Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Randonnée
Une journée au Parc national de Port- Cros

Sortie du19 06 16  sur l’Île de Port- Cros

 

L’île de Port-cros si paisible si tranquille sous son maquis actuel pourrait nous conter bien des péripéties de l’histoire de cette côte méditerranéenne. les Phéniciens, les  Grecs, les  Romains, les Barbaresques , Les Anglais,les Allemnds et les Américains sont liés a ces iles et à Port-Cros.

EXTRAIT DE "UNE HISTOIRE DE PROVENCE- LE JOURNAL DES ILES D'HYERES" de Jean Claude Drenac:

 

1940 (octobre) : la batterie haute de Porquerolles, après l'armistice, est désarmée.

 

1941 : la batterie haute des Mèdes est occupée, l'été, par l'Ecole de Santé Navale.

 

1942 (14 novembre) : après l'opération Torch de débarquement des Alliés sur les côtes du Maroc et d'Algérie, Porquerolles, comme le Var, à l'exception de Toulon, devient zone d'occupation italienne. La batterie des Mèdes reste sous commandement français.

 

1942 (28 novembre) : le lendemain de l'attaque de Toulon par les Allemands, les Italiens investissent Porquerolles. Le Fresnel, ravitailleur du phare, s'enfuit en Afrique du Nord, emportant les marins alsaciens qui occupaient le poste de détection du Langoustier. Le Mont Caumes se saborde au bout de la jetée du port. Undouzaine de marins sont faits prisonniers. D'autres marins se cachent au domaine des Fournier, et réussissent à saboter les installations de la batterie haute des Mèdes.

 

1943 (septembre) : après la signature de l'armistice par l'Italie, le 8 septembre, 800 Allemands occupent Porquerolles et font les Italiens prisonniers.

 

1943 (octobre) : les îles d'Hyères sont occupés par deux régiments d'infanterie composés d'Arméniens. 300 hommes organisent la défense de Porquerolles, sous le commandement du Hauptmann Bôhm.

 

1943 (novembre) : les Allemands décident l'évacuation des îles, qui intervient à partir du 15 novembre. Seul des 500 Porquerollais restent les deux gardiens du phare, M. Pellegrino, gardien-chef , et M. Léonard. Les Allemands coupent des arbres pour dégager les champs de tir, posent des mines et des barbelés, détruisent les haies de cyprès, démolissent certaines maisons, dont celles qui dominent le port, celles qui se trouvent au Nord-Est de la place et la maison des Fournier.

1944 (juillet/août) : les îles sont occupées par deux compagnies allemandes du 917ème régiment de grenadiers, dont 90 hommes au Levant et 150 à Port Cros.

 

1944 (12 août) : préalablement à l'opération Dragoon, de débarquement sur les côtes varoises, les forces amricaines bombardent les batteries côtières. Le fort de la Repentance, quoique inoccupé, reçoit 210 tonnes de bombes.

 

1944 (14 août) : le débarquement a lieu sur l'île du Levant, en vue de neutraliser la batterie du Titan et ses quatre canons de 164. L'opération est confiée à deux régiments canadiens et américains, de la First Special Service Force du Colonel Walker. Débarqués sur la côte Sud-Est, ils s'emparent de l'île, découvrent que la batterie du Titan est factice, et prennent le contrôle du port.

A Port Cros, le 1er régiment débarque dans la calanque du Tuf, s'empare du poste de garde de Port Man, puis du fort de la Vigie. Les Allemands se retranchent dans les forts de l'Estissac, qui tombe le 16 août, et dans celui de l'Eminence, qui, avec 46 hommes et 2 officiers, tient jusqu'au 17 août, après des bombardements aériens et navals, notamment du croiseur Augusta.

Porquerolles est bombardée du 18 au 22 août, notamment les forts de la Repentance (121 obus) et la batterie haute des Mèdes (25 obus), mais aussi le mont des Salins(15 obus), la batterie du Lion (298 obus) et la pointe du Langoustier (40 obus). Les Allemands se rendent à la marine américaine le 22 août. Les troupes sénégalaises du 18ème RTS en prennent le contrôle, avant d'aller débarquer à la Tour Fondue dans la nuit du 22 au 23. Le premier Porquerollais à remettre le pied sur l'île est l'abbé Le Cuziat qui hisse un drapeau tricolore sur l'église.

 

http://sudwall.superforum.fr/t64-occupation-des-iles-d-hyeres-83-1942-1944

Libération de Port -Cros

  http://www.port-cros.net/lhistoire-de-port-cros/le-debarquement-daout-1944/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Port-Cros

 

A la rencontre des plantes insulaires

Pour cette dernière sortie avant les vacances nous irons à la  « découverte » d’une petite partie de Port-Cros le trajet en car et les horaires du bateau ne mous permettent pas de faire un long trajet sur l’île .

 

 Sitôt le port quitté nous pouvons voir en bordure de maisons des pieds de

 Nicotiana glauca au belle fleurs jaunes La plante très riche en nicotine est toxique.

 

Nous passons  sous le fort du moulin 

La partie de l’île que nous visitons est couverte par la végétation dense du maquis . En cette mi juin bon nombre de plantes qui fleurissent au printemps sont fanées et la végétation commence sa longue sieste d’été.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 A côté du petit cimetière nous empruntons le sentier des plantes.

 

http://www.portcrosparcnational.fr/Itineraires/Sentier-des-plantes-Port-Cros

 

Quelques liens concernant les plantes de ces ïles :

Quelques inventaires botanique

ÎLE DE PORT-CROS(Identifiant national : 930012506)(ZNIEFF continentale de type 1)

https://inpn.mnhn.fr/zone/znieff/930012506/tab/sources

 

Actualisation de la liste des plantes vasculaires de l’île de Bagaud

http://www.portcrosparcnational.fr/Documentations/Actualisation-de-la-liste-des-plantes-vasculaires-de-l-ile-de-Bagaud-archipel-de-Port-Cros-Var-France

 

Flore vasculaire des îlots satellites de l’îlede Porquerolles et de la presqu’île de Giens

http://www.portcrosparcnational.fr/var/ezwebin_site/storage/original/application/b35fe98c6ab2959dcd97d666ecd385ea.pdf

 

Bilan des recherches scientifiques et des actions de gestion concernant les plantes exotiques envahissantes terrestres menées au sein du Parc national de Port-Cros.

http://www.portcrosparcnational.fr/Documentations/Bilan-des-recherches-scientifiques-et-des-actions-de-gestion-concernant-les-plantes-exotiques-envahissantes-terrestres-menees-au-sein-du-Parc-National-de-Port-Cros-Var-France

 

Des textes à la pratique

Une des premières plantes que nous trouvons :

Artemisia arborescens Linné

                C'est une plante ligneuse, aromatique, rare, qu'on peut rencontrer sur le littoral rocheux en Corse et en quelques points du Var. Les feuilles d'un vert blanchâtre sont divisées en lanières étroites. Les capitules presque sphériques sont dressés. Le réceptacle est couvert de longs poils.

http://canope.ac-besancon.fr/flore/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus loin encore dans l’ombre :

Jacobaea maritima (Linné) Pelser et Meijden : Séneçon cendré Cinéraire maritime

                C'est une plante veloutée-blanchâtre, qui croît sur le littoral méditerranéen. Elle remonte peu à l'intérieur des terres. Elle est cultivée ailleurs, en particulier pour orner les cimetières. Les feuilles, verdâtres en dessus, très blanches en dessous, sont profondément découpées. Les capitules de fleurs jaunes sont groupés en corymbe serré. Les ligules sont moyennement développées.

_canope ibid

 Puis de nombreux pieds d’herbe aux chats  que nous trouverons tout le long du chemin et au soleil.

Teucrium marum Linné Herbe aux chats

                C'est un sous-arbrisseau qu'on ne trouve à l'état spontané que dans le îles d'Hyères et en Corse. Il peut être cultivé et subspontané en Provence. Les feuilles sont petites, entières, ovales-allongées, enroulées sur les bords. Les fleurs purpurines sont groupées par deux à quatre et toutes tournées d'un même côté. Le calice est couvert de poils blancs, cotonneux. Cette plante attire les chats qui aiment s'y rouler quand elle est en fleurs.

_Canope…Ibid

 

 

 

 

 

 

 

 

   Se tenant  au frais dans l’ombre d’un taillis parmi les chênes verts et arbousiers une jolie fougère , non encore identifiée.

dessus de la feuille

dessous de la feuille

Nous montons au fort de l’Estissac

Dans les douves  proche de l’entrée un, beau pied de jonc mais non. Je pensais avoir photographié Juncus articulatus L. mais  je n’avais pas observé la plante de près ; Je ne connais presque pas les juncaceae , poaceae et cyperaceae . Nous avons à faire à

Scirpoides holoschoenus subsp. holoschoenus.(Cyperaceae)

Synonymes

Holoschoenus vulgaris Link, Scirpus holoschoenus L.

 

Généralités, présentation sommaire

Le Scirpe-jonc est une plante vivace, qui se présente en grosse touffe comme les Joncs. Son ombelle de têtes globuleuses, prolongée par une bractée dressée, est cependant caractéristique.

 

Description botanique

Localisation et comportement

On trouve Scirpoides holoschoenus subsp. holoschoenus dans les pâturages et les zones de jachères et, plus généralement, dans les lieux sablonneux humides (milieux dunaires et montilles).

 

Espèces semblables

Au stade plantule et au stade végétatif, on peut confondre Scirpoides holoschoenus subsp. holoschoenus avec certaines Juncaceae .

Source : http://plantes-rizieres-camargue.cirad.fr/monocotyledones/cyperaceae/scirpoides_holoschoenus

 

 

http://waynesword.palomar.edu/termfl3.htm

 

 Juncaceae et Cyperaceae.

Monocotylédone à fleurs non colorées

 _enveloppe florale à 6parties 3sépales et 3pétales  et fleur membraneuse= juncaceae

_enveloppe florale à moins de 6 parties ,non nageante. Les fleurs ne sont pas réunies en boules ou en cylindres bruns, ni contenues  dans une grande bractée ;la gaine de la feuille n’est pas fendue ; Observer les anthères :

 En forme de X allongé c’est une  poaceae aussi appelées graminées

Sans cette forme c’est une cyperaceae.

Entre les pierres du fort nous trouvons deux exemplaires d’ une plante au feuilles grisâtres veloutées  à Identifier.

Puis en montant l’ escalier  une euphorbe à lait, prostrée et avec stipules ,glabre d’après la photo.

 Je pense  à :

Euphorbia serpens Kunth

Le spécimen trouvé pousse dans le parapet de l’escalier du fort.

La plante est glabre  E chamaesyce à une capsule à poils étalés.  Je pense donc à E. serpens.

 

Voir la comparaison entre les deux espèces sur Flore des Alpes

http://www.florealpes.com/comparaison.php?compar_code_1=euphorbiaprostrata&compar_code_2=euphorbiachamae&nouveau=1&PHPSESSID=91b0939367ab588ef8b0289448d8044e

 

Fort de l’Estissac.

 

Construit sur l'île de Port-Cros sous Richelieu en 1635, ce fort a été édifié pour faire face à la menace espagnole qui régnait alors sur les côtes provençales. Occupé par les Anglais pendant la révolution française, ils détruiront la moitié de la tour au moment de leur départ en 1793. Celle-ci sera reconstruite et agrandie sous l'Empire et un corps d'habitation à base rectangulaire y sera accolé. Situé sur la crête principale qui domine tout le nord de l’île de Port-Cros, cet ouvrage laisse découvrir un panorama magnifique sur l’ensemble de la rade d’Hyères. Restauré au 20ème siècle, il est affecté au Parc national de Port-Cros qui en a fait un lieu d’exposition. Par la route des Forts - 15 mn du village. Ouvert au public pendant la saison estivale.

http://www.portcrosparcnational.fr/Patrimoine-culturel/Fort-de-l-Estissac-a-Port-Cros

 

Après la visite du fort ‘12h30’ nous descendons vers la plage de La Palud.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fort du Moulin ïles de Bagaud

 

Sur le bord du sentier de nombreux pieds de :

 Myrtus communis Linné.

                C'est un arbrisseau qu'on rencontre dans les garrigues et les maquis de la région méditerranéenne, généralement à proximité du littoral en France. Les feuilles opposées, très brièvement pétiolées, lancéolées sont coriaces et persistantes. Les fleurs, à cinq pétales blancs et nombreuses étamines, sont isolées à l'aisselle des feuilles. Les fruits sont des baies d'un bleu violacé sombre à maturité.

_Canope… ibid.

 

Et au- dessus d’une falaise un pied de

Euphorbia dendroides Linné : Euphorbe arborescent

C'est un arbrisseau qu'on rencontre sur le littoral méditerranéen dans le Var et les Alpes-Maritimes. Au printemps cette espèce se reconnaît de loin. Elle forme des buissons arrondis, d'un vert sombre sur lequel se détachent les fleurs plus claires. Les glandes sont arrondies, légèrement échancrées au milieu. La capsule est lisse. A la fin du printemps, le buisson devient rouge puis perd toutes ses feuilles et prend un aspect très différent : on ne voit plus que les rameaux ligneux, plusieurs fois bifurqués et de couleur rougeâtre, surtout les pousses de l'année.

Canope  ibid

 Le repas est pris au bord de la plage.

Lorsque nous remontons dans un sentier aux pierres bien saillantes nous pouvons admirer le velouté chatoyant des gneiss à grenat. Malheureusement les grenats sont tous oxydés. Il y a eu quelques chutes sans gravité. Les cailloux ne veulent plus se laisser piétiner impunément. Une couche de terre pour aplanir le sentier serait la bien- venue.  Vers les années 1880 une société des ardoisières de l’Ariège   exploitât ces gneiss mais comme elle n’obtint pas le succès escompté et cessa l’activité et démontât les machines.

 

 

 

Nous remontons par le même chemin et continuons jusqu’au fort de l’Eminence.

 

Fort de l’Eminence

 

Le Fort de l'Éminence est un ouvrage militaire français situé sur l'île de Port-Cros (Var). C'est le plus grand fort de Port-Cros et c'est sur lui que repose la défense de l'île au XIXe siècle. Il fut édifié au XVIIIe siècle en remplacement d'un fort détruit en 1793. Il se situe à 140 m d'altitude et est à 25 minutes du village.

Histoire du fort Un premier fort se dressait à cet endroit, appartenant à un ensemble défensif construit sur ordre de Richelieu en 1635 pour contrer la menace espagnole, et qui comprenait aussi le fort de l'Estissac, le fort du Moulin, et le fort de Port-Man2. Il fut détruit par les Anglais en 1793.

La construction du fort actuel débute à la toute fin du XVIIIe siècle. Elle est interrompue à la chute de l'Empire, en 1814. Les travaux ne seront terminés qu'en 1876. Lors du débarquement de Provence, en août 1944, les bombardements alliés endommagent le fort. Aujourd'hui, le fort est géré par la Ligue de l'enseignement du Var et accueille des séjours scolaires, éducatifs, des centres de loisirs, des associations..

Wikipédia

 

 Sur le bord de la route les pieds de Cistes de Montpelier et Cistes à feuilles de sauge ont leur capsule florale grand ouverte et les graines ont été en partie éjectés.

Les Asphodèles sont sèches et il ne reste plus que la hampe et quelques feuilles mortes.

 

 

Les glaces et bières sont les bienvenues sur le port en attendant le bateau 15h 40 ; 3/4 h de traversée avec l’embarquement  et arrivée à Marseille vers 18h car il faut compter avec les bouchons à Hyères, Toulon et la Ciotat.

 Ce fut une belle journée tranquille, mais pour parcourir toute l’île en herborisant et pour profiter de la poésie des lieux il faudrait prévoir plusieurs  randonnées.

Eléments d’histoire

Dans l’antiquité Port-Cros s’appelait Phoenice, les phéniciens seraient passés par là . On ne sait rien des premiers possesseurs. Les Romains l’occupèrent et on y a trouvé  des tombes et une pièce d’or de l’empereur Anastase.  Anastase I  né à Durrës en Épire vers 430 et mort à Constantinople le 9 juillet 518. Anastase II est empereur byzantin de 713 à 715.

La succursale du monastère de Lérins  installé sur l’île du levant fonda plus tard un établissement dans le vallon Notre –Dame  fertile et bien arrosé.

Les pirates Barbaresque ravagèrent l’archipel  du X° au XVI  ° siècle.

 En1423  une flottille de 30 voilez du Roi d’Aragon se réfugie à Port -Cros puis elle attaque Marseille et la pille.

En 1531 François 1er prit en compte les suppliques des habitants  régulièrement attaqués par les corsaires. Il  érigea en juillet 1531 les iles d’or en Marquisat.

 En 1550 le droit d’asile est accordé aux criminels condamnés ou non et poursuivis ou non sauf pour les crimes d’hérésie et de lèse- majesté. La course des barbares continuait, en 1565 10 galères ravagent les cotes et pillent des navires.

Le 16 mai 1566 le marquis d’Elbeuf établit son centre d’action à port –Cros (12 galères) et surveillât tout le rivage du Var au Rhône.

En 1617 les forts du marquisat n’avaient pas été bâtis et la rente de 10 mailles d’or n’était pas versée régulièrement.

En 1634 sont construits, la tour de l’éminence, le fort de l’Estissac  et celui de Port-Man ; le château est remis en état. Ces ouvrages fortifiés furent longtemps abandonnés.

En 1700 les anglais brulent  une baleinière armée qui avait relâché en venant d’Alexandrie puis débarquent et pillent le château et enlèvent tous les bestiaux

En 1744

 Les anglais veulent s’emparer de Port-Cros ,ils attaquent aussi la flotte franco –espagnole au Cap Sicié ce qui décida en   le comte de Maurepas ,ministre de la marine à ordonner la réparation immédiate des forts à y installer des milices puis des troupes régulières en 1750.

La bataille du cap Sicié, ou bataille de Toulon, du 22 février 1744 est une victoire navale franco-espagnole sur la marine britannique. Elle présente la particularité d'avoir été livrée avant la déclaration de guerre officielle entre la France et la Grande-Bretagne. Une flotte espagnole y défait la flotte britannique de Méditerranée. La flotte française n'arriva que quand les navires britanniques se retirèrent. Wikipédia.

 

Emmanuel-Anne –louis  de Corvet fut le dernier marquis il vendit le fief en 1764.

En 1793 les Anglais s’emparent par ruse du château le détruisent, ruinent les forts, saccagent les cultures coupent les oliviers et dispersent les habitants.

 C’est en 1811 que napoleon restaure les forts fait construire  de nouveaux ouvrages, batterie du Sud et le fort de la Vigie, et commença la construction du fort de l’Eminence terminé définitivement en 1841. L’île fut vendue à plusieurs reprises. Avant 1889 elle comprenait 5 fermes reliées par une route carrossable et plusieurs vignes. Après  cette date les cultures déclinèrent et le principal revenu de l’île était la location de la chasse.   

Elle fut vendue en 1921. Les nouveaux propriétaires construisent un hôtel et l’aménagent. Les touristes passent de 250 en 1913 à 10 000en 1927.

 A l’époque de l’écriture du livre  Port-cros (port creux) possédait 51 habitants et

 du temps de la marine à voile 15 à 20 navires relâchaient dans ce port ,ou se trouvait un bureau de douane..

Photos

Source :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9676715x/f9.item.r=port-cros.zoom

Les Îles d'Hyères : monographie des Îles d'Or, presqu'île de Giens, Porquerolles, Port - Cros , île du Levant : histoire, description, géologie, flore, faune / par Emile Jahandiez,... ; ill. par Albert Jahandiez ; avant-propos de M. Charles Richet – 1929

 

Bonne promenade

PJM

 

Commenter cet article