périodiquement

Essayer de tout fiche en l'air:

Notre bonheur - notre quiétude,

Notre ménage - Pourquoi pas ?

Pourtant ie n'ai Pas d'inquiétude

Et quand le moral est très bas

Même, au beau milieu de la crise

Je pense à une cerise

Qui passe de l'aigre amertume

A la douceur la plus exquise.

Cerise ou Femme, fruit qui vous grise,

Nous vous croquons c'est la coutume,

Car, aujourd'hui: méchante et dure,

Demain, vous êtes douceur même

Que dis-je, l'amour lui même

Question de température!

Et aussi de tempérament!

 

Si j ' avals cru à tes amants

Que  tu me flanques à la figure t

Par dépit, tu peux être sûre

Que, pour moi, il y aurait longtemps

Que j’eusse aussi pris des maitresses.

Mais, si mon cour n'a plus vingt ans

Si, fini , l' âge des prouesses,

Toi, pourquoi prendrais-tu le droit

De profiter de ta jeunesse.

Un peu tangente, par endroit

D'ailleurs-sans que ça te blesse.

D'accord, tu es plus jeune que moi.

Mais tu sais bien que nous, les hommes,

Nous vieillissons moins vite, en somme,

Que vous, les femmes- et c'est pourquoi

Avec la différence d'âge

Que nous avons, ni l' un, ni l’autre,

Ne pourrait trouver avantage

A tromper l’autre avec un autre.

Ce n'est donc pas une raison,

Cette influence de la lune

Pour tout casser, à la maison

Et prétendre à ton infortune,

Prendre à témoin, tout le quartier

De ce que t'a fait, ton mari.

Surtout qu’après, d'un ton marri

Tu voudrais dire, au monde entier

Que tu regrettes cette scène,

 

Et tu cites notre ménage

En modèle de mariage.

Alors ? était-ce bien la peine

De tout démolir, hier au soir

Pour tout raccommoder, ce soir.

 

Sautes d’humeur, nervosité

Propre de la féminité,

Vous rendez, parfois infernale

La vie que l'on dit conjugale

Le volcan gronde sous la cendre,

A l'état latent, chez nos sœurs.

EVE n'est jamais aussi tendre,

Qu’avant de vous percer le cœur

Elle n’est jamais aussi douce ,

Qu’après l'avoir piétiné.

Je ne vois pas d'autre ressource

Que d’attendre sa destinée.

 

Car, il faut que crise se passe :

Soudain! et sans que rien n’y fasse

Vous vous réveillez, en plein drame.

Vous avez sommeil, faim peut-être.

Pas question - Tout doit disparaitre

Devant le complot qui se trame.

Les coups se suivent, rapprochés,

Drus, précis, bien assénés,

Ça s’est passé, y a des années...

Ça vous est toujours reproché.

Ça s’est passé... Dans l'avenir :

Elle sait ce qui va venir :

Vous allez la tromper, parbleu.

 

Tout d'un coup, le temps passe au beau .

C’est fini et vous avez beau

Vous demander: Pourquoi c’est bleu ?

C’est bleu parce que c’est fini.

L’orage est passé, c’était noir,

Depuis qu'on a pleuré, l'espoir

Renait et tout est bleu à l'infini!

Et c’est pour cela qu’on les aime

En dépit de toutes leurs crises.

Car cette nervosité même

Pour elles aussi, c'est la surprise.

Elles ne sont pas responsables

A ce moment 1à, de leurs actes.

 

A nous d'admettre ces "Entr'actes"

Qui les rendent plus adorables,

Quand, une fois, tombée, la fièvre

Elles nous redonnent leurs lèvres!

______   §§§   ______

Source des images

Pourquoi

le Pourquoi Pas de Charcot pas tiré [sortie de la rade, Le Havre, 1908] : [photographie de presse] / [Agence Rol] --1908 Informations détaillées 

Inauguration au Grand Palais de l'Exposition de Mr Ledeuil, peintre du "Pourquoi pas" : [photographie de presse] / Agence Meurisse

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9045389r.r=pourquoi.langFR

Les pourquoi, ou Le catéchisme politique des bonnes gens -chez les libraires du Palais de l'Égalité (Paris)-1794 Informations détaillées  Afficher le texte brut

Carte postale Alsace

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b102340818.r=pourquoi.langFR

 

 

Un ange passe

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8406361n.r=anges.langFR ange strasbourg

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8406361n.r=anges.langFR

Nervosité

http://www.nosarticles.net/comment-soigner-la-nervosite-102.htm

http://bien-etre.comprendrechoisir.com/astuce/voir1Page/268016/8-effets-de-la-lune-sur-l-homme

http://Napoleon et son fils http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64640143/f21.image.r=nervosit%C3%A9.langFR

 

 

Valériane . Elle facilite le sommeil partie utilisée la racine ,elle attire aussi les chats.

Valériane . Elle facilite le sommeil partie utilisée la racine ,elle attire aussi les chats.

Comme elles sont V_ Pourquoi  Un Ange passe Nervosité

Commenter cet article