Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Randonnée

 Dans la jungle de Gimbareil

 

 

Jusqu’à la première guerre mondiale tous les labourieux situés entre la RN20 et le Fillol étaient cultivés à Vèbre,  la forêt y occupait peu de place  et tous les riverains entretenaient les chemins. Avec la désertion rurale les friches puis les bois qui en naissent recolonisent tous ces terrains.  En métropole la forêt française est passée de 8 millions d’hectare en 1830 à 16 millions actuellement.

Entre les deux guerres les métairies étaient encore utilisées et les champs à proximité des granges  convertis en pâtures et les autres abandonnés progressivement à leur sort. En 1980 il ne restait,  que quelques prairies, de fauchées et qui le sont toujours.

De nos jours nos chemins ruraux sont peu utilisés et certains plus du tout. C’est le cas du chemin de Gimbareil que j’ai fini de marquer la semaine passée.

 

J’  ai marqué tous les principaux chemins de Vèbre qui conduisent au Fillol.  Celui du Fillol à Gerries reste à baliser. C’est un travail personnel et je n’ai fait que suivre les traces des chemins ruraux portés sur le plan cadastral à quelques exceptions prés.

 

En 2013 j’ai relevé et marqué le passage du Fillol  au Foyre  et de là au tournant de Goussut

http://www.vebre09marseille-histoirefleursetgraindesel.fr/2014/08/vebre-09-sortie-au-fillol.html.

   L’an passé j’ai  marqué le chemin de Soulatge des quatre chemins à l’orée du bois et la semaine passée de la lisière du bois  dans Gimbareil d’indéda  au Roucat. Il reste à reconnaitre et nettoyer le passage du roucat sur 150m environ et retrouver ou tracer la jonction qui va du gué au chemin des Foyres à la Serre Mijane. Son extrémité qui  coïncide avec le passage de l’ancien câble ,se trouve à 100m ou 150m environ du gué . Ce que je pense faire cet été avec ceux ou celles qui voudront se joindre à moi.

Tracé des chemins

Ces lieux des métairies au sens large sont compris dans un volume qui a la forme d’une  pyramide  coupée en deux dans le sens vertical et appuyé contre la montagne. Les chemins  anciens furent tracés sur des sols le moins propice à la culture.

 

en rose les propriétairesindivis en vert la commune;

Coté Albies

Le premier chemin, marqué en jaune, commence au castagné passe au- dessus de terrain rocheux (roucatels) puis arrivé en bas de Coustaourio surplombe le Ruisseau de la Gargante et se dirige vers le Fillol en longeant plus ou moins l’arrête droite du triangle dans lequel s’inscrit cette face nord de notre pyramide. A 810m  il rejoint un groupe de métairie et l’extrémité de la piste forestière basse. En amont de ce point il est entouré de deux fortes murailles. A gauche c’est Espinal à droite le bas de Labarthe ce bout de chemin monte plein sud pendant environ 30m puis se sépare en deux.

 Le chemin de droite continue jusqu’aux limites de Vèbre et d’Albies où se trouve le chemin d’Albies à la montagne qui passe environ 20ou 30 mètres au- dessus du ruisseau  qui fait la limite des deux communes et aussi de la seigneurie de Gudane et du Lordadais. Il n’y a pas de jonction entre ces deux chemins. Il y en a par contre plus en amont ou le chemin du Sarrat du Mesplé rejoint celui d’Albies au niveau de la borne limite . Ce chemin et la borne sont marqués en bleu et le chemin se continue jusqu’au niveau de la borne limite suivante.

Bois communaux.1 

 Vers la montagne

Le chemin principal appelé Tire Droite  continu tout droit je l’ai marqué en rouge comme tous ceux qui vont vers le Fillol et la montagne. La séparation est marqué par un roc pointu et triangulaire planté dans le sol, au-dessus se trouve un gros bloc morainique ovale la tire droite telle qu’elle est portée sur le plan passe au pied de ce roc. Elle n’est pas tracée au sol. Les animaux qui tiraient le bois de chauffage passaient un peu plus à droite et en contre bas ,mais le passage est trop raide. Le tracé marqué en rouge rejoint la piste de débardage sur  le côté ouest  d’une longue muraille. Au- dessus la pente du  terrain est moins raide   ce qui a permis la culture de plusieurs champs. En haut de ces champs se trouve une ancienne métairie. Une marque bleu, couleur que j’ai choisie pour les chemins transversaux, balise le passage qui  relie la Font Pousouillouse  sur le Chemin de Mesplé (marques jaunes) au chemin de l’Agréou. Ce n’est pas un chemin mais une progression sur des parcelles toutes en  longueur et peu pentues ce qui est à souligner sur ces pentes raides. Cette particularité du sol se continue jusqu’à la métairie de Jean-Baptiste puis du chemin de Gimbareil à la métairie de Soulié.

Le terrain sur la droite de ce chemin à partir de La Barthe ne porte pas de parcelles privées ou très peu il n’a jamais été cultivé mais la forêt n’est pas une forêt primaire car le bois y  a été exploité depuis fort longtemps.

Au- dessus  de la séparation des chemins la tire traverse un roucatel communal. Tous ces timbals, terrains très pentus et roucatels  étaient portés comme terre herm sur les anciens terriers et plans de 1783, c’était donc des communaux non cultivés et livrés au pacage.

Du Castagné à l’Agréou et au-delà

 Il commence au Castagné dans le virage du chemin des métairie ouvert entre 1880 et 1890 et accessible aux charrettes. Il continue tout droit, là où s’écoule l’eau, arrivé à jus il bifurque à gauche et remonte jusqu’aux  métairies et à la  fontaine de Lagréou. Il n’est plus praticable

Chemin de la montagne

Ce troisième   chemin, le plus important part du  castagné il prend à Gauche. Il est assez large à cet endroit  sa pente douce  pourrait supporter une éventuelle route forestière vers Lassur. Arrivé en bas de Gamious il grimpait en biais pour arriver à Crouzille, seul endroit plat du chemin. Au-dessus du Ménier il se divise en deux

-A droite le chemin du Fillol , le plus utilisé,  se dirige  droit vers le Fillol ,sommet de notre pyramide. La partie basse  est difficilement praticable bien qu’elle est conservée son pavage sous la métairie de Bonnel. En amont de la métairie de Jean-Baptiste il rejoint le chemin de Soulatge qui va donc du ruisseau des Foyres au Quatre Chemins, poste de chasse, puis se continue jusqu’à Abies par le chemin du Sarrat du Mesplé.

- Le chemin de la montagne

 il continue en surplombant les timbals des Biors d’en Bas  terres herm sous l’ancien régime. Les métairies qui se trouvent dans ce secteur existaient  en 1783 mais je n’en ai pas trouvé la trace sur le terrier de 1673 et 1744. Passé les dernières  métairies il continuait vers Labal en passant par les Foyres, Il est impraticable entre les Biors d’en haut et les Foyres Il faut passer par la route de Labal traverser le ruisseau de Labal à Goussut  rejoindre la piste de débardage rive droite du ruisseau des Foyres et rejoindre l’ancien chemin sous les ruines de la métairie de Bousigues

Le chemin de la montagne fait l’objet d’un itinéraire de petite randonnée, balisage jaune,  l’itinéraire relie Lassur à La Remise et est mentionné sur la carte IGN

 

_ Dans la jungle de Vèbre Le Chemin de Gimbareil

 Il commence à partir du chemin de la montagne juste à côté de ces dernières métairies, marque bleu sur la piste actuelle.  Il est visible mais totalement fermé et en partie éboulé dans a partie basse.  A sa gauche en montant  les terrains pentus sont les Coumel del Biors, terrains communaux. Le passage commun au chemin du Fillol  (rouge) et de Gimbareil (bleu)  a été tracé par les derniers  troupeaux de vaches. Son tracé suit l’arrête est de la face Nord de notre pyramide  telle que nous la voyons depuis le centre de Vèbre Le passage longe l’ancien chemin. La première parcelle est un peu broussailleuse  puis le chemin passe en sous- bois   Au niveau de la 6° parcelle le chemin d’origine tracé en contrebas entre les parcelles pentues et celles  du dessus  ,bien meilleures,  vire à gauche. Le chemin actuel, du Fillol continue à monter en se dirigeant à droite et celui de Gimbareil prend à gauche.  Il longe toujours le vieux chemin. Il traverse un sous-bois de ronces basses  et de framboisiers idéal confiture de mures.  . Une source sort sur une surface assez étendue sans qu’il n’y est aucune herbe ni arbre ni ronce rien que des graviers.  Ce serait un signe d’une eau sulfureuse en bout de cette parcelle se trouve la métairie de Roques de Lassur (en ruine bien entendu). C’est à partir de là que les choses sérieuses commencent. Nous sommes à environ 910m Le chemin grimpe droit il est plus ou moins couvert de Brousailles. Un très gros chêne s’est abattu l’an passé et ferme le départ du chemin. J’ai donc marqué le passage dans le sous- bois de gauche. C’est un bois de hêtre bien agréable.

 

Arrivé en haut de la parcelle 1300  (960m)nous trouvons une petite cabane en pierre au toit effondré , rien d’extraordinaire en ces lieux si ce n’est qu’elle était rectangulaire et le toit à deux pans. Le passage emprunte ensuite  le chemin d’origine jusqu’à 1000m  limite des bois praticable et du mélange de broussailles , fougères , genets et bouleaux qui couvre toutes ces pentes  jusque sous le Fillol. Le chemin  visible, bordé de murailles, se termine à cet endroit où se trouve les restes d’une ancienne métairie. La parcelle 1341 du plan sur lequel se trouve ces ruines a un sous- bois bien dégagé et la suivante en amont ,n° 1349, est beaucoup plus pentue Son sous- bois est  impraticable ou presque mais les sangliers y ont tracé une piste qui descend du haut de  la forêt et tout à fait sure Je l’ai empruntée l’an passé.

 Sur le côté de ces ruines se trouve un gros bloc de granit sur lequel j’ai indiqué la direction à suivre pour continuer sur le chemin, que l’on devine encore à cet endroit. Le bois de Labal et Biger se voit bien  il ne faut pas se diriger vers eux  car on tomberait dans les roches ni monter en pleine pente mais se dirige sur une direction intermédiaire Le passage est balisé en bleu mais il faut parfois éviter les ronciers. En été les fougères sont aussi grande qu’un homme il faut donc y aller au printemps ou l’automne (champignons).

De la métairie, 1003m, prendre  la direction de 204,4 ° jusqu’à un gros bouleau  puis 237° on arrive en bas de la parcelle 1353 ou l’on retrouve le chemin et où l’on sort du bois. De la métairie à la sortie du bois 100m.En été c’est une mer de fougères.

 Nous sommes à 1040m la vue est bien dégagée sur les montagnes alentour.

Pour traverser le champ de fougère continuer  sur le chemin, qu’une muraille borde  en amont,

Sous 240°et  100m plus loin on  pénètre dans un bois d’acacias altitude 1061m nous sommes au-dessus de la métairie de  Canal Toussaint  qui n’existe plus. Le chemin se perd ensuite continuer sous 253 ° 100m pour trouver le chemin de Soulatge au niveau du Roucat Altitude 1076m. Une fois sous le bois d’acacia après les fougères il est préférable de monter droit ou légèrement en biais pour trouver le chemin de Soulatge.

 

 Pour mon retour j’ai pris ce dernier chemin en direction du pic de  Saint Barthélémy.J’ai retrouvé le balisage bleu de ce chemin que j’avais fait l’an passé à l’orée du bois.

 

Ce chemin, du Roucat a la jonction du chemin du Fillol, est large   mais pas très propre car plus personne n’y passe . En été le sol ne se voit pas dans la mer de fougères mais la rupture de pente entre le chemin et le reste du sol  est bien visible. Pour passer inutile de couper les fougères il faut simplement enfoncer un bâton dans leur épaisseur à l’horizontale  et le pousser sur un côté le sol apparait et avancer. Elles s’écrasent toutes seules lorsque l’on y marche dessus.

 Quant aux vipères je n’ai vu que la queue d’une  qui se sauvait à toute « jambes ». Elle n’a pas dénié me faire l’honneur que je la prenne en photo pour qu’elle soit sur le blog. Plus sérieusement  les serpents sont sourds, comme moi, mais très sensibles aux vibrations, pas moi. Il faut donc marteler un peu le sol des talons ou avec un bâton pour qu’ils se sauvent avant que vous arriviez.

A partir du Roucat  (1076m) le chemin surplombe le ruisseau pour le franchir par un gué quelques 250m plus loin après l’entrée du bois d’acacia  ( 1096m). La cabane du Fillol se trouve en amont à environ 1200m d’altitude.

 

Le chemin de Gimbareil au- dessus de 1000m ne présente peu  d’intérêts. Pour la promenade tranquille il faut chercher ailleurs, il grimpe en plein soleil  ou à mi ombre. Pour les champignons les girolles sont au rendez- vous  en progressant  en sous-bois. Coté sécurité les roches sont vers le bas  il faut donc se tenir au-dessus  du chemin. Après la fonte des neiges il est bien plus agréable malgré la forte pente , les fougères sont tassées ou pourries l’herbe n’a pas commencée à pousser et les fleurs sont visibles de loin. Autre utilité pour les propriétaires   c’est de retrouver leurs parcelles, bien qu’elles soient  couvertes de ronces et fougères il y a de beaux arbres.

 Et d’ici quelques années les propriétaires de forêts privées seront tenus de les exploiter, donc de savoir où se trouvent leurs parcelles.

La forêt

Face à Albies

Le quartier de La Barthe des Mouilières et de la Fount Pousouillouse sont  couverts  essentiellement par les hêtres En amont les hêtres couvrent aussi une partie  du Sarat de Mesplé Les sapins apparaissent  au -dessus du chemindu même nom ils forment vu de Vèbre  une tache sombre sur la crête du Sarat.

Les noisetiers, se partagent le haut de la pointe que l’on voit de Vèbre où se trouve le Sarat de Lalègre côté nord et la Capelle coté Est c’est aussi le domaine des fougères qui sont bien présente sur tout Gimbareil et tout le versant Est, Borde compris, jusqu’au ruisseau

 Les châtaigniers dominent tous les terrains schisteux au- dessus de la plaine jusqu’à  800 à 850m à Coustaourio, Espinal et   Bordes  ils laissent la place progressivement aux hêtres et aux bouleaux. Les sous-bois y sont dans l’ensemble assez dégagés. Il n’en va pas de même dans Gimbareil  d’en dessa compris entre la tire du Fillol et le chemin  de Gimbareil les essences sont plus variées il y a davantage de hêtres souvent isolés, beaucoup de bois blancs  sans grande valeur et de nombreux frênes les châtaigniers  sont  moins nombreux   mais souvent fort gros  comme les bouleaux  Toute la partie haute est pratiquement impénétrable en été. Il y a par place des petits ilots exempts  de broussailles ces endroits sont Humides et on y trouve en son milieu sur un sol peu pentu une grande station de balsamine, il y en a une autre à Lagréou, c’est un des dortoirs préférés des sangliers . Dans Gimbareil d’en deilla mis à part la hêtraie qui borde le chemin au sud et en amont de la borde de Roques  on trouve le même fouillis de ronce  de bois mort  d’arbres au sol.  Les acacias dominent dans tous les roucatels    et fortes pentes aux sols  pauvres qui dominent le ruisseau des Foyres et ce jusque sous le Fillol. Le quartier de Soulatges couronne tous ces terrains  Son flanc Sud-Est  et Est  n’échappe pas aux fougères  le reste jusqu’au Quatre chemins au Nord est une belle forêt de hêtres alors que les bouleaux dominent à l’est  Ses côtés Ouest et Nord –ouest confrontent la jasse du Fillol qui est elle aussi couverte de Fougères.

 Les fougères donnent une belle teinture vert-amande. Il y aurait de quoi  teindre de grandes quantités de tissus  avec toute cette matière première. Ce serait plus écologique que les produits chimiques.

 Les sapins descendent lentement  ils sont présents à Soulatge, deux jeunes  sapinière ont colonisées deux  belles surfaces  sous la fontaine Pousouillouse et sous la Capelle  d’autres pieds se trouvent un peu partout jusqu’au  niveau des métairies. Si les sapins descendent les châtaigniers eux remontent. J’en ai trouvé en abondance  en bordure du chemin de Gimbareil au- dessus de 1000m  et sur le côté du Roucat.

 

Quelques chiffres sur la forêt française

ONF - Les chiffres-clés de la forêt française

www.onf.fr/gestion_durable/++oid++9b1/@@display_advise.html

Les chiffres-clés de la forêt française. 28% du territoire métropolitain sont couverts de forêts; 3,5 millions de propriétaires privés se partagent 12 Mha, soit 75% ...

http://www.onf.fr/gestion_durable/++oid++9b1/@@display_advise.html

_28% du territoire métropolitain sont couverts de forêts

_3,5 millions de propriétaires privés se partagent 12 Mha, soit 75% de la forêt

_plus de 11.500 collectivités sont propriétaires de 2,9 Mha, soit 15% de la forêt

_l'Etat possède 1,8 Mha de forêts domaniales, soit 10% de la forêt

_la forêt publique représente un quart de la forêt française

_5,1 millions d'ha sont écocertifiés PEFC

_chaque année la forêt française produit 100 Mm3 de biomasse boisdont seulement 60% sont récoltés

_la forêt française séquestre chaque année 80 millions de tonnes de CO2 net, soit l'équivalent annuel de réduction des émissions de la France au titre de Kyoto (première période d'engagement 2008/2012)

_la consommation de bois à but énergétique représente aujourd'hui l'équivalent de 9,5 millions de tep/an, soit 3,5% des besoins français en énergie et plus de la moitié des énergies renouvelables

_la forêt abrite 40% des zones Natura 2000

_la forêt accueille plus de 500 millions de visites chaque année.

_la forêt accueille plus de 500 millions de visites chaque année.

Pour en savoir plus

 

Toutes ces petites parcelles dispersées sont un  frein  à leur exploitation et en lus nous avons le handicap des terrains de montagne inaccessibles. Dans les Vosges et le massif central ils ont remis en service des chevaux pour le débardage.  Des groupements forestiers sont en train de ce mettre en place ; les choses changent côté législation.

 

• Loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt:  La loi a été promulguée le 13 octobre 2014. Elle a été publiée au Journal officiel du 14 octobre 2014.

          A travers son titre V;

•la loi sur la biodiversité: (La loi biodiversité a été adopté en première lecture à l'Assemblée le 24 mars 2015. )

•la loi montagne: mise à jour attendue au 2° semestre 2015.

Merci Luc   pour tes renseignements.

 

Sur la toile :

 

ONF - Les chiffres-clés de la forêt française

www.onf.fr/gestion_durable/++oid++9b1/@@display_advise.html

Les chiffres-clés de la forêt française. 28% du territoire métropolitain sont couverts de forêts; 3,5 millions de propriétaires privés se partagent 12 Mha, soit 75% ...

http://www.onf.fr/gestion_durable/++oid++9b1/@@display_advise.html

 

 

agriculture.gouv.fr › Espace Pro

27 mai 2013 - La politique forestière repose sur quatre axes prioritaires : - valoriser la forêt ... développer la valorisation de la biomasse forestière, - enfin se  .

http://agriculture.gouv.fr/foret-bois

 

Présentation générale de la politique forestière française

www.crpfn.fr/index.php?menu_choix=2&sousmenu=2

La politique forestière française trouve ses fondements dans le Code forestier, modernisé par la loi d'orientation forestière du 9 juillet 2001. Chaque région ...

http://www.crpfn.fr/index.php?menu_choix=2&sousmenu=2

 

Schéma Régional de Gestion Sylvicole - (CRPF) de Midi ...

www.crpf-midi-pyrenees.com/datas/pdf/SRGS.pdf

Schéma Régional de Gestion Sylvicole pour les forêts privées de la Région Midi-Pyrénées. Approuvé par arrêté du Ministre de l'agriculture, de l'alimentation,.

http://www.crpf-midi-pyrenees.com/datas/pdf/SRGS.pdf

 

Les documents de gestion - Forêt Privée Française, le ...

www.foretpriveefrancaise.com/les-documents-de-gestion-486824.html

Les plans simples de gestion et le code de bonnes pratiques sylvicoles constituent des documents de gestion forestière durable. Une propriété qui possède un

http://www.foretpriveefrancaise.com/les-documents-de-gestion-486824.html

 

Le plan simple de gestion - Forêt Privée Française, le portail ...

www.foretpriveefrancaise.com/psg-421981.html

 

Le plan simple de gestion (PSG) est un outil pratique pour : mieux connaître son bois ou sa forêt, définir des objectifs et faciliter les choix et décisions à prendre, ...

http://www.foretpriveefrancaise.com/les-documents-de-gestion-486824.html

 

Un dernier conseil n’hésités pas à vous munir d’un petit sécateur lors de vos sorties en forêts pour couper les jeunes poussent qui obstrue les chemins  si tous les randonneurs mettent un petit peu de bonne volonté nous pourrons peut-être les maintenir propre.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de belles balades dans nos bois et de belles cueillettes.

PPP

 

Vèbre 09_ chemin de Gimbareil et autres chemins

Commenter cet article