Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Randonnée

 

Une sortie  dans une nature encore intacte.

 

Je vous propose un parcours  de promenade, en boucle, dans les bois au Nord-Est de Miramas en partant du domaine de Cabasse.

Lieudit visités Les cabasses, Guimbaud,Maucasteon, Camprouiès, Carruyer.

Nous sommes partis du parking du haut , accessible depuis la ville,  altitude 65m coordonnées 5°0240422E et 43° 5895770N Distance totale 6km350 altitude maximum 91m

 

 

 

Nous empruntons les chemins qui desservent les propriétés agricoles, chemin du poirier, chemin de la gaffe que nous quittons en bordure de la prairie où des chevaux de Camargue et un âne de Provence paissent tout à fait à l’aise  malgré le mistral et le froid vif de ce début de matinée  .

 

Le  vallon est couvert de prairies . En bordure du chemin et du fossé nous trouvons deux pieds fleuris de Tragopogon dubius, Asteraceae, les fleurs sont jaunes au bout d’une longue tige , que l’hiver a couchée sur le sol.

Surligner les liens ci -dessous pour les lire

« Genre de synanthérées, dont une espèce, le tragopogon des prés, tragopogon pratense, L. est connue sous les noms de salsifis sauvage, barbe de bouc et salsifis des prés. On y distingue aussi : le tragopogon porrifolié, dit salsifis blanc ou salsifis commun, (c'est la plante que les jardiniers cultivent sous le nom de salsifis) et le tragopogon velu qui a été le géropogon velu de certains auteurs, [Legoarant]

Etymologie : Lat. tragopogon, du grec, bouc, et, barbe.

http://www.littre.org/definition/tragopogon

Nous empruntons ensuite  le chemin de Miramas à Grans. Devant le mur d’une belle proprièté des soucis sauvages Calendula arvensis ,ou officinalis  commencent à s’ouvrir.

« Le nom latin calendula viendrait du faite que le souci est en fleur le premier jour de chaque mois, dans le calendrier romain les calendres désignaient le premier jour de chaque moi, d’où aussi le nom vernaculaire de fleur de tous les mois. Pour d’autres calendula viendrait de calendae faisant référence à ses propriétés emménagogues. Quand à l’origine étymologique souci, elle proviendrait du latin sol sequia : qui suit le soleil (les fleurs du souci s’ouvrant au lever du soleil et se referment au coucher), et en vieux français cette expression devient soulsie. Ainsi le soulsie est devenu au fil du temps notre souci»

http://www.l-herboriste.fr/article-souci-40614457.html

 

Cette propriété dépassée il faut traverser le canal d’irrigation, Canal de Miramas. 5.0289346E

43.5959818N 65m. prendre le chemin de gauche. Le  parcours passe dans une  belle pinède

 Au bout de la parcelle(260m) prendre le chemin à main droite. Le chemin au bout d’un moment longe une muraille , parcelle autrefois cultivée.

Puis il sort du bois et se dirige vers l’Est entre les chênes. Sur le sol mous commençons à  trouver de nombreux fossiles datant du quaternaire. Les pluies ont bien nettoyé la roche et au carrefour de chemin suivant nous foulons de nos pieds un splendide gisement de coquilles fossilisées.

 

 

De ce point nous remontons plein Nord 

Dans la montée nous trouvons un pied de  Himantoglossum robertianum- Orchidaceae, fleuri

 

Le  carrefour de piste et chemins suivant est bordé par une antenne. C’est le point le plus élevé du parcours 91m 5,0291813E 43,5999754 N .

 

Puis nous  empruntons à droite un ancien chemin agricole  Azimut 118° nous le suivons jusqu’au bord de la forte dénivellation qui sépare ce plateau du domaine de Petite dans le vallon 30 mètres plus bas.

 

Pose repas dans un endroit mieux abrité du mistral  qui souffle toujours aussi fort mais un peu moins froid. 5, 0411333E43,6007524N 86m

 

Nous reprenons la marche direction le sud .dans une clairière nous avons une vue dégagée sur  le Nord- Est. Au deuxième plan les hautes plaines qui nous cachent Grans puis  l’Ouest de Salon et dans le lointain le Ventoux enneigé. Arrivé à la côte 74 nous prenons Sud Sud-Ouest. 

 

 

Tous ces bois, encore intacts,  sont parcourus d’innombrables sentiers qui permettent de  les parcourir en tous sens.

Un peu partout on trouve des murailles et des anciennes  Cabannes  dont il ne reste que le bas des murs.

Les chemins  pour certains conservent les anciens pavages, marqués par les roues des charrettes, que les intempéries ont déchaussés depuis longtemps.  Quelques anciens champs sont encore ensemencés pour le gibier à plume, «agranoir».

Après la barrière ,5.0380112 E 43.5942645 69m,  nous arrivons sur le chemin de Miramas à Grans quitté le matin ; Au virage à droite suivant nous quittons le chemin pour nous diriger vers le canal en contrebas et le longer jusqu’au point où il traverse le chemin de Grans  où un panneau retrace l’historique du canal de pougnois, c’est son nom.

De là nous rejoignons le domaine de Cabasses.

Cette promenade en sous-bois  est des plus agréables et ne présente pas de difficultés. Elle doit être encore plus belle  au printemps ; ce dimanche les fleurs n’étaient pas encore au rendez-vous. 

Merci à patrice F. pour cette  belle sortie qu’il a conçue et menée pour la Linnéenne.

 

PPP

Marseille - Randonnée dans les bois de Miramas

Commenter cet article