Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Ponpon de Pey
Publié dans : #Randonnée
Marseille _Parc Valmer

Villa Valmer sur la cornichje hier et aujourd'hui

 

 

Le 19 décembre 1908 la commission de la société d'horticulture et d'Arboriculture des Bouches du Rhône est invitée à la Villa Valmer, propriété de M. Baudoin et dirigée depuis longtemps par M Alfred Rivié. Monsieur Montel arrivé le premier disait son étonnement de voir certaines espèces de plantes résister au gel alors qu'elles gelaient dans son établissement du var.

Les principales espèces de palmiers cultivés dans la région encadrent l'allée principale dès l'entrée.

De nos jours cette disposition est maintenue et les palmiers actuels sont fort beaux ; sont-ils d'époque je ne saurais le dire

En 1908

Phoenix dactylifera

Jubaea spectabilis "dont un exemplaire montre une végétation peu commune"

Nom actuel: Jubaea chilensis (Molina) Baill.

Cocos campestris, Syagrus campestris (Mart.) H.Wendl.

Pritchardia filifera,Washingtonia filifera (Linden ex André) H.Wendl. ex de Bary.

Erythrea edulis , Brahea edulis H.Wendl. ex S.Watson

Etc.

 

 

Le site Environnement Marseille pour le Parc Valmer cite les palmiers suivants

Trachicarpus fortuneï excelsa, palmier chanvre

Chamaerops humilis,

Washingtonias filifera,palmier de californie.

Phoenix canariensis,

Buttias capitatia ,arbre à laque, genre anciennement appelé Calappa et Cocos. Les graines portent trois yeux.

http://environnement.marseille.fr/parc-valmer

La commission trouvait qu’il y avait un peu trop de palmiers.

La commission trouvait qu’il y avait un peu trop de palmiers.

« L’avenue principale soutenue par des murs en rochers artificiels s’élève en pente douce jusqu’à la plate-forme où a été édifié le château, belle et vaste construction d’une allure architecturale remarquable.

 

Ces murs, recouverts en partie par des plantes sarmenteuses, donnent asile à une série d’espèces dont la présence nous a causé un plaisir extrême ; elles sont plantées dans les excavations des rochers qui ont reçu, à cet effet, une terre appropriée à leurs besoins. »

La commission note :

Daphne Dauphin (Daphne Deiphini Hortul.) variété hybride obtenue par le croisement du D. cabina et du D. odora; plante non retrouvée sur Google

Chorjhorizema illicifolium, Fabaceae

plusieurs Azalées de l’inde :

Rhyncospermumn, jasminoides , faux jasmin ;Apocynaceae . Plante grimpante aux fleurs blanches, Les pétales sont disposés en hélice et sont tangents au cercle du tube de la corolle.

Hhakea pinifolia, Hakea gibbosa Cav. Proteaceae.

série de Mézembryanthemum , inchangé, Aizoaceae.

« Çà et là, Plusieurs Acacia déalbata, greffés, que l’on s’obstine à vouloir faire vivre sur notre calcaire n’offrent qu’une pâle image la beauté de cette plante Cultivée en terrain siliceux. »

Depuis l’effort des horticulteurs semble avoir a porté ses fruits.

De nos jours de beaux palmiers sont toujours là dont de grosses touffes de Chamaerops.

Parmi ceux-ci nous remarquons un néflier du japon au tronc respectable et bien dégagé.

Viennent ensuite des Camelia ,Kilingiia ,plantés à l’ombre des pins.

 

 

 

 

 

 

Dans tous les creux des rocailles de belles fleurs en cascade et en sous-bois les arbustes.

Plantes citées par Environnement Marseille

Dimorphotecas,

Lantanas agathaea,

Carpobrutus,

Lavandes,

Arctotis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Depuis ce passage les dates des palmiers chanvres (?) sont à portée de main

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout au bout un immense et vieux Arbousier (Arbutus unedo)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Sur ce dernier point de la propriété un sous-bois gazonné a été ménagé avec beaucoup d’à-propos et de goût. Une composition florale faite d’Iris stylosa, nous permet d’apprécier toute la valeur décorative dc cette plante, la dernière parure automnale de nos jardins.

Ce sont, d’autre part, des motifs d’ Erigeron gabellus , aux délicieuses fleurs mauves qu’éclaire une auréole dorée au centre, puis des rosiers dont On ne saurait se passer aujourd'hui dans aucune de nos campagnes. »

 

L’allée principale conduit à la terrasse du château. Les jaunes et bleus éclatants de diverses astéracées égayent harmonieusement la rocaille du XIX°

 

 

 

 

 

 

 

 

Remarquable chêne vert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La commission trouvait la terrasse trop exiguë et regrettait que la cime des pins masque la mer. Il en est touours ainsi;

 

 

Sur une terrasse un peu en contre-bas du château et au midi M Rivié leur montre une collection d’orangers, de citronniers. « Nous apprécions la saveur des Mandarines, elles sont exquises ; quelques Orangers ont aussi de bons fruits réellement très bons ; partout où cet arbre admirable peut pousser, on devrait s’attacher à en cultiver que les variétés bien adaptées à notre sol et à notre climat ; on en consommerait les fruits avec plaisir. »

 

Nous pouvons ajouter qu’il en est toujours de même pour les arbres fruitiers. Si ces agrumes arrivaient à maturité en 1908 il n’y a pas de raison qu’ils n’y arrivent pas de nos jours où la température moyenne s’est élevée. Ce ne sont pas les restanques bien abritées qui manquent autour de Marseille mais la volonté et peut-être la paperasse.

 

« Nous remarquons encore une rangée de Feijoa Stelloviana remarquables de développement ; aux élégantes fleurs de cette myrtacées du Brésil, succèdent des fruits d’une saveur particulièrement exotique mais dont la pulpe demanderait à être améliorée. »

 

Vous pourrez en voir un beau pied sur le bord du trottoir du Boulevard François Mauriac (10°) juste sous l’entrée de l’église des Mormons. Les feuilles sont coriaces vert sombre dessus et argentées dessous pétales sépales sont rouge pourpre en dedans vert grisâtre velouté en dehors et en forme de coque les étamines et le pistil sont rouge. Il en existe un pied du côté d’Aix qui produit tous les ans assez de fruits pour faire de la confiture.

La commission note aussi Grevillea rosmarinifolia ; Grevillea sulfurea , Schinus molle, le père probable de celui qui se trouve au Théâtre sylvain, Vitis Voignieriana du Tonkin,Choisya teranata ,jasminum heterophylum etc.

Elle continue sa description. Les lauriers roses et plantes grasses abondent. Elle a apprécié l’étiquetage fait sur plaque de zinc, noir sur vert pour ne pas choquer le regard. La commission rapporte la tentative de Mr Baudouin datant de 1907 de repiquer des rejetons de dattiers de l’oasis de Sfax qui produit d’excellentes dattes. Les plants étaient « parfaitement établis » et certains portaient des petits régimes.

M. Rivié fait connaître que qu’un de ses ouvriers M.F. Claraz lui apporte une aide précieuse.

La commision propose une médaille de vermeil pour M Rivié et une de Bronze pour M.F. Claraz.

 

               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Quant à nous après avoir admiré la baie de puis la montée au château, un très beau chêne vert, l’architecture, avoir écouté l’histoire évoquée par Serge M. Nous redescendons par l’escalier de pierre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre président nous fait observer parmi les cimes des arbres le houppier d’un vieux caroubier ; on peut en voir les branches basses et un tout jeune plan sur la muraille à proximité des toilettes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

       Une partie des participants nous quittent sur la falaise Nous restons quelques- uns pour piqueniquer et deviser sur les arbres face à la mer. Les chênes verts qui reçoivent les embruns sont un peu plus petits mais surtout une partie de leurs branches sont seiches, action des détergents transportés par les embruns .

  1.  Un autre espace de jeu pour les enfants se trouve sur la corniche où jadis devait se trouver les orangers.

 

 

Un peu d’histoire

Construite en 1865 par l’architecte Condamine pour le fabricant d’huiles Charles Goumelles

http://www.marseille13.fr/fr/parc-valmer

Le parc fait 1.6ha

Jusqu'en 1906, cette villa a été habitée par la fille de Charles Gounelle, Madame Baudouin

1942 La villa est réquisitionnée par la marine de guerre pour faire le siège de la Marine Marchande

1942 à 1944 Elle est occupée par la kommandantur

La Marine Marchande y retourne à la libération jusqu’en 1962

1968 La mairie la récupéré pour y installer des bureaux et l’agence d’urbanisme de l’agglomération.

Voir le site

http://www.cime.org/paragraphe.php?origine=realisations_detail.donut%3Fcid%3D3&paragraphe=0003263

qui montre aussi des vues de l’intérieur

 

Pensez à vous y arrêter pour le visiter.

 

Notes

Les éléments du texte de 1908 sont tirés de :

Visite à la Villa Valmer à la corniche par V Davin. Chef de cultures au Jardin Botanique

Revue d’Horticulture des Bouches du Rhones Pages33 à 36 _1908

Identification palmiers

Les 4 principaux genres de palmiers du pays vençois

https://palmiersvence.org/identification-2/

La bibliothèque de la société d’horticulture, possède parmi ses ouvrages un bon livre sur l’identification des palmiers..

D'autres livres de botanique sont disponibles aussi à la bibliothèque de la Fac St Charles.

Le lieu  ne résonne plus des fêtes somptueuses qui étaient donnée en ces lieux mais aujourd'hui les mariés viennent s'y faire prendre en photo.

Poncy Jean-Michel

 

Commenter cet article

Le Pèlerin 27/05/2017 09:50

Salut Jean-Michel
Tres verdoyant et très instructif.
Salut à toi et à ta petite famille
Amicalement
Henri

Ponpon de Pey 27/05/2017 11:49

merci henri à bientôt