Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

vebre09marseille-histoire fleursetgraindesel

Ce blogue a pour but de vous faire part de mes recherches, bien modeste, sur l’histoire de Vèbre et de sa région. Mais aussi de mettre en ligne un peu d’histoire des plantes du jardin botanique de Marseille; mon lieu de résidence. Le tout agrémenté de photographie et d’autres textes.

Publié le par Poncy Jean-Michel
L’OPPIDUM  D’ ENSERUNE II

Les relations  avec le reste de la méditerranée

Cet article fait suite à

http://www.vebre09marseille-histoirefleursetgraindesel.fr/preview/61cd8e20a402978bd6d768d3daa48fc047ba1e67

La terrasse sud est construite face à la mer et à la via Domitia

 

Zone artisanale

 

L’Age de fer en Languedoc

 

Vers -800 débute le 1° âge du fer, les populations nomades commencent à se sédentariser, les cabanes en torchis couvertes de branchages et d’argile se groupent sur les collines  et quelques-unes en plaine. L’influence des grecs qui commercent dans la région depuis le milieu du VIII° sièclese fait sentir. Les vases  grecs découverts dans des nécropoles de Mailhac(11) et  de Agde (11) datent du 3°  quart du VIII° s.

Vers -600 les Phocéens s’installent  à Marseille. Une dizaine d’année après les constructions en pierre apparaissent  sur les bords de l’Etang de Berre et Ensérune est occupé vers -575.

 

Au II° âge du fer -400) les maisons en pierre et briques crues rectangulaire s’organisent autour de l’espace public et des rues.

 

Au II° siècle les pièces se spécialisent autour d’une fonction précise, les oppidums dominent gèrent  et contrôlent de vastes étendues.

 

 

 

 

Carrefour des civilisations.

 

Ensérune se trouvait au carrefour des civilisations  gauloises, ibériques  et grecques. Les comptoirs de Naro et Agde offraient offraient des haltes aux embarations, ainsi que d’autres points de la côte.  « Cela permétait la mise en contact rapide des populations. »

 

Les oppidums des populations Elisiques ( à l’Est   de l’Aude ) [voir annexe I]  étaient en relation avec le peuple Celte. Les places fortes furent construites le long de la voie Héraclienne, future voie Domitienne. L’étain provenait de Bretagne et l’or et l’argent de la montagne noire et des corbières.

Ampurias Espagne redistribuait les céramiques d’Attique de Grèce, de Sicile, des produits Cartaginois et des vins d’Espagne (déjà !) . de l’autre côté Marseille exporte des céramiques et autres produits.

La frontière avec le monde Ibérique se situe de part et d’autre du fleuve  Hérault.

 

A partir de la fin du III° siècle les produits d’Italie et de Rome montrent que la région commence à basculer sous influence de Rome.

 

La troisième intervention de Rome à Marseille  entraine  la soumission de la Transalpine la fondation de Nabonne-121, mais la civilisation existante se continue jusqu’à la Guerre civile entre Pompée et  César -49 à-45.

« ce sont la chute de Marseille ,puis l’installation des vétérans à Béziers  et à Narbonne qui amorcent la romanisation  irréversible  de la Provence et la disparition des oppidums. » 

Le village gaulois d’Ensérune, éditions du patrimoine.

 

 

 

Sa découverte

Enserune est abandonné  au cours du premier siècle et le site complétement oublié.

Au IX° s. et X°s. il est fait mention d’Enséduna et d’Enséduma.

Au XIII°s. on trouve la mention  d’Ensérune.

Le suffixe duna en celte désigne une position élevée. Le suffixe anc (de An –t)   s’applique à une position élevée dans la région méditerranéenne.

 

L’Abbé a. Ginéis, curé de Montald, découvre entre 1845 et 1860  le mur d’enceinte, les silos et divers éléments  d’architecture ;

 

En 1915 le docteur en droit  Félix Mouret, gros propriétaire terrien, achète une parcelle sur la colline. Il découvre la nécropole, fouille plus de 300 tombes et publie en 1928 le corpus des vases antiques.

 

En 1922 il cède à l’état sa parcelle et il insiste pour que l’ensemble du site soit racheté et classé au titre des monuments historiques 

 

 

En 1922 il cède à l’état sa parcelle et il insiste pour que l’ensemble du site soit racheté et classé au titre des monuments historiques ;

 

L’exploration scientifique débute  en 1928 avec  la nomination  de l’abbé Louis Sigal archéologue 1877 -1945.

«  Ses rapports  d’une très grande qualité  ont entrainé la reconnaissance d’Ensérune comme ‘site national en 1939 ». il n’a rien publié 

 

En 1937Jules Formigé, Architecte en Chef des Monuments Historiques, transforme la villa construite sur le plateau en musée.

 

1945  l’jean Jannoray devient Directeur des Antiquités historiques. L’abbé Joseph Giry ,curé de Nissan et de Poilhés l’assiste et  est  conservateur du musée  de 1945 à 1980

   

Martine Schwaller conservatrice  du patrimoine fouille quelques tombes de la nécropole avec son équipe à partir de 1980.

 

 

Photo de couverture 

La Via Domitia  a remplacé une piste protohistorique lorsque Domitius Ahenobarbus  conquit le Languedoc de -121 à-118

 

 

 Les sillos , appelé innitialemnt le château d'eau. 

Uun silo de 1.5m de profondeur et de 1.25 m de diamètre contient environ uine tonne de grain qui devait être retirée en une seule fois ; on y mettait le feu ensuite pour le désinfecter

Zone artisanale

Les autochtones

 

 

Les Élisyques (Ἐλισύκοι -ων en grec, Elesyces en latin) sont un petit peuple de la région de Narbonne, qui proviendrait de la fusion de peuples d'origine ibérique avec une population présente antérieurement qui pourrait être ligure.

 

 

 

 

 

 

                     Historique

 Les oppidums d'Ensérune, de Pech Maho (Sigean), Bassanel (Olonzac), Mailhac, la Moulinasse (Salles-d'Aude), le Moulin (Peyriac-de-Mer), Cessero (Saint-Thibéry), la Monédière (Bessan) et de Montlaurès pourraient être des places fortes des Élisyques. Leur territoire se situait approximativement au niveau des basses vallées de l'Attagus (ou Atax, l'Aude), Heledus (ou Ledus, le Lez) et Orobus (ou Orbis, l'Orb), au niveau des départements actuels de l'Aude et de l'Hérault.

 

 

 

Les Élisyques semblent avoir été en contact avec les peuples commerçants de la Méditerranée (Phéniciens, Grecs) auxquels ils fournissaient des produits agricoles et des ressources minières provenant de leur territoire ou de régions plus éloignées et qui étaient acheminés jusqu'à leurs places commerciales (Pech Maho).

 

Ce peuple n'apparaît mentionné qu'à trois reprises dans l'Antiquité. La plus ancienne mention remonte à Hécatée de Milet, qui entre la fin du vie siècle av. J.-C. et le début du ve siècle av. J.-C., dans son Périégèse (ouvrage disparu dont quelques fragments ont été compilés dans les Ethniques d'Étienne de Byzance), considère les Elesyces comme un peuple ligure1. Les Élisyques nous sont connus par une mention d'Hérodote, "le père de l'Histoire", qui signale que des mercenaires gaulois (Élisyques) auraient servi dans l'armée carthaginoise en 480 av. J.-C., au moment du siège d'Himère (Sicile).

 

 

Dans Ora maritima, Périple d'Avienus, un auteur latin bien postérieur (ive siècle ap. J.-C.) qui reprend la Périégèse d'Hécatée de Milet dit : « Autrefois, le peuple Elisyque habitait ces lieux, et la cité de Naro4 était la très grande capitale de leur puissance belliqueuse. Là, le fleuve Attagus5 se précipite dans la mer. À côté se trouve le marais d’Hélicé6. À partir de là était Besara (Béziers) suivant le dire d'une ancienne tradition. Maintenant les fleuves Heledus (Lez) et Orobus (Orb) se glissent à travers des champs dévastés et des monceaux de ruines, indices d'une prospérité passée »

 

 

Les Élisyques pourraient tirer leur nom du marais Hélicé (basse-plaine de l'Aude, étang de Capestang) qui constituait une portion non négligeable du centre de leur territoire. L'orthographe "Élysique" que l'on trouve souvent est erronée et sans doute influencée par l'attraction du mot Elysios (Ἠλύσιος, la Plaine élyséenne, les Champs élyséens) qui désignait chez les Grecs "le séjour édénique promis aux héros, aux hommes vertueux, ... placé aux confins de l'Océan [Atlantique] ... un lieu de félicité".

 

 

La région habitée par les Élisyques voit arriver des Volques dit Arécomiques, peuple celte qui se sont installés là entre le ve siècle et la fin du iiie siècle av. J.-C. et donc la capitale sera Nemausus (Nimes). Une autre branches des Volques, les Tectosages s'installera dans la région de Toulouse. L'ensemble des régions de plaine entre le Rhone et la Garonne sera ainsi occupé par les Volques, qui seront, un temps, parmi les peuples les plus puissants de la Gaule.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lisyques

 

Historique des fouilles voir  sur persée :

 

            L'oppidum d' Ensérune [article] sem-linkJules Formigé

Gallia  Année 1943  Volume 1  Numéro 1  pp. 5-14

http://www.persee.fr/doc/galia_0016-4119_1943_num_1_1_1948

 

 

Mise en valeur du site

http://www.montpellier.archi.fr/content/download/3493/23066/version/1/file/Enserune%20-%20Cahier%20des%20charges.pdf

 

 

                 Anagyris foetida L—

http://bonnier.flora-electronica.com/menus/036-Papilionacees/Anagyris%20foetida%202.html

 Cette plante originaire de gréce ne se trouve que sur cette colline et à quelques autres rares endroits.

 

Pour les autres plante voi le site.

INPN, ZNIEFF 910030057 - Colline de l'Oppidum d'Ensérune – Bilans

https://inpn.mnhn.fr/zone/znieff/910030057/tab/bilans

 

Géologie et aménagement du territoire, un exemple de réussite : l'aménagement de l'étang de Montady (Hérault)

http://planet-terre.ens-lyon.fr/image-de-la-semaine/Img269-2009-04-06.xml

 

 

Ensérune

Cap Sud Ouest Enserune-Montady - vidéo Dailymotion

http://www.dailymotion.com/video/x31z8jl

 

Sur persée

http://www.persee.fr/doc/galia_0016-4119_1943_num_1_1_1948

 

Pour la vue aérienne et informations sur Nissan –lez- ensérune voir :

https://www.google.fr/maps/place/34440+Nissan-lez-Enserune/@43.3101088,3.1183811,167m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x12b107fb849d2ca3:0x4078821166ac3a0!8m2!3d43.289765!4d3.12804

 

 

N’hésitez pas à aller visiter ce site, son musée t sa boutique pour les petits les grands les amateurs d’histoire antique et les gourmands.

 

Poncy Jean-Michel

Commenter cet article

Le Pèlerin 14/07/2017 21:50

Salut Jean-Michel,
Les chiffres sont là, implacables .....La terre ne pourra pas supporter tous les habitants à venir .....On peut s'attendre à une catastrophe majeure Amicalement Le Pèlerin