Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Randonnée
Le tour de Vernègues

 

Les cerisiers en fleurs et l’équinoxe autour de nous

 

Pour cette randonnée nous partons de l’entrée du village pour aborder le plateau du Puech,  où se trouvent les ruines du château féodal,   par le Nord. Dans la randonnée de décembre 2014 nous étions partis de la chapelle pour parcourir la plaine au sud, les ruines romaines pour remonter sur le village par les côtes à l’ouest.

Carte IGN geoportail annotations PJM

Je ne vous reparlerez pas de l’historique. Voir l’article :

http://www.vebre09marseille-histoirefleursetgraindesel.fr/2014/12/marseille-vernegues-randonnee-dans-le-terroir-de-vernegues.html

 

La randonnée à durée 5 heures en prenant le temps de s’arrêter souvent pour identifier les fleurs de printemps et pour le repas sous l a surveillance attentive et curieuse des chevaux et des ânes qui pacageaient dans la restanque supérieure.

                   

                    La descente se fait sur le flanc d’une petite côte ou nous trouvons Hippocrepis emerus proche de Coronilla avec lesquelles il était classé anciennement.

Au débouché au bas de la pente c’est un érable de Montpelier tout en fleur qui attire notre attention.

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

 

                               En débouchant dans la plaine nous trouvons des champs cultivés, des vergers et aussi de nombreuses belles parcelles non cultivées. Désormais nous serons sous la surveillance constante du Château comme devaient l’être les paysans de l’ancien temps.

Dans les talus parmi de nombreuses jeunes plantes les fleurs blanches du peigne de vénus ,Scandix Pecten-veneris. C’est une apiacées au pétale extérieur plus allongé et aux feuilles très découpées en lanière ; le fruit ressemblant à un peigne aux dents longues ne sont pas encore bien formés.

 

 

 

 

Dans la prairie seiche qui borde la route apparaissent les premiers pieds d’Himantoglossum robertianum belle orchidée aux grosses fleurs roses et parfumées. Elles abondent un peu partout dans les pelouses du village.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout à côté de nombreuses fleurs de Erodium moscatum une géraniées de petite taille.

 

 

 

 

 

 

 

De l’autre côté de la route un verger de cerisiers, aux troncs fort respectables, en pleine floraison. Un vrai régal pour les yeux.

Voir pour les vergers

http://www.parc-oise-paysdefrance.fr/files/pnr_oise/fichiers_a_telecharger/guide%20verger%20defBD.pdf

 

 

 

N’hésitez pas à venir consulter la bibliothèque de la société d’horticulture et du CFA du Paysage à Bortoli , ouverture mercredi après- midi.

 

 

 

 

 

 

 

 

http://cths.fr/an/societe.php?id=100717

http://www.societe-horticulture-bdr.com/

http://www.cfa-bortoli.com/

 

Un véritable tapis blanc recouvre ces vergers. Parmi les fleurs la Cardamina Hirsuta et le Lépidum draba domminent avec le pissenlit ,Tarasxcum, dans les talus le soucis sauvage se trouve en bonne place ,calendula officinalis.

 

 

 

Les amateurs de Poireaux sauvages ont fait une bonne récolte mais la terre dure ne permettait pas de bien les arracher.

 

Cardamine

http://sophy.tela-botanica.org/Photo-cp/Can/Cardamine_hirsuta___________18_02_2001_1.jpg

 

 

 

 

 

 

http://sophy.tela-botanica.org/Photo-cp/Can/Cardamine_hirsuta___________23_03_2005_1.JPG

 

 

 

 

 

 

http://sophy.tela-botanica.org/Photo-cp/Can/Cardamine_hirsuta___________05_04_2005_3.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Dans la montée de la côte suivante nous avons trouvé un beau pied de laurier du Portugal aussi appelé Laurier cerise, Prunus larocerasus L., plante toxique contenant u précurseur de l’acide cyanhydrique. Toutefois on en fait des apéritifs dans certaines régions. Voir ci-dessous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VIN DE LAURIER

Ingrédients :

 

120 grammes de feuilles de Laurier-palme (ou laurier-cerise)

4 litres de vin (rouge ou rosé)

1 litre d’eau-de-vie

750 grammes de sucre en poudre

 

Ramasser de jeunes feuilles de laurier, les laver, les sécher

Les mettre dans un récipient avec le vin, l’eau-de-vie et le sucre

Laisser macérer 72 heures

Filtrer et mettre en bouteilles et laisser vieillir

Se sert en apéritif bien frais

 

MISE EN GARDE :

Bien que le laurier-palme (appelé aussi laurier-cerise) soit utilisé traditionnellement dans diverses régions pour aromatiser crèmes, laitages et liqueurs, il présente une certaine toxicité liée à la présence d’acide cyanhydrique et a causé des accidents parfois graves dans le passé.

Références : Le Livre des Arbres, Arbustes et Arbrisseaux, de Pierre LIEUTAGHI, Actes Sud / Guide des Plantes Sauvages, Comestibles et Toxiques, de François COUPLAN, Delachaux et Niestlé.

http://www.patrimoinesadebrien.org/aperitifs.html

Arbre originaire d’Asie mineure aperçu en 1546 par Belon et Clusius reçu le premier pied ,en Europe, en 1576 L’hydrolat et les infusions de feuilles est un calmant et un sédatif employé dans les mêmes cas que l’acide cyanhydrique. Les feuilles étaient recommandées dans le traitement des plaies rebelles. D’après L’officine , Dorvaut 1933

SUR LA TOILE :

« Toxicologie

Les feuilles contiennent une substance pouvant être à l'origine de l'acide cyanhydrique donc dangereuse. Cette substance n'est pas présente dans la pulpe du fruit. Ainsi, l'ingestion de la pulpe du fruit est presque sans conséquence hormis des troubles digestifs, céphalées, somnolence, tachycardie ou hypertension légère.Les chiffres d'intoxications observées au centre antipoison de Lille De 1995 à 1999,ont été relevés 89 appels d'intoxications concernant le Laurier-cerise, dont 3 appels pour l'adulte et 86 appels concernant l'enfant. Sur cette même période un seul appel concerne l'animal, il est rare en effet que ceux-ci touchent cette plante, sauf imprudence. Exemple d' intoxication On suspecte l'ingestion de quelques baies dans un jardin par un jeune garçon de 24 mois. La quantité ingérée est inconnue et l'enfant n'a pas de symptôme (ni vomissements, ni diarrhées, ni maux de ventre...) Les parents appellent le centre antipoison , le médecin conseille la prise d' un pansement gastrique destiné à limiter l'effet irritant des toxiques ingérés et il conseille de surveiller l'enfant à domicile.2 à 3 heures plus tard, l'enfant est pris de diarrhées, mais l'évolution est sans gravité. Le lendemain les parents retrouvent la peau de quelques baies dans les selles de l'enfant.Conclusion -il faut toujours porter une attention particulière aux enfants dans les parcs et jardins afin de voir ce qu'il pourrait porter à la bouche, surtout pendant la période de fructification du Laurier-cerise qui commence en été et se poursuit en automne. - Si on a planté des Lauriers-cerise dans son jardin il faut prévenir très tôt ses enfant que les fruits de l'arbre peuvent être dangereux pour sa santé.- il faut leur apprendre dès que possible que tous les fruits rouges ou noirs des jardins et bois ne sont pas des fruits à manger, bien que ressemblant à des fruits connus, framboises, mûres, fraises des bois...- apprendre aux enfants de se laver les mains après avoir été au jardin et éviter de mettre les doigts dans la bouche.- enfin si les quantités avalées son souvent faibles, il ne faut pas en sous-estimer la gravité: quelques feuilles ou baies pouvant constituer une dose toxique pour un enfant.

http://cap.chru-lille.fr/GP/magazines/93371.html

 

L’article traite aussi des autres toxicités liées aux plantes appelées lauriers. Mais pas de description chimique.

Autre article

Traitement

 

Les baies du laurier cerise sont peu toxiques. Les feuilles et autres parties de la plante sont toxiques.

Les baies du laurier cerise sont peu toxiques. Pour l’ingestion de moins de 5 baies par un enfant, il suffit de lui faire boire un peu d’eau.

En cas d’ingestion de plus grandes quantités, contactez votre médecin ou le Centre Antipoison.

Les feuilles et autres parties de la plante sont toxiques. Lorsque l’enfant a ingéré d’autres parties de la plante (feuille, tige, racine), appelez le Centre Antipoison.

Si après l’ingestion d’un petit nombre de baies, l’enfant présente quand même des symptômes, contactez votre médecin ou le Centre Antipoison. Il s’agit peut-être d’un problème d’identification de la plante ou d’un autre problème de santé.

Toxicité

Les glycosides cyanogéniques (libérant du cyanure) contenus dans le feuillage et le noyau des fruits du laurier-cerise expliquent la toxicité de cette plante. Des cas d’intoxications ont été décrits chez l’animal (bovins, chèvres).

http://www.centreantipoisons.be/nature/plantes/baies/laurier-cerise-prunus-laurocerasus

CAPAE OUEST Tunisie….

La toxicité du laurier-cerise est plus élevée dans les noyaux des drupes vertes, ainsi que dans les feuilles et les tiges. Mais la pulpe des fruits est elle-même peu toxique, surtout s’il s’agit de vieux arbustes. Cette toxicité s’explique par la présence de substances que l’on appelle « hétérosides cyanogénétiques », qui se transforment dans l’organisme en cyanure.

Le cyanure ainsi formé va empêcher la libération d’oxygène dans les cellules. Cela se traduit par des signes nerveux et peut être mortel. Mais les cas graves concernent principalement les herbivores qui mangent les feuilles. Chez le chien qui avale les fruits, on observe surtout des vomissements et de la diarrhée, et un peu moins souvent des troubles de la démarche et des difficultés respiratoires..

https://www.centre-antipoison-animal.com/laurier-cerise.html

 

Après ce remontant, à l’assaut !

Mais pas trop vite.

 

Dans une haie en bordure de chemin sur la hauteur quelques pieds de giroflée des murailles

Erysimum cheiri (L.) Crantz, 1769 jaune

 

Voir sur INPN ; https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/97185

Et Erisimum cheiranthoides L. 1753 et Erisimum duriaei Boiss. 1854

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la restanque en bordure de piste un beau tapis de pervenches

Vinca major L., 1753

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/129468

Voir aussi sur ce site

Vinca difformis Pourr., 1788

Vinca minor L., 1753

 

 

 

 Nous quittons le chemin goudronné pour grimper vers le plateau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       Sur le bord nous trouvons un bien précieux en ces lieux : une source captée qui alimente un petit lavoir, inutilisé nos jours.

 

L’eau à l’intérieur du bassin de captage est bonne et fraiche. N’oubliez pas de refermer la porte pour qu’elle ne soit pas souillée par des détritus végétaux ou des animaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             Le chemin passe sous le château fort puis rejoint le plateau. Il n’y a plus de tournoi de chevaliers mais des visiteurs surveillés par les troncs squelettiques de vieux amandiers. J’ai le souvenir d’y être venu dans les années 1980, ils ombrageaient encore le site.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis la tour vous avez une vue panoramique sur tout ce coin de Provence avec les chaines lointaines, et la mer, sur l’horizon. Une belle table d’orientation ornée des animaux et oiseaux locaux vous permet de situer ces différents massifs. ,

Ci dessous et dans le sens inverse des aiguilles d'une montre

 

 

 

 

 

 

 

 

         Ci dessous les Alpilles

 

 

 

               

                           

                                                        La randonnée se continue jusqu’au belvédère, vue sur la Durance ,puis retour sur Vernègues en passant au pied des ruines de l’ancien village. Vous pourrez prendre quelques réconforts à la crêperie, en bordure de la route et des ruines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

                  Ce fut une bonne et belle randonnée tranquille dans un magnifique jour de printemps pour

cette fin d’hiver. Merci  Patrice.

Pour en savoir plus sur la flore que nous avons rencontrée dans les vergers et pour préparer les prochaines sorties.

Flore adventice des vignes:

Eléments de reconnaissance, réponses aux pratiques et services écologiques par guillaume Fried du Laboratoire de la Santé des végétaux, belles photos avec indication écologiques:

http://www.techniloire.com/documents/124963587/FloreVignes_GFried.pdf

Le document est long à télécharger.

 

Pour les autres publications sur Google taper flore des vignes.

Et aussi

Recherches associées à flore des vignes

principales adventices vigne

mauvaises herbes vigne

reconnaissance adventices vigne

mauvaises herbes viticulture

adventices bio indicatrices

identification adventices

adventices liste.

 

 

Commenter cet article