Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #histoire Marseille
Epave, de la Phénicie à Massalia

Ils ont coulé au sud de Gozo 

Mais qui étaient donc ces phéniciens dont on parle tant en archéologie et qui font la fierté du Liban actuel.

 

« Il y a 2 600 ans, des navires de la cité grecque de Phocée traversèrent la Méditerranée et fondèrent Massalia, l’actuelle Marseille. Une équipe de scientifiques et de charpentiers de marine percent aujourd’hui le mystère de leurs navires. »

 Voir la suite de ce long article sur :

http://www.nationalgeographic.fr/11335-comment-les-grecs-de-phocee-voguerent-jusqua-marseille/

 

 

http://www.nationalgeographic.fr/wp-content/uploads/2014/05/7-Navire.jpg

Mais tous n'arrivèrent pas sur nos cotes

La plus vieille épave phénicienne se dévoile

Il y a quelques années, des archéologues ont découvert le plus ancien navire de commerce phénicien. Une mise au jour majeure d'un point de vue historique.

franceinfo

France Télévisions

Mis à jour le 17/11/2016 | 18:41   publié le 17/11/2016 | 18:41 

 

Découverte grâce à l'imagerie 3D, cette épave daterait du début du VIIe siécle avant notre ère, soit il y a 2 700 ans. C'est le navire de commerce phénicien le plus vieux découvert à ce jour. Sa cargaison : des amphores par dizaines. Il gît à 120 métres de fond, au sud de l'île de Gozo, à Malte. Malgré l'âge avancé et le fait qu'elles aient passé quelque 2 700 années dans la mer Méditerranée, les amphores sont dans un état de conservation remarquable.

La suite et la vidéo sur :

http://www.francetvinfo.fr/sciences/archeologie/video-la-plus-vieille-epave-phenicienne-se-devoile_1925421.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20161119-[lesimages/image4

Image de couverture extraite de la vidéo, copie écran.

 

 

Couverture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source de la carte:http://idata.over-blog.com/0/25/97/94/algerie-general/histoire/comptoirs-pheniciens-et-carthage.jpg

du site:

https://histoireislamique.wordpress.com/2014/09/22/punique-phenicien-kutama-sanhaja-et-hmayarites/

Voir aussi le blog de mon ami :Le pélerin.

http://www.algeriepyrenees.com/article-algerie-culture-l-histoire-des-pheniciens-en-algerie-66010561.html

Histoire de la Phénicie 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://antique.mrugala.net/Phenicie/Images/Carte%20de%20l'expansion%20grecque.jpg

Du blog

http://antique.mrugala.net/Phenicie/Phenicie%20-%20histoire.htm

En savoir plus :

Qui étaient les Phéniciens ?

Françoise Briquel-Chatonnet

Docteur en Histoire

Directrice de recherche au CNRS au laboratoire Orient et Méditerranée

 

C'est par convention que nous parlons de Phéniciens : ce terme nous a été légué par les Grecs, qui les appelaient Phoinikes. On ne sait pas si les Phéniciens disposaient d'un mot pour se désigner collectivement. Mais la question intéressante est surtout celle de leur identité : les Phéniciens formaient-ils une communauté, au moins culturelle, et en avaient-ils conscience ? Une réponse nous est aujourd'hui fournie par Françoise Briquel-Chatonnet qui a notamment publié en 1998, aux éditions Gallimard (Découvertes), Les Phéniciens. Aux origines du Liban.

 

Un proverbe du recueil de sagesse araméen mis sous le nom d'Ahiqar, composé peut-être au VIIe siècle avant J.-C. et dont on a retrouvé une copie parmi les papyrus araméens de la garnison juive d'Éléphantine en Égypte au Ve siècle, affirme : « Ne montre la mer à un Arabe, ni le désert à un Sidonien, car toute autre est leur affaire ». Ce lien intrinsèque entre les Sidoniens, ici emblématiques des Phéniciens, et le commerce maritime ressort également avec évidence de certains passages de l'Iliade et de l'Odyssée : les Phéniciens y sont présentés comme des artisans habiles, qui confectionnent notamment des objets de bronze finement travaillés et tissent de belles étoffes teintes aux couleurs chatoyantes de la pourpre, mais aussi comme des marins chevronnés et des commerçants retors. De tels clichés, déjà présents dans l'imagerie grecque aux temps homériques, parcourront ensuite toute la littérature classique. Et c'est déjà eux qui transparaissent dans les annales commémoratives des empereurs d'Assyrie entre le IXe et le VIIe siècle avant J.-C. : dans leurs expéditions militaires vers l'ouest, ils prélèvent sur les cités de la côte de riches tributs – composés essentiellement de métaux, souvent travaillés, d'ivoire, d'animaux exotiques et de toute sorte de tissus colorés de pourpre – et c'est aux bateaux phéniciens qu'ils font appel quand ils veulent se lancer en Méditerranée.

De la côte du Levant…

 

Qui sont donc ces Phéniciens dont la richesse et l'habileté, le sens du commerce et de la navigation étaient déjà proverbiaux près d'un millénaire avant notre ère ? On désigne ainsi les habitants des cités du Levant, de la côte orientale de la Méditerranée, depuis le nord de l'actuel État d'Israël jusqu'au sud de la côte syrienne. Ces cités, qui sont avant tout des ports, dominent quelques bourgades et disposent de territoires assez exigus, coincés entre la mer et la chaîne de montagnes qui la borde, le mont Liban prolongé au nord par le Gabal Ansariye ou montagne Alaouite. Du nord au sud, les plus importantes sont Arwad, Byblos, Sidon et Tyr. Elles forment chacune un État indépendant, un royaume, une cité-État. Il n'y a jamais eu d'État ou de royaume « phénicien » et les habitants de ces cités, dans les sources dont nous disposons, ne se qualifient jamais de « Phéniciens », mais de « Tyriens », « Sidoniens » ou « Arwadites », se référant ainsi à la cité précise qui est leur patrie.

La suite voir

https://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/qui_etaient_les_pheniciens_.asp

Tête

https://www.clio.fr/images/vignettes/e__internet_intranet_sfs_CLIO_PHOTOLISTEPHOTOLISTE_20090703134617_liba_600_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carte

https://blogthucydide.wordpress.com/2008/03/16/le-commerce-phenicien-la-premiere-mondialisation/le-commerce-phenicien/

du site

Thucydide

https://blogthucydide.wordpress.com/

Langue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

du site :

http://perso.univ-lyon2.fr/~mollon/M1FLES/11_12/Theodoridou/Alphabet.html

La légende d'Europe évoque le voyage de Cadmos en Grèce et l'offrande culturelle qu'il proposa aux habitants en échange de renseignements concernant l'enlèvement de sa soeur. Cette légende rejoint la réalité historique avec le récit de l'historien grec Hérodote qui nota : «Ces Phéniciens arrivés [en Grèce] avec Cadmos [...] introduisirent l'alphabet que les Grecs, à ce que je crois, ne possédaient pas auparavant». Quelques siècles après Hérodote, c'est au tour du savant romain Pline d'écrire : «Le peuple phénicien a l'insigne honneur d'avoir inventé les lettres de l'alphabet».

 

Cependant, tous les anciens n'étaient pas du même avis. Au Ier siècle av. J.C. Diodore de Sicile rapporte le point de vue des Crétois sur la question : «Contre ceux qui affirment que les Syriens ont inventé les lettres de l'alphabet et que les Phéniciens, après les avoir appris, les transmirent aux Grecs [.], eux [Les Crétois] disent que les Phéniciens n'inventèrent pas, à l'origine, les lettres, mais qu'ils changèrent seulement la forme des signes» (1).

 

D'après ces témoignages, il semble évident que si l'importance des Phéniciens dans l'histoire de l'alphabet était reconnue de tous, il existait des divergences d'opinion sur leur rôle effectif. Inventeurs et propagateurs de l'alphabet pour certains, ces Phéniciens étaient considérés par d'autres comme de simples intermédiaires qui auraient transmis aux Grecs l'invention d'un autre peuple, en contribuant à donner à cet alphabet sa forme définitive.

 

Face à cette mission des Phéniciens, assez controversée, il reste à considérer la question à la lumière des découvertes archéologiques qui ont permis au fur et à mesure de leur évolution de donner des réponses plus rationnelles sur la question.

La suite sur :

http://www.pheniciens.com/articles/alphabet.php

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Le Pèlerin 28/11/2016 16:18

Merci mon Cher Ponpon pour ce petit cours d'histoire oh combien intéressant....!
En ce qui me concerne, il n'est pas trop tard pour apprendre
Je t'en remercie
Amicalement,
Le¨Pèlerin

Ponpon de Pey 28/11/2016 17:46

merci Henri; Tu es le seul à commenter mes articles ,pourtant il ya du mopnde tous les jours sur le blogue. Aditiats.