Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #poesie
La pie cette  mal aimée des poètes

 

MONSIEUR et MADAME PIE

 

 

 En face notre fenêtre Monsieur et madame pie ont niché.  Les poètes ne les louent guère  Ils s’en donnent du mal pourtant à couper des branches et  tresser leur nid.

Chanson Pie

Il était noir,
Elle était blanche,
L'amour chantait malgré la loi
Sur la porte de leurs cinq doigts.

Mais une blanche
Vaut deux noires
Pour qui connaît bien la musique,
L'histoire et la métaphysique.

À mort le noir!
À mort la blanche!
Du goudron pour qu'on la tartine!
Lui, roulez-le dans la farine...

Elle devint noire,
Il devint blanc
Et ils trouvèrent que c'était mieux
Tandis qu'on les jetait au feu.

Il était noir,
Elle était blanche...
Que voulez-vous que je vous dise?
Il n'en resta que cendre grise.

Il était noir,
Elle était blanche...
Pourquoi voulaient-ils, elle et lui,
Mélanger le jour et la nuit?

Hervé Bazin

 
texte chanté par Mouloudji

tiré du blog :

http://mes-ecrits-vains.over-blog.net/article-jeudi-en-poesie-chanson-pie-46924218.html

 

 

Dès janvier elles commencent à casser des branches avec le bec

L’ Aigle et la Pie

 

Jean de La Fontaine

L’aigle, reine des airs, avec Margot la pie,

Différentes d’humeur, de langage et d’esprit,

Et d’habit,

Traversaient un bout de prairie.

Le hasard les assemble en un coin détourné.

L’agasse eut peur; mais l’aigle, ayant fort bien dîné,

La rassure, et lui dit: « Allons de compagnie ;

Si le maître des dieux assez souvent s’ennuie,

Lui qui gouverne l’univers,

J’en puis bien faire autant, moi qu’on sait qui le sers.

Entretenez-moi donc, et sans cérémonie. »

Caquet-bon-bec alors de jaser au plus dru,

Sur ceci, sur cela, sur tout. L’homme d’Horace,

Disant le bien, le mal à travers champs, n’eût su

Ce qu’en fait de babil y savait notre agasse.

Elle offre d’avertir de tout ce qui se passe,

Sautant, allant de place en place,

Bon espion, Dieu sait. Son offre ayant déplu,

L’aigle lui dit tout en colère :

«Ne quittez point votre séjour,

Caquet-bon -bec, mamie ; adieu ; je n’ai que faire

D’une babillarde à ma cour :

C’est un fort méchant caractère.»

Margot ne demandait pas mieux.

Ce n’est pas ce qu’on croit que d’entrer chez les dieux:

Cet honneur a souvent de mortelles angoisses.

Rediseurs, espions, gens à l’air gracieux,

Au coeur tout différent, s’y rendent odieux,

Quoique ainsi que la pie il faille dans ces lieux

Porter habit de deux paroisses.

 

Jean de La Fontaine livre XII fable 11

Sources :_ De l’Aigle et de la Pie Abstemius, Nevelet page 545

Haudent, De la Pie et de l’Aigle II 87

 

 

Naissance           6 mars 1755

Sauve (France)

Décès   13 septembre 1794 (à 39 ans)

Sceaux (France

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84179849/f1.highres

La pie et la colombe

Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794)

 

Recueil : Fables (1792).

 

Une colombe avait son nid

Tout auprès du nid d'une pie.

Cela s'appelle voir mauvaise compagnie,

D'accord ; mais de ce point pour l'heure il ne s'agit.

Au logis de la tourterelle

Ce n'était qu'amour et bonheur ;

Dans l'autre nid toujours querelle,

Oeufs cassés, tapage et rumeur.

Lorsque par son époux la pie était battue,

Chez sa voisine elle venait,

Là jasait, criait, se plaignait,

Et faisait la longue revue

Des défauts de son cher époux :

Il est fier, exigeant, dur, emporté, jaloux ;

De plus, je sais fort bien qu'il va voir des corneilles ;

Et cent autres choses pareilles

Qu'elle disait dans son courroux.

Mais vous, répond la tourterelle,

Êtes-vous sans défauts ? Non, j'en ai, lui dit-elle ;

Je vous le confie entre nous :

En conduite, en propos, je suis assez légère,

Coquette comme on l'est, parfois un peu colère,

Et me plaisant souvent à le faire enrager :

Mais qu'est-ce que cela ? - C'est beaucoup trop, ma chère :

Commencez par vous corriger ;

Votre humeur peut l'aigrir... qu'appelez-vous, ma mie ?

Interrompt aussitôt la pie :

Moi de l'humeur ! Comment ! Je vous conte mes maux,

Et vous m'injuriez ! Je vous trouve plaisante :

Adieu, petite impertinente ;

Mêlez-vous de vos tourtereaux.

Nous convenons de nos défauts ;

Mais c'est pour que l'on nous démente.

 

Jhttp://www.poesie-francaise.fr/jean-pierre-claris-de-florian/fable-la-pie-et-la-colombe.phpean-Pierre Claris de Florian.

 

La pie et le lombric

 

Parodie gaillarde de

« Le corbeau et le renard ».

 

Maître Lombric, enclin à tout lécher,

offre à un gland de quoi germer aux cieux.

Dame La Pie, par le fruit alléchée,

dit à ce ver fait de cercles vicieux :

« Si votre langue est aussi vive

que l'est la sève de ce gland,

l'on vous fera convive

à la table des galants ;

et vous aurez mille dévots

à siphonner par téléphone,

et passerez chez Sieur Pivot

pour y sucer son microphone. »

 

Et l'autre, tenté par tant d'estime à en attendre

(et tant d'atteinte à la pudeur),

tire déjà toute sa langue

pour en démontrer l'aise et la verdeur ;

mais de ce fait lâche le gland...

que gobe net le croupion de la pie ;

laquelle enfin ne souffrant nul répit

dit au lombric en l'avalant cul sec :

« Sache que tout flatteur

jouit aux dépens de qui l'écoute

et que tout fellateur

devrait savoir ce qu'il en coûte. »

 

Philippe Martineau,

Épure en âge d'incarnation, 2005.

© Ph. Martineau

http://www.cave-a-poemes.org/page.php?id=199

 

 

 

Bien que sommaire elles s’en donnent du mal pour leur nid. Elles  le recouvrent même de branches pour se protéger de l’aigle  Quant aux intrus ils doivent se tenir à distance. Les oisillons prendrons bientôt leur vol mais nous ne les vairons pas  le feuillage du micocoulier  dérobera le premier envol au regard et ils commenceront à sautiller dans les pelouses  de nos immeubles et jouerons à chat perché avec gros matou.

Ponpon

 

Commenter cet article

ponpon a2 01/05/2016 04:24

Il en manque une: Un hanneton Un hanneton volage Prés d'une pie passa,
Mais comme la pie était fort Sage
Elle ne le happa pas.
Moralité:
Quel bel appât que la pie n'happa pas.

Ponpon de Pey 01/05/2016 09:32

je vais tacher de trouver le texte et des photos de hanneton en attendant que: âne tond l’herbe du hanneton