Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Langue d'Oc

ÉLÉMENTS

DE

GRAMMAIRE DU DIALECTE DE FOIX

PAR PAUL Sicre

— Suite et fin

Source :

Sicre Paul            Eléments de grammaire du dialecte de Foix (VI°

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56582927/f456.tableDesMatieres

 

CHAPITRE XIII

SYNTAXE

SYNTAXE DE L'ARTICLE, DU SUBSTANTIF ET DE L'ADJECTIF

 

                Comme nous l'avons dit dans notre Avant-propos, les règles de la grammaire française, simplifiées tout récemment en ce qui concerne la syntaxe, sont généralement observées dans le dialecte fuxéen.

                Nous indiquons ci-après les principales exceptions à ces principes :

 

1° Emploi abusif de l'article.

 

                Ex. :       dilus al souèr, douma 'l souèr : lundi soir, demain soir.

                               sirà pos le dit qu'y anirai : il ne sera pas dit que j'irai ;

                               eh ! digats, la fenno ! Eh ! dites, brave femme !

 

                2° Le genre des noms ne comporte pas les mêmes anomalies qu'en français ; il reste constant.

                Le mot gens, par exemple, est toujours féminin, quelle que soit sa position.

                On dit : las gens, las brabos gens, las gens pauros è ounestos….

 

                3° Position de l'adjectif avant ou après le substantif, contrairement à l'usage français.

_442_

                Ex. :       un pa petit : un petit pain ; argent biu : du vif argent                  

                               uno fenno bièlho : une vieille femme ; la mésso grando : la grand'messe.

 

                4° Forme différente de l'adjectif, suivant sa position dans la phrase.

 

                Ex. :       un plén paniè et un paniè plé : un plein panier ;

                               un fin oubriè et un oubriè fi : un fin ouvrier ;

                               un boun cop et un cop bou : un bon coup.

 

                5° Emploi d'un nom à la place d'un adjectif.

 

                Ex. :       es bertat (m. à m. c'est vérité), pour c'est vrai ;

                               fa calou (m. à m. il fait chaleur), pour il fait chaud.

 

                6° Omission de l'adjectif (possessif ou autre).

 

                Ex. : as le moucadou à la pocho : tu as le mouchoir à la poche ;

                ai debrembat le capel : j'ai oublié mon chapeau ;

                s'es tirat la besto : il a quitté sa veste ;

                qu'as feit del mântou? qu'as-tu fait du (de ton) manteau ;

                ai bist menino, aneit : j'ai vu ma marraine, celte nuit-ci ;

                d'ouro, de maiti : de bonne heure, de grand matin.

 

                7° Transposition ou abus des pronoms.

                Ex. :       y ac dirai : je le lui dirai (m. à m. à lui le dirai) ;

                               pracô fè : pour faire cela (m. à m. pour cela faire) ;

                               te bouldriô béire : je voudrais te voir (m. à m. je te voudrais voir) ;

                               la te douni : je te la donne (m. à m. je la te donne) ;

                               l'an bengut querre : on est venu le chercher (m. à m. on l'est venu chercher) ;

                               y a pos dit rés : il ne lui a rien dit (m. à m. il ne lui a dit rien) ;

                               y boli pos ana : je ne veux pas y aller (m. à m. je n'y veux pas aller) ;

                               me fumabo à constat : il fumait à côté de moi (m. à m. il me fumait à côté) ;

                               se te m'arrinquec un pal barriè per truca l'ase : il (se te m') arracha un bâton de la haie pour frapper l'âne ;

                               y beniôn darrè : ils venaient derrière lui (m. à m. ils lui venaient derrière) ;

                               qu'y bos paria? que veux-tu (y) parier ?

                               te pos causi : tu peux choisir, (m. à m. tu peux te choisir) (pour toi);

                               m'ac soum pensat : je l'ai pensé (m. à m. je me le suis pensé).

 

--- 443 —

                7 bis Nous avons mentionné, en temps voulu, la suppression des pronoms-sujets.

                               Ex. : bénes dejà ! tu viens déjà ; sirà téns : il sera temps.

               

                8° Pronoms indéfinis (accord, faux emploi).

                               Ex. :       es touto de trabèts : elle est tout de travers ;

                                               soun toutis cambials : ils sont tout changés ;

                                               la fenno n'èro tabès : la femme l'était aussi.
 

                9° Emploi particulier des pronoms possessifs.

                               Ex. :       aquel capel es miu : ce chapeau est à moi (mien) ;

                                               aquélis souliès soun tius : ces souliers sont à toi (tiens) ;

                                               aquélo fardo es bostro : ces vêtements sont à vous (vôtres) ;

                                               les droullots an perit sous debasses : les enfants ont sali leurs (ses) bas ;

                                               anem noun an so nostre : allons-nous en chez nous.

 

Syntaxe du verbe

 

                1° Modes ou temps différents (présent du subjonctif au lieu du futur, conditionnel pour l'indicatif, etc).

                Ex. :       quand siò à Paris : quand il sera à Paris ;

                               un cop que siòs partit : une fois que tu seras parti ;

                               quand AJES acabat : quand tu auras achevé ;

                               BÉNES douma ? Viendras-tu demain ?

                               SIRIÒS cansat ? Es-tu fatigué ?

                               Que BOULDRIÔS?? que te CALDRIÒ? que veux-tu ? que te faut-il ?

                               s'ac BAUsapié : si je l'avais su.

 

                Emploi fréquent, abusif même, du passé défini.

 

                Ex. :       aqueste maiti, manjègui sense béure : ce matin je mangeai sans boire (pour j'ai mangé).

 

                On dira toujours y anguégui pour traduire j'y fus ou j'y ai été.

 

                2° Verbes auxiliaires différents.

                               Ex. :       A pos bengut digus : il n'est venu personne ; Voir chapitre VI (Pronominsdéfinis).

                                               digus nou ES bengut : personne n'est venu ; idem

                                               S'es cambiat de capel : il a changé de chapeau ;

                                               pauc s'en A mancat : peu s'en est manqué ;

                                               bei qu'Es de lèse : aujourd'hui que tu AS le loisir ;

                                               s 'A fèit mal à la camo : il s'est fait mal à la jambe.

 

--- 444 —

                               m'en soum fèit dous sòus : cela m'a coûté deux sous ;

                               t'en ac as fèit : c'en est fait pour toi ;

                               SOUMestat malaut : j'ai été malade ;

                               ÈROestado à Paris : elle avait été à Paris ;

                               S'ÈROSestat sage : si tu avais été sage ;

                               s'ac BAdire (m. à m. s'il va le dire) pour s'il l'avait dit.

 

                3° Dans les expressions c'est, ce sont..., le verbe reste habituellement au singulier ; le pronom ce peut se rendre par acò ou aquo qui s'abrège quelquefois en qu' ; le plus souvent, il ne s'exprime pas.

 

                Ex. :       es jou, es pos el : c'est moi, ce n'est pas lui ;

                               ES caulets ou acò 's caulets : ce sont des choux ;

                               es tu qu'ac as fèit (acò 's tu) : c'est toi qui l'as fait ;

                               acò 's tu dejà ou qu'es tu dejà ! c'est toi, déjà !

                               fa pos rés : cela ne fait rien.

 

                N.B. — On dit inversement : SOUN sept ouros pour il est sept heures.

 

                4° Dans les phrases, où le complément direct est déjà annoncé par un pronom personnel placé avant le verbe, le régime lui-même est parfois précédé, comme en espagnol, de la préposition à.

                Ex. :       m'aimaras A jou tabés ? tu m'aimeras (à) moi aussi ?

                               l'as bist AN aquel ome ? l'as-tu vu (à) cet homme ?

                               per que l'as trucat AN aquel drolle? pourquoi l'as tu frappé (à) cet enfant ?

                               t'a pos coubidat A tu tapauc : il ne t'a pas invité (à) toi non plus.

               

                5° Verbe intransitif rendu par un verbe transitif ou réfléchi et vice-versa.

                Ex. :       se cambiec de capel : il a changé de chapeau ;

                               s'es cambiado de plasso : elle a changé de place.

                               pot pos dintra le pè dins aquel soulié : il ne peut faire entrer son pied dans ce soulier ;

                               bous crési pos à bous tapauc : je ne vous crois pas vous non plus.

                               me soum pensât que : j'ai pensé que ;

                               se crets de gari : il croit guérir ;

                               m'estimi mes pati : je préfère souffrir ;

                               l'aigo qu'a besougn : l'eau dont il a besoin ;

                               l'aigo qu'y fa besougn : l'eau qui lui fait besoin ;

                               l'aigo qu'y fa frèito : l'eau qui lui manque ;

                               en ibèr, me gelabo : en hiver, je gelais.

 

                N. B. — On dit indifféremment : m'EN soubéni, m'EN brembi, et m'EN rapèli:

 

— 445 —

                6° Le participe passé s'accorde avec son régime, quand il en est précédé (1) (voir chapitre VIII).

 

                Ex. :       la fenno qu'ai bisto : la femme que j'ai vue ;

                               les libres qu'as legits : les livres que tu as lus.

 

                Dans le langage courant, cette règle n'est pas rigoureusement observée. Les participes été, voulu, pu, fait... sont variables, le cas échéant, comme les autres participes ; ce dernier, fait, l'est même devant un infinitif.

 

                Ex. :       s'es FEITO beire : elle s'est fait voir ;

                               bous ets FEITIS besti : vous vous êtes fait habiller ;

                               la fenno es ESTADOmalauto : la femme a été malade ;

                               y soun POUSCUTS ana : ils ont pu y aller ;

                               les a BOULGUDIS beire : il les a voulu voir (eux) ;

                               las abets POUSCUDOSsiègue : vous les avez pu suivre (elles) ;

 

On dit aussi : la filho s'es PERIDO la fardo : la fille s'est sali les vêtements.

 

                7° Emploi d'un verbe pour un adverbe, ou pour un adjectif.

                Ex. :       tres ouros MANCO un quart : trois heures moins (manque) un quart ;

                                dasiè passat (avant-hier) ; douma passat (après-demain) ; l'an que bé (l'an prochain).

 

                8° Locutions verbales :

                Per beire (pour voir) peut s'employer à toutes les personnes. On l'appui, parfois, par l'expression bejàm, voyons !

 

                Ex. :       per beire les imajes : faites-moi voir les images ;

                               bejàm ! per beire se bendra : voyons ! allons voir s'il viendra.

                               per beire se reüssiras, bejàm ! voyons si tu réussiras.

 

                9° L'idée de réitération, marquée en français par le préfixe re, s'exprime par le verbe tourna (retourner, revenir).

                Ex. : tourna fè, refaire ; tourna dire, redire ; tourna mounta, remonter.

 

  1. Dans l'ancienne langue, comme actuellement en italien, on trouve des exemples montrant que le participe passé s'accordait avec son régime direct, même quand celui-ci le suivait : ai bisto la letro (italien : ho veduta la léttera).

 

— 446 —

Syntaxe de l'adverbe

 

                Position différente, abus ou suppression de l'adverbe.

 

                Ex. :       digus MES : plus personne ; rés PUS : plus rien ;

                               bal mes ou balmilhou : il vaut mieux ;

                               jou è tu, e mes élo : toi et moi et même elle (aussi) ;

                               es pu brabe que pensabots : il est plus brave que vous ne pensiez ;

                               me fumabo à coustat : il fumait à côté de moi ;

                               y bos ana? n'ai pos gaire : veux-tu y aller ? je n'en ai guère ;

                               QUANT (tant) mès gagno, d'EN mès despenso : plus il gagne, plus il dépense;

                               y demandec SE ount anabo : il lui demanda où il allait ;

                               s'estimo MÈS uno sôbo que noun pas un sou : il aime mieux unepièce de deux sous que (non pas) un sou ;

                               un soul nou n'ajec pos cap : un seul n'en eut point.

 

Syntaxe de la préposition

 

                Prépositions différentes, abusives ou supprimées.

                Ex. :       mal DE cap : mal à la tête ;

                               uno soupo DE caulets : une soupe aux choux ;

                               quicom mes : quelque chose de plus ;

                               EN tout jougan : tout en jouant ;

                               perque beni AMBE un tens parelh ? pourquoi venir par un pareil temps ;

                                arribec AMBEla neit : il arriva de huit, à la nuit ;

                                es passât per Fouix : il est passé par Foix ;

                                es partido per Pamios : elle est partie pour Pamiers ;

                                DE qui es aquel libre ? à qui est ce livre ?

                                es miu ou tiu ? est-il à moi ou à toi ?

                                es DE la tiu maire : il est à ta mère ;

                                toumbec d'esquino : il tomba sur l'échine (sur le dos) ;

                                aimo pla DE fè pòu : il aime bien à faire peur (à effrayer) ;

                                poudiòn pos fè DE mens : ils ne pouvaient faire moins ;

                                ta crabato es DE dreit : ta cravate est droite (bien mise) ;

                                a pos mounat crento DE jou : il n'a pas soufflé mot par crainte de moi ;

                               toumbec PEL sol : il tomba à terre ;

                               m'a pios dit res pus mès : il ne m'a dit rien de plus (ou plus rien) ;

                               abans DEjoun : avant le jour

 

--- 447 —

                               abans QUE tu : avant toi ;

                               s'aprouchec à PROUpéno : il approcha à peine ;

                               adès, TANTsouloment : tout à l'heure seulement ;

                               très cops l'an : trois fois par an ;

                               PER ta paure que siò : (pour) si pauvre qu'il soit ;

                               acò 's pos de fè : cela n'est pas à faire (ne doit pas se faire) ;

                               le tres DE febriè : le 3 février ;

                               se cresiò DE gari : il croyait guérir ;

                               es DE boun manja : c'est bon (facile) à manger ;

                               es DE plagne, le paurot ! il est à plaindre, le pauvre petit !

                               tan trucat A tu tabés? on t'a frappé, toi aussi ?

                               hep ! l'ome DE la topo ! ohé! holà! l'homme à la casquette!

 

Syntaxe de la conjonction

 

                Emploi de conjonctions différentes, abusives.

 

                Ex. :       es pu fort que tu NI (1) jou : il est plus fort que toi (ni) et moi ;

                                y digats pos res, QUE bous batriò : ne lui dites rien, car il vous battrait ;

                                on a bel QUE fè : on a beau faire ;

                                l'ome Qu'èro malaut : l'homme était malade ;

                                SE cantaras ? chanteras-tu ?

                N. B. — Après la conjonction si, on se sert, comme en français, de que, pour continuer la phrase et éviter de répéter si.

 

                Ex. :       se tourni è QUE siòs arribat : si je reviens et que tu sois arrivé.

 

Pléonasmes

 

                Sor deforo : sors dehors ;

                mounto naut : monte en haut ou là-haut ;

                dintro dedins : entre dedans ;

                se per cas y bau : si, par cas, j'y vais ;

                bé d'arriba TANT souloment : il vient seulement d'arriver ;

                l'ai attenant uno ouro DE TENS : je t'ai attendu une heure ;

                aquel drolle, L'an courroussat : cet enfant, on l'a grondé ;

                à tu TE semblo que ba neba : il te semble (à toi) qu'il va neiger ;

                acò 's à jou que M'ac diguec : c'est à moi qu'il (me) l'a dit.

 

  1. L'emploide ni dans ce cas a été constatépar Rayaouard et Dietz dans le ancien.provençal

— 448 —

 

CHAPITRE XIV

 

IDIOTISMES

 

Nous avons groupé, dans le présent chapitre, un certain nombre d'expressions

et de tournures particulières, souvent familières, à vrai dire,

mais très usitées dans le dialecte fuxéen.

La nomenclature suivante est classée d'après l'ordre alphabétique du

mot le plus saillant de chaque expression ou phrase.

 

A

Bei, soum tout acaferat : Aujourd'hui, je suis fort affairé.

S'en anec cap acatchat : Il s'en alla, la tête basse.

Le mestre l'acibadabo de trucs è patacs : Le maître le rouait (son âne) de coups (en guise d'avoine).

Aco fa qui (tchi) pot : Fait cela celui seul qui en a les moyens.

Aco pla ! ja y mancabo : Voilà bien ce qui lui manquait !

S'es afartat de mounjos : Il s'est (goinfré) rassasié de haricots.

Dins l'afè de dous jouns : Dans l'espace (l'affaire) de deux jours.

Pintabo un uchau d'aigordent : Il buvait (pintait) un demi-litre d'eau de vie.

Es trop aissable aquel drolle : Il est trop désagréable cet enfant.

Chos ! quino aleganto ! Jésus ! quelle ennuyeuse importune !

Almensos que bengue ! Au moins qu'il vienne !

Ac fègui d'amagados : Je le fis en cachette.

Tournats-boun amasso : Revenez-vous en ensemble.

A estrabuncat è s'es amourricat : Il a trébuché et est tombé (la figure la première).

Tourno-t'en an so nostre : Reviens-t'en chez nous, à la maison.

N'y a and' un : Il y en a pour un (gros effort) ; c'est une grosse affaire.

Baste benguesso aneit ! Ah ! s'il pouvait venir cette nuit, ce soir !

Le leitou qu'apelam : Ce que nous appelons le petit-lait.

La paret s'aploumbo : La muraille se tasse (sous son propre poids).

Atén, grapaud, qu'apounchi un broc ! Attends un peu, gredin, je vaiste secouer (je prépare un bâton ; je lui fais la pointe).

Bal pos un ardit : Il ne vaut pas un liard (c'est un fripon).

Quin arsou d'ome ! Qun arpissou ! Quel homme embêtant ! Quel crampon !

 

— 449 —

L'ase te fique se y ac dirai : Je t'assure bien que je ne le lui dirai pas.

M'anats arrouina debi : Vous allez (me ruiner) m'achever tout mon vin.

Nou fan que s'arroussega : Ils ne font que se traînailler.

Bè-t'en asoumbra al bosc : Va te mettre à l'ombre dans le bois.

Atenciu de te peri la fardo ! (Fais) attention de te salir les vêtements !

Cargno pla l'aujam des tirous : Il criaille bien le troupeau des canards.

Aquelis fègnants l'an asountit : Ces fainéants l'ont agonisé de sottises.

 

B

B'ac diguec, bel tens a : Oui, il l'a bien dit, il y a longtemps.

Aquel patut, ne babo d'embejo : Ce maladroit! il en bave d'envie.

Ja tournarem l'an que be : Certes, nous reviendrons l'an prochain.

Fasets g'oc per un be de pats : Faites-le pour avoir la paix.

Per beire se se despertara : Voyons s'il se réveillera.

Eh be ! d'ount benets ? bejam ! Eh bien ! d'où venez-vous ? voyons !

Es uno camtorto, bertat ? C'est une violette, n'est-ce pas ?

Bestio à nou poudé mes : Bête (sot) à n'en plus pouvoir.

N'ai un biatje ; quno cargo ! J'en ai assez (un voyage) ; une vraie charge !

Auras un boun bietase : Tu auras un bon viédase, rien du tout !

Ajec acabat en un birat de ma : Il eut achevé en un clin d'oeil (en un tour de main).

Me fasquec prou bisca : Il m'a fait assez enrager.

S'en abiò pla bist dins sa bido : Il avait beaucoup trimé dans sa vie.

Le n'an assadoulat de blat d'ase : On l'en a régalé de coups de bâton (de blé d'âne).

L'ausel bolo : L'oiseau vole (en l'air).

Le boulur pano : Le voleur vole (dérobe).

Quin ba la boto ? Comment va la santé (la botte) ?

Sus bouco de neit : A la tombée de la nuit.

Es toumbat de boucos en jous : Il est tombé sur la figure (la bouche

vers la terre).

Qun birobèten ! Quel désordre ! ou quel désordonné !

M'ac diguec de bounos : Il me l'a dit sérieusement (pour de bon).

A atrapat la bourro : Il est soûl (il a attrapé une paille, un plumet).

Es escriut gros, es de boun legi : C'est écrit en gros caractères ; c'est

aisé à lire.

Boudius ! A pos dichat la lengo al brès ! Bon Dieu ! Quel bavard ! Il n'a pas laissé sa langue au berceau !

Aquel bielh bourniquel ! Ce vieux borgne

 

— 450 —

Ta pla mateich, qun bourrosoupos ! Tout de même ! quel mangeur de soupe !

Un brabe pauc pus legn : Un bon bout de chemin plus loin.

Ero pos brico cansat : Il n'était pas du tout fatigué.

Les elhs li fasion brumadelhos : Les yeux lui clignotaient (étaient

embrumés).

C

Es la pel de Caïn ou del diable : C'est inabordable (rare, cher, trop chaud) comme la peau de Caïn.

Alabets, ça diguègui jou : Alors, dis-je de mon côté.

Ne tenes uno de cagno ! Tu en as une (chienne) fameuse de paresse !

S'es bestit de cado joun : Il s'est vêtu comme d'ordinaire (non endimanché).

La baujo s'èro cambiado de camiso : La folle avait changé de chemise.

S'en fugic camos ajudats-me : Il s'est enfui à toutes jambes.

Se bouto à canta que cantaras : Il se met à chanter tant et plus.

Aquel mountagnol s'estalbiabo la capeto : Ce montagnard ménageait son manteau (sa cape).

Espèsso de capmorri, bê ! Espèce de grand têtu ! niais ! va !

Aco tiò, jà sira carano : Cela oui ! ce sera crânement remarquable !

Fasiò uno caro (uno mourro) de dous pams : Il faisait une moue (longue) de deux empans.

L'ai troubat tout carantourit : Je l'ai trouvé tout abattu (par la fièvre)

[fièvre se dit calenlura en espagnol].

Qun cartipel, aquel oumenas ! Quel carcan, cette femme (hommasse) !

La drollo es pla catsado, reeattado : La fillette est bien mise (soignée, rangée).

Estirat à la caus d'un garric : Etendu au pied d'un chêne.

Quin chaupic dins la carriero ! Quel gâchis (de boue) dans la rue !

La crambo es clabado : La chambre est fermée à clef.

La gleiso éro claufido de gens : L'église était bondée de monde.

A quicom jous la cofo : Il a de la cervelle ; il est têtu ou intelligent.

Y abiô une colho de drolles : Il y avait une bande de gamins.

Se fara coltorse, aquel poulh : Ce coq se fera tordre le cou.

Y aniras d'un cop de pè : Tu iras d'un coup de pied, en promenant.

De cops canto, de cops fiulo : Tantôt il chante, tantôt il siffle.

Bouliô manja à res noun cost : Il voulait manger sans bourse délier.

Es salbatje cou 'n loup : Il est sauvage comme un loup.

Me couitègui del soucali : Je me hâtai de le secouer.

Bas coupa le goubelet : Tu vas casser le verre (gobelet).

 

gobelet).

— 451

Escusats se bous coupi : Excusez-moi si je vous interromps.

S'en fugiguen al mes courre : Ils s'enfuirent à toutes jambes (à qui

courrait le plus).

Me fumabo à coustat, casi joul nas : Il fumait à côté de moi, presque sous mon nez.

Fasion le joc de coutorbo : Ils jouaient à colin-maillard.

Se crebabon la pel de rire : Ils (se) crevaient (la peau) de rire.

Le carrejabon à crabit-crabot : On le portait à califourchon sur le dos.

Cal fè un pic (uno osco) al cremalh : Il faut faire une marque à la crémaillère (pour marquer une chose extraordinaire).

L'a pos trucat crento de jou : Il ne l'a pas battu par crainte de moi.

Jà s'en cresio, aquelo fado ! Elle s'en croyait, cette vaniteuse !

Fa uno fret... un foutrai de fret que torro! soum croc! Il fait un froid ! il gèle ; j'ai les mains gourdes.

Es bi de croumpo : C'est du vin (d'achat) acheté.

La droulloto n'es tant just à la crouts : La fillette en est seulement (à la croix) à l'alphabet.

Tout tremoulant coumo uno cugo de baco : Tout tremblant comme la queue d'une vache.

Ai pla cujat y passa : J'ai bien failli y passer (mourir).

Es un paucot curolos : Il louche un peu (comme un chien qui regarde

l'os qu'il en train de curer).

Aquel cussou ! y fa dol l'argent : Ce grigou ! il pleure l'argent (il lui fait deuil).

 

D

L'ai coubidado an dansa uno : Je l'ai invitée à en danser une (pour une danse).

Abiô la dansèro : Il avait une forte envie de danser.

Es tournat dasiè passat : Il est revenu avant-hier.

Beni de delà : Je viens de la chambre voisine (de l'autre côté).

De dintra, se tiro la topo : Aussitôt entré, il tire sa casquette.

Ajec lèu fripat soun deque : Il eut bientôt gaspillé (fripé) son avoir.

Qun calimas ! Soum desalentat : Quelle chaleur lourde ! Je suis essoufflé.

Me fariôs desparla : Tu me ferais mal parler (dire des sottises).

L'auriô batut de tant de pou que m'a feit : Je l'aurais battu tant il m'a fait peur !

Ta crabato es de dreit : Ta cravate est (droite) bien mise d'aplomb.

Es feit de la pel del diable : Il est fait de la peau du diable, c'est- à dire il est méchant, il a de mauvais instincts.

Es pla talat, me fa dol : C'est bien dommage ; je le regrette bien

— 452 —

 

Bendra douma maiti : Il viendra demain matin.

Arribo douma al souèr : Il arrive demain (au) soir.

Sira aici douma neit : Il sera ici demain soir (à la nuit).

Ac farem douma à la brespado : Nous le ferons demain après-midi.

Y aniras douma passât : Tu iras après-demain.

Soum estat dreit tout dasiè : Je suis resté (droit) debout tout hier

(toute la journée d'hier).

S'en tournée tout à la dousso : Il s'en revint tout doucement.

A mersat sous diniès (dignes) : Il a dépensé son avoir (ses deniers).

 

E

Toutjoun descaus, y es egal la plèjo : Toujours nu pieds, peu lui  importe la pluie.

Eh be ! t'es pos eichinat : Eh bien! tu ne t'es pas éreinté (échiné).

Aco 's tu, èdious ! C'est toi seulement ! ce n'est que toi ! (pas plus !)

Calho-te un chic, que m'eichourdos ! Tais-toi donc un peu ; tu m'assourdis !

Prou! prou! que m'embaranats ! Assez! assez! vous me cassez la tête!

N'y fasiôn embejetos : On lui en donnait envie (le désir).

Anirets endacom mes ? Irez-vous ailleurs (autre part) ?

Las galinos graton à l'endarrè : Les poules grattent en arrière.

Qu'es auriu Matiu ! Ta pla s' en debé : Qu'il est grincheux, Mathieu !(Cela rime bien ; cela s'accorde bien.)

Pel d'endébio : Chevelure frisée (comme une chicorée, une endive).

Sentes l'engaumit : Tu sens le renfermé (tu fais bien de sortir).

Se que d'ac beire, s'engouichabo : Rien que de le voir, il en mourait d'envie.

S'en trobo pos enloc mes : On n'en trouve nulle part ailleurs.

Fasquec ensamblan de durmi : Il fit semblant de dormir.

Beniô joun entre autris : Il venait de deux jours l'un (jour entre autres).

Soum ensidernat : Je suis enrhumé du cerveau.

Anguem entai faure : Allons chez le forgeron.

As dichat passa l'ento : Tu as laissé passer l'heure (l'instant).

Ten-te à l'erbo, foutral ! Tiens-toi à l'herbe (fais attention), farceur !

Baliô pos un escalh bufec : Il ne valait pas une noix creuse (vide).

Ero tout escarrabilhat : Il était tout guilleret, allègre.

S'escarralhec sur la rampo : Il se mit à califourchon sur la rampe.

Uno escaderno m'a dichat aquel batedis : Une écharde de bois m'a laissé ce panaris.

D'escapados se salbec : Il se sauva, il prit la poudre d'escampette.

 

- 453 -

Boli pos que m'escarnisques : Je ne veux pas que tu me singes (m'imites).

Trucabo and'el mour del esclop : Il frappait avec la pointe (le bec) du sabot.

Ac (ag) ai pos feit esprès : Je ne l'ai pas fait à dessein (exprès).

Aqués paubals s'espeltirabon : Ces vauriens se prenaient aux cheveux.

Deicho m'esta : Laisse-moi (rester) tranquille. A Foix, on appelle un paresseux, un insouciant, un deicho-m'esta.

Es alà qu'estaco : Il est là-bas qui boude.

S'estimo mes uno sôbo qu'un sôu petit : Il aime mieux une pièce de

deux sous qu'un sou.

Y calguec camina uno estouno de tens : Il lui marcher une heure (en allemand stunde).

Ero tout... éstre : Il était tout... chose.

As pos bist... éstre? N'as-tu pas vu... chose (un tel) ?

Es bengut... éstre (ou) d'acos? Est-il venu... chose (un tel) ?

As fenit... éstre (ou) so d'autre? As-tu fini... chose? (ou) le reste?

As estrefeit ? As tu fait telle chose ? (dont l'expression n'est pas

présente à la mémoire).

 

F

Quno fadurlo aquelo mainado ! Quelle vaniteuse, cette enfant !

Es bostro aquelo fardo ? Ce linge (vêtements) est-il à vous ?

Se manjariô le farnat des tessous : Il mangerait la pâtée des porcs.

Es cansat de jaupa, le farou : Le mâtin (chien de berger) est fatigué d'aboyer.

 

             Emploi du verbe faire :

Aquel utis me fa besougn : Cet outil m' est nécessaire (j’en ai besoin).

L'an que be, farem patanos : L'an prochain nous (ferons) plantanos des pommes de terre. Chaque année on est habitué à faire la même chose.

Douma fara dous méses : Demain il y aura deux mois.

Es salle que fa fasti : Il est sale, il fait honte ; il est dégoûtant.

Fasets-bous en sa : Approchez (vous) par ici.

Fè-te en là, mecut ! : Écarte-toi ; va-t-en, morveux !

M'en soum feit un dourou : Cela m'a coûté une pièce de cinq francs.

« Eh ! douncos... », sa fasio el : « Ainsi donc... », disait-il.

Fa boun l'escouta : Il fait bon l'écouter.

Fara milhou le siègue : Il sera (meilleur) préférable de le suivre.

Fasio freito (freituro) à la bordo : Il faisait défaut (manquait) à la métairie.

— 454 —

me lum, siuplet : Eclaire-moi, s'il te plaît.

Y bos à las quilhos? Veux-tu (y) jouer aux quilles ?

Cal petit del froumatje : Il faut prendre modérément (un petit bout) de fromage.

Me fau un maichant sang : Je me fais un mauvais sang (du souci).

Fasio luno per passeja : Il faisait clair de lune pour promener.

S'a feit mal al denoulh : Il s'est fait mal au genou.

 

« Paure felat ! » sa diguec : « Pauvre toqué ! (fêlé), dit-il.

Ja piulabo prou, aquélo feramio ! Elle criaillait assez, cette furie extravagante !

Ambe el, cal parla fort : Avec lui, il faut parler à haute voix.

B'em pla flaugnacs : Oui, nous sommes bien (mignards) délicats.

Yè ! qu'es le flèu ! Eh ! tu es donc le diable (le fléau) !

Eron un floc de malauts : Ils étaient une foule de malades.

Es car ; es le foc ; es la pel de CaÏn : C'est trop cher, inabordable (comme le feu).

Es le foc de sal : C'est démesurément salé (le feu de sel).

De fennos n'y abiô forso : Des femmes, il y en avait beaucoup.

Qun foutral! Quel farceur! (malin, plaisant).

Me les gardi, freito d'autris : Je les garde, faute d'autres.

Eron un fum de galapians : Ils étaient une bande de vauriens (gueux).

 

G

Bebiô al galet : Il buvait au goulot, à la régalade.

S'es pos gamat aquel fègnantas ! Il ne s'est pas crevé (surmené) ce grand fainéant !

Es à gango : Il est à son affaire (il se régale).

S'estiro la garro al cagnard : Il se détire les jambes à l'abri ; (il bat la flême).

Qun gatosiaud ! Quel tartufe ! Hypocrite (comme les chats).

Es mort ; es passat gendarmo : Il est mort (il est passé gendarme).

Aquel mecut, y fasio la gnifo : Ce morveux lui faisait la grimace.

Badabo coumo la gorjo d'un four : Il bâillait comme la gueule d'un four.

Las filhos soun de mal goubèr : Les filles sont difficiles à diriger (gouverner;).

Es goutent de susou : Il est tout mouillé (dégouttant) de sueur.

M'en sap pos cap de grat : Il ne m'en sait aucun gré.

N'en tastaras per grat ou per forso : Tu y goûteras de bon gré ou par force.

— 455 —

S'en ban à gratipaudos : Ils (les enfants) s'en vont à quatre pattes.

Pastabo bren en guiso de farino : Il pétrissait du son au' lieu de farine.

Qu'es poulido, aquelo griséto ! Qu'elle est jolie, cette grisette (ouvrière).

Ah ! gusardas ! Ah ! méchant gueux (gredin) !

J

Elo rait! ja bendra : Quant à elle (ne nous en inquiétons pas). Pour sûr, elle viendra !

Es brabe que jamès pus : Il est si bon (qu'on n'en a jamais vu de si bon).

D'aqueste m'en jauti pla : De celui-ci je m'en soucie bien (je m'en moque).

Se se pot pos bèi, sira joun douma : Si ça ne se peut aujourd'hui, ce sera pour demain (il fera jour demain ; il en sera temps encore).

Tant just aro, que benèts ! Maintenant, seulement !... vous venez !

L

Labasso ; y a un fanguiè ! Il pleut à verse ; il y a une boue !

Lasefico (1) se tournara ! Le diable soit s'il revient; pour sûr, il ne reviendra pas.

Hep ! digats, la fenno ! Hé ! dites donc, brave femme !

Bielh laupart ! Me fas bergougno : Vieux saligaud ! Tu me fais honte.

De gabach rait, ne lèbo tant qu'en bol : Du blé noir... il en récolte tant qu'il en veut.

Y an pla coupat le lenguelh : Quel bavard ! on lui a bien coupé le filet (de la langue).

Dasiè, èro pla de lèse : Hier, j'avais bien du loisir.

Es mort loungtens a (ou tens a) : Il est mort, il a longtemps.

As tres cops fan las lutos : Au troisième coup de lutte, on gagne.

M

Es ta magre que l'aresto d'uno sardo : Il est aussi maigre qu'une arête de sardine.

Es tout malcourat : Il est très affligé (il a le coeur à l'envers).

Fasion pla de malobiro : Ils faisaient bien mal à leur aise.

(1) Voir le mot ase (lettre A).

--- 456 ---

N'a pos soun parelh, pla s'en manco : Il n'a pas son pareil, tant s'en faut.

Bal pos souloment un mecou : Çà ne vaut pas seulement un bout de chandelle.

Les aimo à toutis dous la mêmo causo : Il les aime tous deux également (la même chose).

L'afè jà menec brut : L'affaire (mena) fit du bruit au loin.

Ta milhou (ou) à miei, se se perd : Tant mieux s'il se perd.

Moro un chic, palot : Attends un peu, nigaud.

Es menut, es prim coumo un mifalh : Il est menu comme un moucheron.

Y a ficat uno coufado, un mifalh : Il lui a fichu une gifle, un soufflet.

Trebalhabon à mort : Ils travaillaient avec acharnement.

A pos mounat : Il n'a pas soufflé mot.

Es doulent coumo uno mounino : Il est malin (rusé) comme un singe.

Teniô une mounino ! Il était ivre (il avait un fameux plumet!).

Caliô beure à mourre de biôu : Il fallait boire à même la source (comme les boeufs).

Es sourtit y a uno mièjourado : Il est sorti depuis une demi-heure environ.

N

Uno colho de gens naut coufats : Une troupe de gens de la haute société (huppés).

Baliô pos res ; èro ni tu ni bous : Il ne valait rien ; ni bon ni mauvais.

Bal mes tu que noun pas jou : Il vaut mieux que ce soit toi que (non pas) moi.

O

Es bengut d'ouro : Il est venu de bonne heure.

Bénes à l'oustal ? Viens-tu chez nous (à la maison) ?

Bal pos tant soulomént un os de pressée : Il ne vaut pas même un os (noyau) de pêche.

P

A feit un pairoulat de milhas : Il a fait un plein chaudron de bouillie  de maïs.

Tè! toco me la palho ! (défi) : Tiens! touche, si tu l'oses, à cette paille (qui est sur mon épaule).

Fasio ta negre qu'anabon à palpos : Il faisait si noir qu'on allait à tâtons.

Le poutou, acô 's de pano qu'es bou : Le baiser, c'est quand il est volé qu'il est bon !

— 457 —

Paro la sièto ou la ma : Tends (pare) ton assiette ou ta main.

Y pâri que tournara : Je parie qu'il reviendra.

Qu'y bos paria ? Que veux-tu parier ?

Ta pla mateich ! Quno parlèro ! Vrai ! (tout de même !) quelle démangeaison de parler !

Tout so que belgo, à part acô ! Tout ce qu'il voudra, sauf cela !

Ero la pasto des omes : Il était la (pâte) des hommes.

Es un paubal (pl. paubals) : C'est un vaurien (pl. vauriens).

Sent le paucum, la misero : Cela sent le peu, la misère.

Quino pecugno ! Quino paurièro ! Quelle gêne ! Quelle pauvreté !

Paure de bous, quin calibâri ! Pauvre de vous, quel vacarme (charivari)!

Sietat al del foc : Assis au coin (pied) du feu.

Ac (ag) abiô pes pelses : Il l'avait (cette idée) dans la tête.

Me fariôs beni pêpi : Tu me ferais devenir radoteur (ramolli).

A prou penos s'arribo le tren : A peine si le train arrive.

Abiô la petégo : Il était agacé (il ne tenait plus en place).

La fenno s'es perido le coutilhou : La femme s'est sali le jupon.

Bielh pibec ! Vieille pimbêche ! Mauvaise langue !

M'an panat uno pistolo : On m'a volé une pièce de vingt francs.

Es mort sense fè plêti : Il est mort sans une plainte.

Es el tout pounat : C'est lui tout craché ; il lui ressemble ; c'est tout son portrait.

Aném ! couito-te, è pus bite quel pas ! Allons ! presse-toi (trotte sec !) plus vite que le pas !

Abion pos qu'un poustamat que les separabo : Ils n'étaient séparés que par une cloison en planches.

A l'ento del presic, le rittou... : A l'heure du prêche, le curé...

Toutis abion presso d'arriba : Tous étaient pressés (avaient hâte) d'arriver.

Nou pousquec y abasta se qu'à puntétos : Il ne put y atteindre qu'en se hissant sur la pointe des pieds.

Q

Quantis èrots pralamount ? Combien étiez-vous par là-haut ?

Es uno filho que digus y fariô peno : C'est une fille à qui personne ne ferait de la peine.

Quequejabo de pôu : Il bégayait de peur.

Auriôts pos quicoumet à me douna ? N'auriez - vous pas quelque petite chose (un rien) à me donner?

— 458 —

R

Oh ! tu rait qu'es coussut ! Oh ! toi, tu n'es pas à plaindre ; tu es à ton aise ; tu es cossu.

Y fa rampèu en tout : Ils sont d'égale force, manche à manche (au jeu).

Aquel goujat es ranc è tort : Ce garçon est boiteux et bossu.

Le mainatje est rauc de tant cargna : Cet enfant est enroué d'avoir tant criaillé.

Leguignabo à rebets d'elh : Il le guignait du coin de l'oeil.

Renegabo coumo un iretje : Il jurait et sacrait comme un hérétique.

Fasiô pos que repoutega : Il ne faisait que grogner (ronchonner).

Aura troubat calque roumiguèro : Il aura trouvé quelque ronce sur son passage (quelque crampon, un importun). Il se retarde.

Se tira uno rupo del bentre : bien manger, se gonfler le ventre par la nourriture et en faire disparaître les rides.

S

S'a feit mal à la queicho : Il s'est fait mal à la cuisse.

Es trop tard ; as pos salbi : C'est trop tard ; tu n'as pas de chance ; ce n'est pas la peine.

Quin salsum ! Quelle mauvaise sauce !

Es sanec ; a le nas bouchât : Il nasille ; il parle du nez ; il a le nez bouché.

Abiô l' sanglot : Il avait le hoquet.

Bielho sansôino ! Coutorbo ! Vieille négligente (sans soin) ! Mal fagottée !

Gnin sapiec pla mal : Il lui en sut mal (il en a été vexé).

Y anègues, saquelà ! Tu y es allé tout de même !

Abiô l'aire saumisourd : Il avait l'air hypocrite, sournois.

Sel manjâo des elhs : Il le dévorait des yeux.

Es partit... noun se (1) ount : Il est parti... on ne sait où.

S'es pos segnat : Il n'a pas fait le signe de la croix.

Pa segnat ; aigo segnado : Pain bénit ; eau bénite.

Eron sensat en dol de la noro : Ils étaient sensément en deuil de leur bru.

Partie ambés gousses, è tournée sensé : Il partit avec les chiens et revint sans (eux).

Semblos un pelhegant : Tu as l'air d'un gueux (d'un pelé).

 

  1. , correspondan tau mot français sais, est une contraction du languedocien sabi, qui devient sâï, dans le langage, de même que ai (j'ai) devient è dans la prononciation.

 

— 459 —

Ne ténes un famus sidèr : Tu tiens un fameux rhume de cerveau.

As cujat toumba pel sol : Tu as failli tomber par terre (sur le sol).

S'èro macat la solo del pè : Il s'était meurtri (la sole) le dessous du pied.

Espèsso de sourdagno ! Espèce de sourd ! (sourd comme un pot).

T

Es morto, es talado : Elle est morte (quel dommage !) elle est regrettable. — TALAS, en grec, signifie malheureux.

Me soum talhat ambel coutel : Je me suis coupé avec le couteau.

Abiô uno talent, que poudion pos l'afarta : Il avait tellement faim qu'on ne pouvait le rassassier.

A debrembat de tampa le pourtanel : Il a oublié de fermer la petite porte (le guichet).

Nous a bistis à tantis qu'èrom : Il nous a vus tous tant que nous étions.

! Aici n'as un que te ba bouta le tap (1) à la flabuto ; Tiens ! Voici un gaillard qui va te couper le sifflet.

ta pla ! taloment ! Eh oui ! certainement !

Qun tarrabâni, aquel ome ! Quel homme bruyant !

Tenio un plasé, que risiô tout soul ! Il prenait tant de plaisir qu'il riait tout seul.

! que tournos dejà ! Tiens ! (ah bah !) tu reviens déjà !

S'en a feit un tibat de patanos : Il s'est gorgé (rassasié) de pommes de terre.

Que tourrès ou que nebès : Qu'il gelât ou qu'il neigeât !

S'es trabado à la franjo dél debantal : Elle s'est entravée (elle a bronché) dans la frange de son tablier.

As fenit de trachamanteja ? As-tu fini de faire des embarras ?

Ero touto trempo, rajabo : Elle était toute trempée, elle ruisselait.

Se chapabo un pam de tripo negro : Il avalait (bâfrait) un empan de boudin.

Tropos benguèren praci : Elles vinrent trop nombreuses de ce côté-ci.

Digos ? Y bos fè al toy ? Dis donc ? Veux-tu jouer au bouchon ?

S'es macat les tanots (les tôtous) : Il s'est meurtri les articulations des phalanges.

Quant as de téns ? Quel âge as-tu ?

S'en ba tens que tourne : Il est grand temps qu'il revienne.

 

(1) Tap signifie bouchon.

Cf. l'expression triviale de l'argot. (Qui va-t’en boucher un coin!)

— 466 -

Y trigabo pla prou de reguinna : Il lui tardait bien assez de folâtrer.

Garo à tu s'y tournos ! Gare à toi si tu y reviens !

Me tournaras un escut, bertat ? Tu me rendras un écu, n'est-ce pas ?

U

Les tirous èron à un douna : Les canards étaient à très bon marché, à vil prix (à un donner).

Acô 's tout un : Tout cela c'est la même chose (c'est tout un).

 

ERRATA

Page 282, ligne 10, lisez : c'est lui qui a employé, etc

Page 389, ligne 8, lisez : aimam (amamus).

Page 392, ligne 8, lisez : aimam (et non aiman), nous aimons

 

_____________________________ ******** ________________________________

Numérisé par PJM

 

Lien publication :

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_0055.dir/flipbook/HTML/index.html

Lien page de Garde e t de couverture

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_0055.dir/flipbook/HTML/index.html#/IV/

 

Las Albados de Nadal dounados al public per B. Grimaud T. Sus d'Aires qu'an courrut per Toulouso.

 Auteur : Grimaud, Bernard (1600-1660)

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_000469.dir/flipbook/HTML/index.html

page

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_000469.dir/flipbook/HTML/index.html#2

 

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_000469.dir/flipbook/HTML/index.html#6

 

 

En ligne :

Grammaire de l'ancien provençal ou ancienne langue d'oc ...

Par Joseph Anglade   Librairie C Klincksiek 1921.

gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k255748j

 

3 nov. 2008 - Grammaire de l'ancien provençal ou ancienne langue d'oc : phonétique et morphologie : par Joseph Anglade,... -- 1921 -- livre.

 

 

Malgré les efforts de  l’éducation nationale  à la fin de la guerre de 14-18  la grande majorité de la France ne parlait que le dialecte local. C’est  aussi pour favoriser une meilleure compréhension du français, et un mixage social, que les régiments étaient composés de soldats prévenants de diverses régions.

 

Extrait page 5 et 6

                « Au sud de la France, la langue d'Oc est limitée par les Pyrénées, sauf à l'extrémité occidentale de la chaîne, où le basque s'avance en deçà de la frontière politique qui nous sépare de l'Espagne. Il y a aussi dans le Val d'Aran (Espagne) une quinzaine de villages qui parlent un dialecte gascon mélangé d'éléments catalans

                Le catalan, qui, à l'origine, différait peu de la langue provençale, s'en est éloigné de plus en plus à partir de la fin du xm° siècle. Nous le laisserons en principe en dehors de cette étude2.

 

                La Langue d'Oc est parlée actuellement par douze ou quatorze millions de Français. Elle est divisée aujourd'hui en de nombreux dialectes, très différents les uns des autres. L'unité linguistique, autre qu'une simple unité orthographique, paraît actuellement une chimère on verra qu'il n'en était pas de même au moyen-âge.

 

                LES différents NOMS DE LA LANGUE D'OC. La

Langue d'Oc s'est appelée d'abord lenga romana cette appellation n'avait, à l'origine, qu'une

signification elle servait à désigner la langue vulgaire  opposée au latin. Cependant cette appellation

ancienne, mise de nouveau en faveur par Raynouard, n'est pas exacte. Il y a des langues romanes (espagnol,français, italien), il n'y a pas une langue romane par excellence, dont les autres seraient dérivées, et qui serait la langue d'Oc. En ce qui concerne le français en particulier, la langue d'Oïl et la langue d'Oc se sont développées indépendamment l'une de l'autre la langue d'Oil n'est pas la « fille » de la langue d'Oc ces deux langues sont sœurs, si l'on tient à une appellation qui marque la parenté'.       Ces deux « sœurs » devaient se ressembler beaucoup au début mais l'évolution de la langue d'Oil a été très profonde la langue d'Oc est restée beaucoup plus près de sa forme primitive, semblable en ce point à d'autres langues romanes, comme l'italien. »

 

Aperçu  des  chansons des troubadours

poésie complète du troubadour Peire Cardenal 1180-1278

par rené Lavaud  Toulouse édouard privat 1957

deuxième  poésie

II BEN TEINH PER FOL E PER MUZART

II (Chanso-Comjat.)

Ben teinh Per fol e Per muzart*

Cel qu'ab amor se lia,

Quar en amor Pren Peior Part

Aquel que Plus s'i fia :

Tals se cuida calfar que s'art.

Los bes d'amor a hom a tart*

E-ls mals a cascun dia.

Li fol e-l fellon e-I moyssart*

Aquil a'n sa Paria* :

Per qu'ieu m'en Part*

 

Ja ma mia no mi tenra

Si ieu leis non tenia;

Ni ja de mi non iauzira

 S'ieu de leis non jauzia'

Conseilh n'ai Pres bon e certa :

Farai Ii* segon que-m fara.

E s'ella mi galia

Galiador mi trobara,

E si-m vai dreita via*

Ieu I'irai Pla*.

 

Anc non gazainhei tan gran ré*

Con quam Perdei ma mia :

Quar, Pôrden leis, gazainhei mé,

. Qu'il gazainhat m'avîa.

Petit gazainha qui Pert sé,

Uas qui Pert so que dan li té*

Ieu ore que gazainhs sia.

Qu'ieu m'erà donatz* Per ma fé

A tal* que-m destruzia

 Non sai Per qué*

 

II BEN TEINHI PER FOL E PER MUZART

 

 

II (Chanson-Congé) (1)

Rupture sans regret : à trompeuse trompeur.

I. Je tiens vraiment pour fou et pour musard celui qui se lie

avec I'amour, car en amour prend pire part celui qui s,yfie davan_

tage : tel croit se chauffer qui se brûle. Les bien d,amour on les

a rarement et les maux on les a chaque jour. Les fous, les félons

et les faux, ceux-là ont sa bonne amitié : voilà pourquoi je me

sépare de lui.

 

II. Jamais ma.mie ne me retiendra si je ne la retenais elle_même,

et jamais de moi elle ne jouira si je ne jouissais d,elle. J,en ai pris

la résolution sage et certaine : je lui ferai selon qu,elle me fera.

Et.si ells me trompe elle me trouvera trompeur, et si elle va pour

moi le droit chemin j'irai pour elle tout droit.

 

III. Je ne gagnai jamais si grand gain que lorsque je perdis mon

amie : car, la perdant, je me gagnai, puisqu,elle m,avait gagné moi_

même. Il gagne peu celui qui se perd, mais si quetqu,ùn perd ce

qui lui nuit je crois que c'est là un gain ! Car je m,étais donné, par

ma foi, à telle qui me détruisait je ne sais pourquoi..

 

Autres références:

http://www.lexilogos.com/occitan_ancien.htm

Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours ;

Comparé avec les autres langues de L’Europe latine par  M Ratnouard  1844

Tome I

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58369971.r=

Le lexique proprement dit commence au tome II A-C

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58360152.r=

 6 tomes entout

Pour les autres références taper sur le moteur de recherche de gallica Lexique roman

Sur la première référence :

Lexique roman , ou Dictionnaire de la langue des troubadours comparée avec les autres langues de l'Europe latine ; précédé de nouvelles recherches historiques et philologiques, d'un résumé de la grammaire romane , d'un nouveau choix des poésies originales des troubadours et d'extraits de poèmes divers. Tome 4 / par M. Raynouard - 1838-1844

Sélectionner

Voir tous les documents du même ensemble.

Image de couverture:

Lien publication :

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_0055.dir/flipbook/HTML/index.html

Lien page de Garde e t de couverture

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_0055.dir/flipbook/HTML/index.html#/IV/

Images de Bandeau et du  corps du texte

Las Albados de Nadal dounados al public per B. Grimaud T. Sus d'Aires qu'an courrut per Toulouso.

 Auteur : Grimaud, Bernard (1600-1660)

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_000469.dir/flipbook/HTML/index.html

 

page

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_000469.dir/flipbook/HTML/index.html#2

http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/collect/general/index/assoc//ark:/74899/B315556101_RD17_000469.dir/flipbook/HTML/index.html#6

 

Àro pudets parla la lengo de Fuïch ;

Al cop qué bé

Aditiats

ARIEGE LE_ PARLER DE FOIX V

Commenter cet article