Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #plantes
Quelques textes sur la vigne en Ariège

La Vigne Ariège

 

 

La vigne était bien présente dans les terroirs de Pamiers et Foix dès le moyen âge. Le vin était acheminé par gabarre sur la Garonne pour être embarqué à Bordeaux vers l’Angleterre. Mais  les mesures de protection adoptées par bordeaux pour protéger son vignoble mirent un frein à l’exportation des vins du haut pays.

 Voir pour les embarcations : Les hommes et le fleuve

http://ecoles33.ac-bordeaux.fr/paillet/chapitre5.html

 

 plusieurs sites retracent l’ histoire des vignobles en Ariège

source historique Wikipédia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ari%C3%A8ge_%28IGP%29

Sur La Dépêche

Quand l'histoire de la vigne en Ariège se dévoile

Publié le 12/10/2014 à 03:49, Mis à jour le 12/10/2014 à 08:28

http://www.ladepeche.fr/article/2014/10/12/1970474-quand-l-histoire-de-la-vigne-en-ariege-se-devoile.html

Le Pays d'art et d'histoire invitait dernièrement les Ariégeois à Camon pour découvrir les vignes d'hier et d'aujourd'hui. La journée a notamment été marquée par la conférence de l'historien Michel Castéran qui a relaté le travail qu'il a mené dans le cadre universitaire sur le vignoble de basse Ariège. Certaines localités ont connu des plantations dès le Moyen Âge, mais c'est vraiment au XIXe siècle que cette culture se généralise. Le vignoble en Ariège se développe d'abord à Pamiers et Varilhes. Le pays de Mirepoix connaît une très forte augmentation des plantations après la Révolution, y compris dans des communes où on ne les attend pas, comme au Peyrat par exemple. La vallée du Douctouyre connaît une très forte progression dans les années 1855-1860. Arrivé en France en 1865, le phylloxera est un véritable traumatisme pour l'ensemble de la production de vin. Comme partout ailleurs, les vignes d'Ariège doivent être arrachées. Seules les plus productives connaîtront un renouveau à la fin du XIXe siècle. Il faut ensuite attendre presque une centaine d'années pour avoir de nouvelles plantations, dans la deuxième moitié du XXe siècle. Camon participe à cette revitalisation puisque des pieds ont été plantés il y a seulement quelques années. M. et Mme Laffargue ont, en effet, transformé le paysage en coupant les arbres de la parcelle en contrebas du village au profit de pieds de vigne. Vignerons dans le Bordelais, ils ont choisi les bords de l'Hers pour se lancer dans la production de raisin. Ils ont fait visiter leur propriété et ont fait déguster le clos-du-colonel issu de leur ancienne production dans le Bordelais.

 

La Dépêche du Midi

CAMON VIE LOCALE

full.jpghttp://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2014/10/12/201410121417-full.jpg

La culture de la vigne bien présente en Ariège avant le phylloxéra nous a laissé des traces  en matière de cabanes en pierres édifiées  pour s’abriter et récupérer l’eau de pluie pour sulfater la vigne.

Sur Vèbre ces cabanes en pierre sont encore bien visibles.

Je parlerais de la vigne dans notre village dans le courant  de l’automne, le temps de dépouiller les textes des archives.

 

 CE QU’EN DISENT LES OUVRAGES DU XIX°

Etude des vignobles de France

Paris Victor Masson et fils 

Par Jules  Guyot. 1868

Trois tomes

 

RÉGION DU SUD-OUEST

PYRÉNÉENNE ET BORDELAISE.

DÉPARTEMENT DE L’ARIÉGE

.(Tome I)

.

L’Ariège ne cultive que 18 000 hectares de vignes, la vingt—cinquième partie de la superficie totale de son territoire, qui est de 454 000 hectares. Le rendement moyen de chaque hectare, déduit de trois centres de production, Saverdun, Pamiers et Foix, est de 15 hectolitres; le prix moyen de l’hectolitre également compensé, en blanc et rouge, dans les trois centres, est de 1. 7 francs. Le produit brut total des 18 000 hectares de vignes de L’Ariège est donc de 4 590 000 francs, représentant le budget de 4 590 familles ou de 18 56o habitants : environ le quinzième de la population totale, entretenu par la vigne sur la vingt-cinquième partie du territoire.

 

 

302 RÉGION DU SUD-OUEST.

l’Aude; dans l’arrondissement de Foix, des terrains de craie, de grès vert et des granits; enfin, dans l’arrondissement de Saint—Girons, des terrains tertiaires inférieurs crétacés, jurassiques et granitiques.

Le climat de l’Ariège n’est pas moins varié que son sol; il est de plus en plus froid à mesure qu’on approche plus des Pyrénées, et par conséquent de plus en plus sujet aux gelées; il est plus chaud, au contraire, dans sa partie voisine de l’Aude et de la Haute—Garonne, tuais alors plus exposé aux orages et aux grêles.

Cette double zone des gelées et des grêles semble se dessiner parallèlement aux Pyrénées dans l’Ariège,. Dans l’arrondissement de Saint-Gaudens, dans les Hautes— et les Basses—Pyrénées, dans les Landes, le Gers et dans la Haute Garonne, de telle façon que les gelées dominent au sud et les grêles au nord de ces régions; leur ligne moyenne est souvent frappée par les deux fléaux à la fois.

 

Les désastres causés par les gelées et les grêles, et la crainte que ces fléaux inspirent à juste titre, ont restreint l’extension de la vigne dans l’Ariège, dans l’arrondissement de Saint-Gaudens. (Haute-Garonne), dans les Hautes— et les Basses—Pyrénées; la crainte de la grêle seule a moins agi sur les Landes, le Gers et la Haute—Garonne, qui ont créé des vignobles dans une Proportion beaucoup plus considérable.

 

Dans les départements ou dans les portions de départements qui touchent aux départements pyrénéens, les cultures (le la vigne présentent les dispositions les plus différentes entre elles, et souvent les plus étranges.

On y observe des vignes en lignes, sur souches basses sans échalas, des vignes en treilles   ou en espaliers sur échalas et lianes,.. lire la suite sur : Gallica  (BNF)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110945g/f314.image.r=etude%20vignoble%20france%20ariege.langFR

 

La Vigne à Tarascon / Ariège

http://tarasconportedesmontagnes.over-blog.com/article-l-ancien-terroir-viticole-de-tarascon-su-46353897.html

 

CEPAGES  QUE L’ON TROUVAIT  EN ARIEGE
negret (breton cabernet)

Bouichadés (cots à queuerouge, verte, cahors, malbec, noir doux)

Le bordelais

Lagrode mérille

Le mourastel

Le morved

l'œillade (morterille milliod prunella, maroquin, gros picpoule,; gamay, folle noire)

Le rédondalnoir macabéo)

Et l'alicante (l'apiran ribeyrene)

La chalosse noire

 Le teret -bouret,

Le picpoule noir 

La duraze de Pamiers Varilles et Foix

Le teinturier de Varillles

Le berdanel de Pamiers: les trois derniers sont de très -gros plants;

 

 DE NOS JOURS

 

Le vignobles   a été  réimplanté en Ariège sur les coteaux de la région de Pamiers. Du Plantaurel et de la lèze

 http://www.france-sudouest.com/fr/denomination/igp-ari%C3%A8ge

 

En 2014, la vigne va revivre à Pamiers

Auteur : E.L.

 

http://www.terres-ariege.fr/pages-hors-menu-internet/liste-archives-internet/detail-actu/actualite//en-2014-la-vigne-va-revivre-a-pamiers.html

 

Le 20/11/2013 16:23 Il y a : 2 année(s)

 

L'association “ Le bi del mas bielh ” a lancé le 13 novembre un appel à souscriptions pour son projet de vigne à Cailloup.

 

 

L’association “ le bi del mas bielh ” a présenté son projet de plantation de vigne à Cailloup autour d’une dégustation de vins de gamay par C. Deymier.

 

Aux XII° et XIV° siècles, la renommée du grand vignoble appaméen dépassait les frontières. Le vin de Pamiers était servi sur la table du Roi d’Angleterre, et plus tard du Roi de France. A cette époque, Pamiers comptait 1.100 ha de vignoble morcelé (environ 3.000 parcelles) dont la moitié appartenait au clergé. Le site de Cailloup comptait alors 30 ha.

 

C’est pour faire revivre cette tradition et poursuivre la mise en valeur des alentours de la petite église romane du XII° siècle que l’association “ le bi del mas bielh ” (le vin du mas vieux) a porté le projet de plantation d’un demi hectare de vigne à Cailloup.

 

Démarches administratives   (droits de plantation notamment), financements, choix techniques, ... : après un long travail, la vigne sera finalement plantée en février-mars 2013. Une grande satisfaction pour le Président de l’association, Louis Claeys.

 

C’est Philippe Babin, viticulteur ariégeois (Coteaux d’Engraviès), qui est en charge des aspects techniques du projet.

 

Le choix du cépage s’est porté sur le gamay, endémique du secteur appaméen après l’épisode du phylloxéra. C’est également un cépage qui donne des vins à boire jeunes. Preuve de l’attrait du gamay : les plants ont été difficiles à trouver, à cause d’une forte demande, ce qui a repoussé la date de plantation.

 

Le choix de la densité est également déterminant pour la qualité du vin. L’idéal est une densité élevée, de 10.000 pieds/ha, soit un espacement d’un mètre sur un mètre. Le rendement n’est pas plus élevé qu’avec un système moins dense, mais il privilégie les meilleures grappes, les plus près du cep. Inconvénient : ce système nécessite d’être équipé d’un enjambeur spécifique, investissement déraisonnable pour une petite vigne comme Cailloup. Aux Coteaux d’Engraviès, la vigne est plantée sur des rangs espacés de 2,5 m, avec un mètre entre pieds, ce qui permet de travailler avec un petit tracteur. A Cailloup, c’est un compromis de 1,5 m entre rangs et un mètre sur le rang qui a été retenu, permettant de travailler avec un motoculteur et de privilégier la qualité.

 

Le palissage permettra de mécaniser les travaux et d’étaler le feuillage au maximum. En effet,  ce sont les rayons de soleil tombant sur les feuilles qui permettent de faire mûrir les grappes. De même, les rangs seront orientés nord-sud afin de capter le maximum de soleil. Enfin, la hauteur de la vigne a été calculée afin qu’un rang ne fasse pas d’ombre à son voisin.

 

Le sol sera travaillé sur 35 cm de chaque côté du rang, le reste sera en herbe. En effet, les sols de Cailloup sont assez riches, ce qui risque de favoriser le développement des feuilles au détriment des grappes. L’herbe permettra donc de concurrencer la vigne. Pour corriger un pH relativement acide, les sols seront chaulés les premières années. Quant aux traitements, ils respecteront les règles de l’agriculture bio.

 

Le vin sera vinifié aux Coteaux d’Engraviès, avant d’être commercialisé par l’association. L’objectif est de produire 45 hl/ha, soit 3.000 bouteilles par an.

 

Le 13 novembre à Pamiers, l’association a lancé un appel à souscriptions, qui s’ajouteront à ses partenaires actuels (Mairie de Pamiers, Crédit Agricole, Coteaux d’Engraviès, Espaces Verts Clarac). D’un montant de 152 €, la souscription donnera droit à 6 bouteilles par an durant quatre ans, à partir de 2018, la première récolte étant prévue pour l’automne 2017.

 

Ces vignobles étaient travaillés à l’aide de chevaux  ou d’ânes ce qui n’était pas une mince affaire sur les terrains pentus du piedmont et des vallées de montagne. Verdun Albies et Vèbre étaient les deux derniers villages à posséder de la vigne plantée sur les flancs du massif calcaire du Quié.

Enfant j’accompagné mon père lorsqu’il la travaillait Le fumier, de cheval, était tiré à l’aide de traineau et les raisins par le même moyen . Je me rappelle  vaguement du passage que monpère avait tracé au travers des champs abandonnés pour accéder à Clarac  (800m) et au Carerot un peu plus bas. Et avant, le fumier était monté avec les berceaux (bressés), mode de transport universel en montagne et pour les raisins dans ces hautes vignes ? je ne sais pas probablement avec des paniers attachés au cheval?  

 

traction animale

http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/2014/05/20/des-chevaux-pour-travailler-la-vigne-en-ariege-480933.html

Description des cépages

Source

Le vignoble ou l’histoire

Culture et description.

MM Mas et Pulliat

Paris librairie de  G Masson  1874-1875 3 tomes.

Cepages trouvés sur l’ouvrage de Mass et  Pulliat

Negret (breton cabernet)           Voir mounvèdre  t2_123

Bouichadés (cots à queuerouge, verte, cahors, malbec, noir doux)  voir malbeck t2_5

Le bordelais   t garonne voir  merille  t2_ 133

Lagrode mérille

Le mourastel    mourastel  t1 _169

Le morved voir mondeuse ? t1_133

l'œillade (morterille milliod prunella, maroquin, gros picpoule,; gamay, folle noire)  voir boudales t2_85                            

                               pic poule voir t3_161

                               folle noir   t3_137

               

Le rédondalnoir macabéo)   >ugni blanc t2_117

 

Et l'alicante (l'apiran ribeyrene) _grec rouge t1_49

                                                               _grenche noir t3_17

                                                               _aspiran t3_87

La chalosse noire  > chalosse blanche  v folle blanche t3_45

 Le teret -bouret, t3 153

Le picpoule noir   t3 _161

 

La duraze de Pamiers Varilles et Foix

Le teinturier de Varillles

Le berdanel de Pamiers: les trois derniers sont de très -gros plants;

 

Credut ymage

 Pinot noir

http://www.lejoffre.fr/?menu-type=vins_champagnes.

 

Mourvèdre 1

http://blog.phileaswineclub.com/wp-content/uploads/2015/01/mourve%CC%80dre-copie.jpg

mourvèdre2 affiche

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.les-jamelles.com/us/wine-picture/mourvedre-cepage-rare-label.png&sa=X&ved=0CAkQ8wc4GWoVChMIv_a1yMSIxgIVIVnbCh2JswAI&usg=AFQjCNGqZ_H55luhFu94vBvVud_pCePWOA

 

Grec Rouge Wikipédia

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e8/Grec_rouge.jpg/280px-Grec_rouge.jpg&sa=X&ved=0CAkQ8wdqFQoTCMfH3-rGiMYCFWaO2wodP9EA5g&usg=AFQjCNEjENquoG62sjvXOQ-ClMx4SWc0bA

 

2° serie  Boudales (cinsault)

http://www.chateaudemauves.fr/Cepages-de-France/Le-Cinsaut/Le-Cinsaut1_small.jpg

 

3° série Folle noire

http://avis-vin.lefigaro.fr/var/img/72/17755-650x330-folle-noire.png

 

 A suivre série de cépages cités  textes et planches colorées du XIX°

 

 

 

Commenter cet article