Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #histoire Ariège

Depuis la nuit des temps l'eau de boisson se puisait aux sources à proximité desquelles les hommes s'étaient installés quant aux animaux ils allaient à l'Ariège ,400m, deux fois par jour; la lessive se rinçait aussi à la rivière.Il y avait bien une fontaine, alimentée par de tuyaux en poterie, au presbytère mais elle était bien insuffisante. Le progrès technique permettait maintenant ces ouvrages mais construire un réseau d’eau pour des communes pauvres accablées par des procès relevait du défi.

 

Enfin l'eau courante sera dans le village

 

Chronologie des travaux

 

Première demande

Le 9 juin1851 le conseil demande la marche à suivre pour la construction de 3 fontaines . La commune s’engage pour 300f et les journées volontaires. L’architecte des bâtiments public rend sa réponse en février 52. Les travaux dépasseront de beaucoup les ressources de la commune.

Les conduites en terre sont abandonnées depuis longtemps, celles en fonte, "qui présentent le plus de garanti sont d'un prix si élevé qu'il ne faut pas songer à les employer dans cette commune" l'architecte attend les renseignements sur un nouveau type de conduites.

En Avril  52  suite à la réponse du préfet le conseil se réunit. La commune dispose de 750 f au trésor 252 francs d’argent et de 272 journées de travail volontaire soit 1302f . Le cout est trop élevé l’architecte n’établira pas de devis.

 

Deuxième demande

29 janvier 1854 réunion du Conseil municipal et des plus hauts imposables

 

Mr le Maire rappelle que la commune est toujours dépourvu d’eau et qu’il faut faire construire des fontaines pour y remédier et aussi pour donner du travail aux ouvriers  indigents Mr le préfet indique dans sa lettre du 1 Décembre 1853 q ’une somme de3 500 000 francs a été débloquée par le ministre pour l’exercice de1854, par décret impérial du 22 novembre 1853 pour donner du travail aux ouvriers indigents. Il donne aussi connaissance du devis estimatif dressé par l’agent voyer cantonal (ce n’est plus l’architecte départemental comme en 1851) ce devis s’élève  à la somme de  2920f 40c il prévoit 3 fontaines à Vèbre et une fontaine ferrugineuse à la Remise au bord de la route  nationale 20

Le texte précise que l’Ariège source la plus près du village est à 400m et qu’on y  accède par un chemin presque impraticable celui du Pech  actuellement coupé par la voie ferrée et l’ancien chemin de Vèbre

3 mars 1854 le dossier est transmis avec avis favorable par le préfet.

Le  devis ne prévoit pas de tranchée ni de construction de bassin pour La Remise la fontaine devait donc exister, on a remplacé la fontaine proprement dite.

18 mars 1854                     Brouillon de la lettre du Préfet

Le préfet écrit au maire de Vèbre pour l’informer que l’excédent de 411f , 7provenant de l’exercice de 1853 est affecté aux travaux des fontaines, une somme de 200  f  est allouée à la commune par le département; la commune est autorisée à contracter l’emprunt de 2000  f  pour une durée d’amortissement de 8 ans L’imposition supplémentaire pour l’amortissement de l’emprunt sera de 246,60  f représentant 20c additionnel sur le principal des 4 impositions.

Devis : 2920, 41  f la commune possède 611,71  f  le déficit est de 2308,70  f.

 

Financement

18 mars 1854                      

Le préfet écrit au maire de Vèbre pour l’informer que l’excédent de 411f , 7provenant de l’exercice de 1853 est affecté aux travaux des fontaines, une somme de 200  f  est allouée à la commune par le département; la commune est autorisée à contracter l’emprunt de 2000  f  pour une durée d’amortissement de 8 ans L’imposition supplémentaire pour l’amortissement de l’emprunt sera de 246,60  f représentant 20c additionnel sur le principal des 4 impositions.

Devis : 2920, 41  f la commune possède 611,71  f  le déficit est de 2308,70  f.

L’excédent du budget de 1853 soit 411,71 f sera affecté aux fontaines  et le préfet accorde un supplément de 200f. La commune est autorisé à emprunter 2000f par décret du mois dejuillet.

 

Contribuables et indigents

                               Liste des plus hauts contribuables

Anglade cléments185,31;        Soulié Emmanuel118,05;

    Bonnans Pierre89,89 ;         Of Jean-Pierre baraset64,70 ;

Soulié joseph avoué64,70;      Paz marie 49,45;        

 Gardes Gérôme 68,92;           Soula jean Cpte44,80;

Astrié de Gudannes39,35;      Lafaille Pierre40,70; 

 Alazet Gabriel fils de Gérard59,70;   Pelissie pierre jafis28,35;

 Soulié jean cabaretier24,74 ; Delnondedieu Sébastien26,22;

 Florence Antoine25,65;          Denjean Etienne25,26; 

Estèbe curé24,41 ;                   Soulié Gérôme (manché)25,90;

Alzieu Guilhem ainé22,84:      Alzieu Dominique22,78;

 Rauzy jean cap t20,71;          Lafaille jean pierre 20,63

 

29 janvier1854  Liste des  ouvriers indigents de la commune de Vèbre.

1  Puch Mathieu  Lacaten                            17  Papy Antoine  Laréglat                                                         

2  Soula jean Bernard                                    18  Lafaille Jean  Pijoulet

3  Pélissier Jérome                                         19  Soulié Jean-François

4  Bonnet Guilhaume                                    20  Soula Jean

5  Soula  Jérome                                              21  Bernadac Pierre

6  Canal Jérome                                               22  Galissier Jean

7  Alzieu Jean Bernard                                  23  Pélissier Laurent

                                                                              24  Esquirol Pierre

8  Puch  Mathieu sans quartier  25  Gardes jean baptiste

9  Soula Baptiste compte roy                   26  Soula Jean  Laberdure

9  Berninat Mathieu       Perdut                

10  Lafaille Jérome                                         27  Rauzy  Jérome  Barraquet

11  Soulier Jean  Rat                                       28  Lafaille Jean    Perroulet

12  Papy Jérome                                             29  Alazet Pierre                             

13  Lacaze Mathieu                                        30  Esquirol Joseph

14  Denom Jean                                              31  Canal Noël    Coumis

15  Gardes Pierre                                            32  Denjean Antoine

16  Canal Mathieu fils

 

Nature des tuyaux

Une lettre technique de l’architecte préconise des tuyaux en tôle de fer enduits de bitume plutôt que de la fonte qui est très chère ou le plomb. Il attend des renseignements sur les canalisations en plomb utilisées à Toulouse.

Fonte : 6  f le mètre à raison de 600m =3600f

Tuyaux en plomb cout total 1826  f, 56c.

 

L’Emprunt

28 janvier 1855 Délibération du conseil

Le conseil examine les plans et devis estimatif de l’Architecte cout des travaux 3085  fla commune possède 2334  f Il manque   751  f. La commune accepte le projet et demande un secours Dans le cas où le secours demandé ne serait accordé qu’en partie les conseillers se cotiseront pour combler la différence en attendant que la commune puisse les rembourser. Le  17 avril 1855 maitre Calvet notaire à Urs entérine un prêt de 2000f contracté par Mr Denjean,  maire de Vèbre, auprès de Mr Pierre Fournié rentier aux Cabannes, pour la construction des fontaines Ce prêt cour à compter du 1°  janvier 1854 et sera amorti en 8 ans.

 

Adjudication des travaux

1er juin 1856     Adjudication des travaux

Le préfet à autorisé  l’adjudication des  travaux le 15mai 1856. IL  n’y a qu’un seul adjudicataire  Monsieur Villa Joseph. Les travaux s’élèvent à 3095  f  non compris une somme de 175francs pour imprévus, l’adjudication s’est faite à ce niveau.

 

10 mai. Délibération du conseil

Le conseil approuve les plans et devis signés par l’architecte départemental Mr Friquet le 5 mai 1856

 

Devis détaillé

Les tuyaux sont en plomb et les raccords seront soudés.

Terrassemnts

source 1° réservoir 1,50mau 2° réservoir 1,80m;AB 22,50m;  BC 145,00m  CD 136,00m DE 115,05m; EFGHet I 153, 77 I à J 36,48

1° jet à  côté de l'oratoire au point E ,2° jet à 12 métres du point F en face de la maison de Monsieur le Maire, 3° jet à la place

La Remise

De la source au bassin 1m50 A' B' 21m;B'C'D'E'G'261,00m Les tuyaux sont en plomb de petit diamètre.

 

Description générale

Le texte décrit en détail les différents secteurs

Du réservoir A au B et de celui-ci au 1° jet418m50diamètre intérieur 0,0.35 épaisseur3mmdu1° au 2° 70m70 diamètre intérieur 0,0284 épaisseur 3mm,  « dans les deux fontaines auront une longueur totale de 411m50  un diamètre intérieur de 2cm et une épaisseur de 2mm et demi

.

Les tuyaux sont livrés en longueur de 2 à 30mètres

 

. Les fontaines en pierre de taille de 1m, 30 x 0.50 x 0.25 le jet sera à 1  mètre  au-dessus du sol

Suit la manière dont seront construits les réservoirs

Les tuyaux seront posés sur un lit de mortier de 6cm

Provenance des matériaux :

Les moellons non taillés viendront, du Quié à 700m ; les moellons taillés de la carrière de Lordat à 4000m, la chaux de Campana à 40 000m et les tuyaux de Toulouse à110 000m.

L’entrepreneur avait 3 mois pour exécuter les travaux.

 

 

L’eau sème la discorde

Novembre  1856 Réclamation Soulié

Un arrangement aurait été trouvé entre la mairie et Mr Soulié juge de paix . Une fontaine aurait été placée dans le mur de sa maison de campagne Mr le préfet Gely demande des explications et la copie de la délibération concernant cette fontaine. La délibération a eu lieu le 6 juillet 1856

 

12  9bre  (novembre) 1856 Lettre de  Soulié au préfet

                Dans cette lettre Le juge de paix Soulié donne par écrit les faits dont il s’est entretenu oralement avec ce dernier.

                Un arrangement, avait été convenu entre le Maire de Vèbre ‘Denjean’ et Mr Soulié sans cet arrangement, « qui est loin de m’être favorable »dit Mr Soulié,  les fontaines ne pouvaient pas être construites. Il Ya consenti pour des raisons de paix et entend que l’eau, de la fontaine qu’il demande, profite à tous les habitants du quartier, le plus peuplé selon lui. Mr Soulié possédait une servitude en droit d’eau existant depuis des temps immémoriaux.  Le conseil reconnaît également cette servitude (un peu plus loin dans la lettre). Mr Soulié ne veut pas laisser flétrir ce droit d’usage, le conseil devait donc prendre une délibération spéciale pour qu’une fontaine soit construite dans le mur de sa bassecour attenant à sa propriété de campagne.

                Si l’enquête comodo in comodo s’était faite selon les lois  la fontaine aurait été prévue dès le départ. Par contre une fontaine a été placée devant la maison du maire à un endroit isolé et placé entre deux autres fontaines,  «on n’est pas maire pour rien », et cette fontaine ne sera d’aucune utilité pour le public. (En face l’école actuelle, il y avait l’école de garçon dans une partie de la maison Denjean) Le but de sa lettre est de savoir si le maire la trompé lorsqu’il lui a dit que le conseil avait délibéré.

Selon lui la canalisation doit traverser ses granges et cour et il ne le permettra pas si un arrangement n’est pas trouvé. Lorsque l’autorité municipale changera il n’aura aucune preuve de cet arrangement et vu que la fontaine n’est pas portée sur les plans on pourrait l’enlever et ainsi il perdrait son droit d’eau.

 

3 décembre 1858 Lettre du commissaire de police des Cabannes à Mr le Préfet

                J’ai l’honneur de vous envoyer ci joint une plainte formulée par monsieur Soulié propriétaire dans la commune de Vèbre, plainte’ que le pétitionnaire aurait pu se dispenser de vous adresser attendu que d’après ce que je viens de voir moi-même, ce même jour, la fontaine pour laquelle Mr Soulié réclame est la plus abondante de toutes celle qui existent dans la sus dite commune.

                Recevez, Monsieur le Préfet les sentiments très respectueux et très dévoués avec  lesquels j’ai l’honneur d’être.

                                               Votre très humble et très obéissant serviteur.

                                                               Le commissaire de police  Denjean

 

20 7Bre 1858                Lettre  de Mr Soulié au préfet

Timbre de la préfecture en date du 15 Dec 1858.

Cette lettre est datée du 20  7 bre 1858 (20 septembre) et a été  transmise au  Commissaire de Police des Cabannes le 1er 8bre (octobre) 1858.

                                                               Monsieur le Préfet

                                                               Etant à Vèbre où je  dois passer en congé d’un mois je me suis aperçu que la fontaine qui avait été pour m’indemniser de la perte de l’eau que j’avais acquis le droit de ?produit ? (mot difficilement lisible) et dont la  commune s’est emparée ne coulait plus tandis que tous les autres bec donnaient de l’eau ; M’en étant plein à Mr le maire celui-ci m’a répondu que s’était un vice de construction et qu’au demeurant si je n’avais pas de l’eau tant pis pour moi .

                Dans ces circonstances ne voulant pas me faire justice moi-même en arrêtant toute les eaux qui passent dans les tuyaux, au travers ma cour et mes granges sans autre forme de procès, j’ai au devoir m’adresser à vôtre intervention avant de vous demander régulièrement le permis d’assigner en justice.

                C’est vainement qu’il serait allégué  que si je n’avais pas d’eau c’est que la source a diminuée car bien que cela soit, cette source peut fournir de l’eau à toutes les fontaines si elle est convenablement divisée.

                Ce qu’il y a d’assez singulier c’est que ce fut précisément la première fontaine qui manque d’eau alors que les autres en abondent celle surtout qui se trouve en face de l’habitation de Mr le maire et qui n’est utile qu’à lui seul.

                J’ose donc espérer monsieur le préfet que votre intervention suffira pour arrêter un procès que je suis bien décidé à faire parce que je le crois supportable.

                Au reste j’en avais parlé à Mr Friquet [architecte départemental] à Tarascon qui m’a, promis de voir les lieux  mais il paraît qu’il s’est souvenu de tout excepté de tenir sa promesse.

                De tous les temps ma famille avait conduit par des ouvrages apparents les eaux que  récemment faites à Vèbre dans ses clos et jardins ;

                Si j’ai, laissé prendre les eaux sans obstacle ceci a été qu’à la condition d’avoir la fontaine dont s’agit ; Maintenant que tout est fini je n’ai plus qu’un bec sans eau.

                Si c’est me s--------- ?  je  vois bien que je n’en serai pas  la dupe d’où justice ne me sera pas rendu. S’il est vrai que ce système  ?vicieux ? qu’on le change.

                J’ai l’honneur d’être avec respect monsieur  le Préfet

                               Vôtre très humble et très obéissant serviteur.

Vèbre le 20 7 bre 1858 Soulié (20 septembre 1858)

 

Il n’y a pas d’autres traces dans le dossier des fontaines de cette affaire.

 

FONTAINES DE LA REMISE

13 mai 1860 Aménagement à la fontaine de La Remise

Le maire expose que la fontaine qui coulait abondamment  il ya quelque temps encore ne coule presque plus cela provient d’une boue visqueuse qui bouche les tuyaux vu qu’il n’y a qu’un seul bassin.

Le conseil décide qu’il faut en construire un second pour que les boues se décantent mieux et pour pouvoir ainsi mieux nettoyer les tuyaux.

La délibération est approuvée le 31 juillet1860

 

28 septembre 1860         Traité de gré à gré

 

Le maire  Jean Joucla traite de gré à gré avec le maçon charpentier Lafaille Antoine d’Urs pour la construction d’un deuxième bassin. Le traité est approuvé le 18 octobre 1860 par le préfet.

 

18 juillet 1860       Devis du second bassin

 

Devis détaillé s’élevant à 135 f.

 

 

REPARATION FONTAINE DE VEBRE

 

15 mai 1864           Délibération du conseil municipal

Les fontaines du village sont en mauvais état. Elles ont données lieu à plusieurs réparations depuis qu’elles sont faites. Les tuyaux de mauvaise qualité  cassent et inondent les maisons inférieures. Il faut  les changer entre la fontaine de Nifort et Laplace. La pression est considérable. Les fontaines de La Remise sont bouchées par les boues ferrugineuses.

 

 

16 mars 1865                                Traité de gré à gré

Par délibération en date du 15 mai 1864le conseil municipal demande la réparation de la fontaine de La place.

Le 13 février le Préfet autorise le maire à traiter de gré à gré avec un ouvrier fournisseur. Ce traité est signé le 16 mars 1865 entre le maire de Vèbre et Mr Bardou Aristide de Foix il est approuvé le 11 avril 1865.

Les travaux consistent à remplacer 100 mètres de tuyau en plomb entre la fontaine de la place et celle de Nifort. Les tuyaux auront 2cm 5 de diamètre pour une épaisseur de 3mm, un poids de 250Kg et un cout de 95centimes le kilogramme, ils seront pesés avant d’être posés. 

Le contrat ne précise pas si les vieux tuyaux ont été récupérés et par qui

Cout total 275f  la commune fournira la main d’œuvre en journées volontaires.

CONSTRUCTION DU PREMIER LAVOIR ET TRAVAUX SUIVANTS

 

18 octobre 1868  L’emplacement du lavoir ne convient pas.

Le conseil avait dans un premier temps envisagé de construire le lavoir attenant au presbytère, d’où une protestation de Mr le Curé, entendre à longueur de journée les cancans de ces dames ne devait pas lui plaire et adieu le recueillement pour lire le bréviaire, voir les photos du registre de fabrique. L’emplacement avait l’avantage d’être central.

Le préfet écrit donc au maire pour lui dire que cet emplacement n’était pas convenable.

 

20 mars 1868        Le lavoir sera au Pech au lieudit La place

Le conseil se réunit, le conseil considérant l’éloignement qu’il y a pour aller abreuver les bêtes, laver le linge à la rivière et les hivers rigoureux demande la construction d’un lavoir et abreuvoir.

Les plans sont dressés et signés à Vèbre le 20 mars1868, ils sont approuvés le 24 mars Les travaux seront effectués par Maitre Lacube d’Aston

Ce lavoir était situé dans l’angle de La Place en face la maison Riu, les fondations sont apparues lorsque le mur de soutènement  de La Place s’est effondré.

11 7bre 1889 Construction des abreuvoirs

La commune décide de construire trois abreuvoirs au lieu dit Pey, Engerma, Le Manché pour un cout de 317,40  f la commune dispose de 100f elle demandera donc un secours qui sera approuvé le 11 septembre 1889

 

4 mai 1890 Réparations de fontaines

Une réparation de la tuyauterie est nécessaire .on utilisera des tuyaux en fonte cout 110f ,50  f pour la zinguerie et 60  f pour  l’ouvrier ; la commune demandera un secours de 60f ; elle possède 51,  80  f.

               

 

27 février 1904  Réparations aux fontaines de CAROL

Le conseil se réunit il décide de faire changer 60 mètres de tuyaux qui sont bouchés par le calcaire. Ils seront remplacés par des tuyaux en fonte pour un cout de 200f.

 

1905 Fontaines de La remise

Des tuyaux sont remplacés pour une somme de 400f

 

 

27 novembre 1908 Fontaines de La  Remise

La tuyauterie fuit il faut continuer les travaux de 1905 cout  630 f ; une subvention de 200f sera demandée .Elle est approuvée le 17 janvier 1909

 

14 janvier 1909 Traité de gré à gré

La commune est autorisée à traiter de gré à gré.  Elle choisit Mr Belondrade entrepreneur aux Cabannes

Cout des travaux 630f. Le traité de gré à gré signé le 24 novembre 1908. Les secours sont accordés le 30 décembre 1908(200f)

 

 

Décompte du 21 juin 1909:

Tranchée                            78m52  à 0.73                    57, 30  f

Tuyauterie en fonte      183m, 25 à 3,  25  f           595, 56  f

Raccords                              à 2 à 3  f                              6, 00  f

Tuyauterie en plomb     10kgà 1f                              10,00  f

Tubulure                             1è 2,80                                 2,80

Total                                                                                    671, 66  f

On voit qu’il y a  183m de tuyauterie remplacée pour seulement 78m de tranchées creusées par l’entrepreneur. La commune a probablement eu recours à des journées volontaires ou aux journées de prestations.

 

LAVOIR D’ENGERMA

14 avril 1910         Plan du lavoir d’Engerma

Le dispositif de captation de l’eau qui se trouve derrière le lavoir n’est pas figuré sur ce plan Il fera l’objet d’un modificatif. La nappe d’eau a du être trouvée en creusant le bassin. Il sort de l’eau en haut de la parcelle de terrain sous le talus.

 

16 avril 1910         Construction du lavoir d’Engerma

Cout total 1300f la commune possède 800f il manque donc 500  f. L’architecte est Mr Mathe un traité de gré à gré est passé avec Mr Costessèque Joseph maçon à Vèbre. Le devis précis que le mortier sera composé de 300kg de chaux pour 1m3 de sable

 

4juillet 1910

La caisse départementale accorde un secours de 300fcommuniqué au conseil le 23 juillet 1910.

 

 

31 décembre 1910 Etat de la situation financière de la commune

Dressé par le percepteur S Sylvestre

 Total de l’actif                  (dont 3666,90de 1909)                  7 026,83

Total du passif                                                                                 5 455,31

Reste                                                                                                  1 571,52

Fonds placés pour le compte de la commune                   2 800,00

 

4 janvier 1911 Devis supplémentaire

 S’élevant à la somme de : 577f35c approuvé le 14 mars 1911

15 janvier 19111030980-983                                       Décompte

Total 1836,05f la commune à déjà versé 740f (argent et bois) reste à payer 1096,05  f. Ce décompte est approuvé le 6 février 1911.

 

30juin 1911            Modifications

Des modifications sont nécessaires. La dépense initiale de 1300f s ‘élève maintenant à 1877,35f ; la commune fournira le bois de charpente soit 40  f  Total du décompte 1837,35  f y compris 6,30f pour achat du terrain à Jean Rauzy. Déficit 537,  35  f.

 

10 avril 1912         Acte de vente de la parcelle de terrain

La commune achète à Rauzy jean  Sébastien 16m2 30 surface du lavoir, autorisé par délibération du 30 janvier 1911 et approuvé par le préfet. Cout 16, 30  f.

 

22 février 1914  Fontaine de Carol

Le maire présente les plans et devis qui avaient été demandés dans une séance préalable.Les travaux consistent en

1° établissement de deux fontaines aux quartiers de Carol et d’en Florence (la même canalisation dessert les deux fontaines.

2°Construction d’un abreuvoir aux quartiers de carol

3° construction d’un abreuvoir semblable au quartier du Manché

Dépense totale : 1208, 80  f

 

Crédit voté sur le budget supplémentaire de1913 : 500,00  f, La commune prélève 208f sur les fonds disponibles. Elle a fait des dépenses pour des réparations et ne dispose pas d ‘une somme plus importante, elle demande donc une subvention de 500F.

Mr Ruffié Architecte a établi le devis, le maire est autorisé de traiter de gré à gré avec l’entrepreneur. Les travaux seront confiés à monsieur Costessèque joseph de Vèbre. Le 6 février 1915 ce dernier est tué au front, l’architecte étant aussi à la guerre, Mr Grauby Baptiste est nommé régisseur.

 

 

20 février 1914 Devis

Le devis détaille les travaux à faire ; Les tuyaux sont en fonte de 3cm de diamètre intérieur. La cavité du bassin existe avec 3 murs, on construira le 4°. L’enduit intérieur sera fait au ciment portland.

 

 

Au Manché on ne change que 10m de tuyaux ; les nouveaux seront en fonte et la fontaine sera insérée dans le mur que l’on construira.

 

 

3 avril 1922 Lavoir de la Place

Il y a urgence à réparer  le lavoir communal de  La Place. Le conseil vote un crédit de 500f.

12 avril lettre au préfet demandant l’ouverture d’un crédit. La situation financière de la commune le permet, le budget additionnel de 1921 laisse apparaître un excèdent de 7685fr 88.

 

 

 

23 aout 1925        Construction d’un lavoir et abreuvoir à La  Remise

Le conseil est présidé par l’adjoint du fait qu’un des membres a donné le terrain. L’abreuvoir en bois tombe en vétusté il faut donc le refaire. Un crédit de 2000f a été prévu pour cela sur le budget de 1925. Mr Of Pierre donne le terrain pour construire l’abreuvoir et le Lavoir, en bordure de la nationale 20, à condition que l’on clôture sa propriété sur une longueur de 12m par un mur de 1mètre de haut. Le conseil accepte à la majorité de 7 voix (sur 10 membres)

Ont signé : Bousigue, Calvet, Ponsy, Rauzy J-B, Rauzy Paul, Caralp, Joucla,

N’ont pas signé

Of jean –Pierre, sa famille donnait le terrain, Alliat, Fauré.

 

1040014-16 8 septembre 1925                                  Devis estimatif

Cout 2800 francs.

 

31 décembre 1925           Décompte de l’abreuvoir et du lavoir de la Remise

Ce décompte s’élève à 2460f74 c

A suivre Les fontaines de1932 et le projet de fontaines de La Remise

 

Vebre 09 Construction des fontaines 1855

Commenter cet article